Errances

28 janvier 2015

Filed under: flâneries,sillages,sillons — Étiquettes : — errant @ 20:37

« Nos actes se construisent autour d’un monde à notre image.
Avant qu’elle ne soit vendue comme une marchandise, cette
image fournit à chaque individu un refuge sur lequel celui-ci a la
possibilité de se replier. Cette situation ne peut engendrer que
l’apathie qui, selon G. Lipovetsky, ne doit être confondue ni
avec le nihilisme passif correspondant à la démobilisation de la
masse, ni avec le nihilisme actif et son autodestruction. L’auteur
résume cette situation quelque peut crûment, mais efficacement :
« Dieu est mort, les grandes finalités s’éteignent, mais tout le
monde s’en fout, voilà la joyeuse nouvelle, voilà la limite du
diagnostic de Nietzsche ». »

Alors tranquille, on s’fout à poil avec des cagoules en cuir.

ped_pierre_aigleroyal

Egnégnégnégnégnééé

16 décembre 2014

Filed under: flâneries,sillages,sillons — Étiquettes : — errant @ 11:26

Fumer tue, c’est la plus belle propagande/promesse jamais conçue.

14 décembre 2014

Un Dimanche aux Champs Libres

Filed under: flâneries,sillages,sillons — Étiquettes : — errant @ 17:59

Je crois que j’aime pas les musées non plus. Tout à l’heure je me suis levé, j’ai marché entre les vitrines. Y’a des reconstitutions
un peu psychées : avec des mannequins. Le premier que j’ai vu, m’a fait sursauter. Je trouve que ces bonhommes figés avec leurs
fringues cheloues, ont plus de présence que les gens qui les regardent : ceux qui louchent sur les vitrines  pleines
de bordel entassé. Je ne sais pas si elle est permanente cette exposition. On m’a dit tout à l’heure qu’il s’agirait des collections
d’un type un peu farfelu. Et donc, les gens regardent. Tu vois leurs pupilles qui rebondissent sur les objets. Vite, elles vont vite
ces pupilles, elles s’attardent pas sur les choses. C’est passé de mode de prendre son temps. Là, je regarde un truc au pif.
Quatre gros volumes en cuir épais marron / rouge, empilés comme ça :

 __ __
l     l      l
l__l__l
l     l      l
l__l__l

En mode Art Déco. Et c’est plein de motifs, c’est assez généreux Je les regarde là, quand j’écris, et je me dis qu’il faut quand même
un peu de temps pour rentrer dans l’objet, pour le saisir. Alors que tout le monde va vite. Qu’est c’que tu regardes mec, qu’est c’que
tu fais avec tes œils là ? Quand j’te vois, j’ai l’impression que tu captes rien à c’que tu fous avec ta femme là, ou ta sœur. Tu balayes,
tu fais des captures de matière. Tu vas aussi vite que ton téléphone, tu superposes des couches de rien pour nourrir ton vide.
Conard de cyborg sans âme.

Mais c’est quand même pas très sympa de dire des trucs comme ça. Parce qu’il y a aussi des gens qui regardent. Mais les autres,
est ce qu’ils sont prisonniers de ce qu’ils doivent être ? Ca pourrait être une idée d’idée, j’en sais rien…

Qu’est c’qui fonctionne pas ?

Dans la ville de Rennes. Avec des p’tits programmes culturels de week-end joliment bien fait. Avec des lignes de bus que tu peux
voir dessiner sur des plans bien organisés. Ces bus qui ont des voies tracées rien que pour eux; bien délimitées. Ces bus, où chacun
à son p’tit siège aligné sur les autres; deux par deux. Ils t’emmènent jusqu’au Champs Libres, le temple de la Culture.
Parce que Rennes, c’est la ville. Ca se cultive sec à Rennes, ça fait parti du bon vivre, troisième au classement. Et ce bâtiment alors;
Divisé en étages. A chaque étage t’as des rayons, avec des thématiques, des sous-thématiques, des mathésous-tiques. Et les livres
sont bien rangés, bien triés, bien classées. Dans leur étagères, entassés les uns sur les autres, c’est la masse culturelle, qui t’oriente
qui te dirige dans les couloirs du temple. Et toutes ces présences rassemblées au sein même du grand sanctuaire de la Culture.
Ca s’en donne à cœur joie avec nos pupilles et nos œils qui vont vite. Y’a du monde, de la matière, ça dégueule d’informations,
de données, c’est l’orgie dominicale ! Tout fonctionne dans la fonctionnalité !

