Errances

18 octobre 2017

Alors ?

Filed under: - Lou — Lou @ 19:38

« Qu’est ce que vous faîtes là ?- Je fais pitié »

17 octobre 2017

dans un verre d’eau

Filed under: - Lou — Lou @ 23:54

Paris capitale, vue urbaine, quand on prend de la hauteur tout paraît plus beau.

Et puis on s’enfonce, on plonge, on prend de la profondeur. Et parfois ça paraît flou.

16 octobre 2017

éternelle question

Filed under: - Lou — Lou @ 22:40

D’où vient la flatulence ?

elle a demandé avec sa guitare

15 octobre 2017

Dracule pédoncule

Filed under: - Lou — Lou @ 22:34

« Sur un parking à vélo, un soir, il a dit qu’il avait souffert, souvent, qu’il s’était trompé quelques fois, mais qu’il avait aimé. Merde alors, j’avais du pain sur la planche.  C’est vrai qu’il avait vécu. Mais pas aussi longtemps que Dracula. Dracula, lui, il avait vécu des siècles entiers – peut être pas assez longtemps pour connaître l’invention de l’anorak c’est vrai – et ça aurait peut être mieux valu. Je l’imagine bien lui, Dracula en anorak jaune, bleu ou rouge, protégé de la pluie et du beau temps – surtout du beau temps – et surement protégé des coups de foudre. L’amour, la passion, « tout ça tout ça »…qui le conduirent à sa perte. Regrettable. »

Enfin, vaut mieux mourir d’amour que mourir d’ennui.

Karina karina

Filed under: - Lou — Lou @ 22:25

À ton incapacité à être heureux plus de 48 heures

14 octobre 2017

Obso

Filed under: - Lou — Lou @ 20:19

Mon obsolescence est programmée

12 octobre 2017

à la dérive

Filed under: - Lou — Lou @ 21:54

La lumière qui s’en va, la lumière qui revient. J’ai bien cru tout perdre.

Perdre.

J’ai toujours pensé quand j’étais petite que c’était la pire des choses

11 octobre 2017

Crève charogne

Filed under: - Lou — Lou @ 18:20

C’était ça qu’il fallait lui dire

9 octobre 2017

Sans titre

Filed under: - Lou — Lou @ 11:51

il a dit c’est terrible la nostalgie, c’est une putain de maladie quand ça te prend

8 octobre 2017

Capitale de la douleur

Filed under: - Lou — Lou @ 21:43

Savez-vous ce qui transforme les nuits en lumière ? – La poésie.

 

 » Ta voix, tes yeux, tes mains, tes lèvres, le silence, nos paroles, la lumière qui s’en va, la lumière qui revient, un seul sourire pour nous deux, pas besoin de savoir, j’ai vu la nuit créer le jour sans que nous changions d’apparence, ô bien aimée de tous et bien aimée d’un seul, en silence ta bouche a promis d’être heureuse, de loin en loin dit la haine, de proche en proche dit l’amour, par la caresse, nous sortons de notre enfance, je vois de mieux en mieux la forme humaine comme un dialogue d’amoureux, le cœur n’est qu’une seule bouche, toutes les choses au hasard, tous les mots dits sans y penser, les sentiments à la dérive, les hommes tournent dans la ville, le regard, la parole et le fait que je t’aime, tout est en mouvement, il suffit d’avancer pour vivre, d’aller droit devant soi, vers tout ce que l’on aime, j’allais vers toi, j’allais sans fin vers la lumière, si tu souris, c’est pour mieux m’envahir, les rayons de tes bras entrouvraient le brouillard. « 

« Older Posts

Powered by WordPress