Et mes mannequins chelous, avec leurs fringues de barges ; et le bordel du farfelu de collectionneur au milieu duquel je me suis caché ?
Il y a des couleurs vieillies, des livres abimés, du papier jauni, déchiré. C’est complètement hétéroclite. C’est fou toute cette matière,
ça parait inorganisable. J’ai l’impression que même un enculé de bon Technicien réussirait pas à trouver de systématique de rangement
approprié pour tout ce bazar. Du coup, ils ont tenté de le diviser un peu quand même. Ils ont mis le bordel derrière des vitrines.
Ils l’ont enfermé. Et les gens passent devant avec leur pupilles qui vont vite. Et ils regardent le bordel enfermé; parce que c’est inté-rressant,
parce que c’est ma-rrant. Bobos de merde. Si vous étiez pas là, on aurait pas besoin d’enfermer le bordel.

28 novembre 2014

Filed under: flâneries,sillages,sillons — Étiquettes : — errant @ 18:59

gifd

 

 

 

 

 

 

ped_pierre_gifb

 

 

 

25 novembre 2014

brouillon

Filed under: flâneries,sillages,sillons — Étiquettes : — errant @ 15:59

L’écran de l’ordi, c’est aussi une image. Parce que dans la continuité de la matérialité dans lequel nous évoluons
à un moment donné, il vient créer une fenêtre. Une fenêtre qui n’entretient aucun rapport logique avec cette matérialité
évoquée précédemment. C’est donc aussi une autre réalité. Une réalité avec ses objets propres. Un bureau, des icônes,
des dossiers. Mais on peut intéragir avec un ordinateur. C’est donc une métamorphose active. Et donc qu’est ce qui se passe ?

Qu’est c’qui se passe contrairement à un tableau dans lequel je ne peux pas rentrer; pas plus que ne me le permettent mes yeux.
Qu’est ce qu’il se passe contrairement à ces infinités d’infinités de réalités que j’ai dans ma tête que ne je peux que fantasmer.
Limité par notre enveloppe physique on appellera réalité 1, ce qu’on ne peut éprouver que par nos sens. L’ouie, le toucher, la vue,
l’odorat, le goût. Cette réalité 1 aurait pu prendre n’importe quelle forme, mais nous l’éprouvons par l’intermédiaire de ces sens.
Elle est saisissable, chacun en a sa propre expérience. Ca reste un centre, sur lequel nous sommes tous des point de vue.
Mais c’est un centre dont nous nous faisons tous plus ou moins la même idée car il est normé, révélé par des structures
qui nous relie tous. Existe-t-il des centre similaires ?

L’ordi. L’ordi est une réalité matérialisée. On l’appellera réalité 2. Les utilisateurs ont tous plus ou moins les mêmes
interfaces, et se déplacent dans les mêmes lieux. On se déplace. Donc on existe dans cette réalité. On existe mais
de manière limité. L’ordi on l’éprouve qu’à la vue, l’ouïe et p’têtre au toucher.les mêmes images en tête pour ça.
Et donc quand on est sur un ordi on est à la fois dans la réalité 1et dans la 2. Ce qui je crois, n’était pas arrivé avant.
les consoles jeux si. En fait dans les consoles on est dans deux réalités aussi. Sauf qu’une console de jeu c’est fait pour jouer.
Ca s’arrête là, c’est un programme. Alors qu’un ordi, c’est bien plus complexe. Avec la console, on existe comme un avatar.
Mais c’est des avatars proposés par le programme. Alors qu’avec internet dans l’absolue tu peux tendre de manière beaucoup
plus précise à ressembler à ce que tu es dans la réalité 1.
Avec Facebook, si tu t’appelles sylvain dupont que tu bosses à findus que t’as trois gosses, 32 ans, que t’habites à Montluçon,
tu peux aussi être tout ça dans la réalité 2.  Fin du coup t’habites à Montluçon-sur-Facebook. mais t’existe comme ça, en tant
que Sylvain dupont. Tu ressembles à tout le monde. T’as une couverture, une photo de profil, et un mur.
T’es un putain de conard en uniforme en fait !

Facebook c’est l’uniforme des cons. Facebook c’est un putain d’horcruxe.

T’existe aussi sur Twitter, sur Pinterest, sur pleins d’autres trucs en fait. Et du coup ? Bin du coup t’es divisé.
En fait les gens d’aujourd’hui avec toutes les interfaces, éprouvent plus à cent pour cent une réalité donné. ils sont partout,
partout à la fois putain. Et ca veut dire quoi ça ? Est-ce-qu’on pourrait être capable d’assumer plusieurs réalités en même temps ?
Est-ce-qu’on est prêt pour ça. Est-ce-que ça va pas foutre la merde ça ?

Bon, pour l’instant la réalité 2 elle est limitée. La réalité 2 on la contrôle de la réalité 1. Quand t’es pas sur Facebook,
ton profil va pas s’animer tout seul. Ca deviendrait flippant là.  Nan en fait ton profil est incapable de faire ça. S’il a pas d’autonomie,
alors ca veut dire que t’existe pas là bas. Mais alors pourquoi est ce qu’on dépense autant d’énergie dans un truc ou on existe pas ?
Donc ca remet pas en cause le fait que dieu a créé la réalité 1. Parce que si on avait réussit a créée une réalité autonome, ca veut dire
qu’on est dieu, que dieu n’existe pas, et qu’on est rien du coup.

Et en même temps notre profil Facebook est pas autonome. mais Internet est ce que ca serait pas autonome. Et ce que ça peut
prendre des décisions tout seul internet ? A priori non. c’est des programmes. Un programme ca peut être autonome,
mais ca restera toujours limité par ce qu’on a bien voulu y mettre. Putain mais nous aussi on pourrait être des programmes en fait.
Est-ce-qu’on est pas limité. Bien sur que si.  Par notre expérience de la réalité 1.   Par notre enveloppe physique. Mais on peut faire
évoluer nos limites par notre volonté. En fait on a de la volonté. On a une volonté interne. Un programme, une donnée à pas
de volonté interne. ouf. Mais la volonté pourrait faire partie du programme. Nan les données n’ont pas la capacité d’évoluer
en fonction de l’expérience des choses. Tout dépend de la connaissance qu’on a du milieu. Et nous on est capable de réagir
post-connaissance. Au pire on est des données bien plus avancées que les données auxquelles on a donné naissance.
Et donc on ne peut pas égaler ce qu’on est. L’œuvre de dieu.  Ceux qui tentent de le faire sont des sales merdes.
Et donc Facebook c’est pas un horcruxe.

Et pourtant cette réalité Internet qu’on a matérialisé peut aussi fonctionner comme un principe d’infini. C’est un espace infini,
dans lequel les données se superposent. Mais le principe d’infini de la réalité 1. le principe de réalité 1 c’est qu’elle est le centre
de tous nos points de vue sur elle-même. Mais nous mêmes sommes des centres de réalité. On pourrait très bien être la pensée
de la pensée. Mais les données de sont pas des centres. internet est un espace bouché. Dieu n’est pas dans la machine.
Cette volonté de matérialiser des réalités intéractives nous mènent au néant.

24 novembre 2014

Filed under: flâneries,sillages,sillons — Étiquettes : — errant @ 21:40

ped_pierre_reel

17 novembre 2014

Filed under: flâneries,sillages,sillons — Étiquettes : — errant @ 03:00

ped_pierre_beber

16 novembre 2014

Cabanne

Filed under: flâneries,sillages,sillons — Étiquettes : — errant @ 21:03

ped_pierre_cabanne

13 novembre 2014

Filed under: flâneries,sillons — Étiquettes : — errant @ 16:18

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Filed under: flâneries,sillons — Étiquettes : — errant @ 12:27

demission_net

« Older Posts

Powered by WordPress