Errances

17 juillet 2018

Il aura fallu

Filed under: - Thibault,traverses — Thibault @ 13:08

Sur la couleur de la nuit dans le lac,

s’étend l’ombre de mon sac.

Il n’est de plus lancinant moment

que celui de plonger dans le rejet du temps.

 

Il m’aura fallu la sueur et les larmes,

l’envie de sel, sentir mes armes.

Les cris, la douleur.

Des explosions et leurs chaleurs.

 

Il aura fallu le temps et le silence,

l’oublie et l’inconscience,

les dents qui hurlent, rouge.

Sentir tout exploser alors que rien ne bouge

 

Il aura fallu te perdre toi,

et avec les cristaux de moi.

Donner la vibration de mes jaunes organes,

à des victimes aux yeux parme.

 

La violence ne fait pas de bruit.

Le mal n’a pas de couleur.

La mort a planté des fruits

qui s’imposent dans mon intérieur.

 

Écarter les lignes courbes de mon torse.

Plonger arracher la bestiole qui siffle

lui arracher la tête avec force.

Comprendre quelle ne peux mourrir quand je la renifle.

 

C’est un paysage qui se dessine,

Des montagnes aigües, des lac noirs.

Des arbres tordus et mauve en leurs cimes.

Un rictus biologique en moi le soir.

 

C’est une fracture dans le temps

que la mort d’un parent.

 

18 mars 2018

Loin trèèèèès loin

Filed under: - Thibault,traverses — Thibault @ 14:52

13 mars 2018

Victoire Hill (à la base)

Filed under: - Thibault,traverses — Thibault @ 00:51

12 mars 2018

Ventre mou Hill

Filed under: - Thibault,traverses — Thibault @ 00:13

8 mars 2018

Il est de ces lieux, te souviens tu enfant lune?

Filed under: - Thibault,traverses — Thibault @ 23:23

Maison

Filed under: - Thibault,traverses — Thibault @ 23:21

7 mars 2018

je sais plus trop où je suis

Filed under: - Thibault,traverses — Thibault @ 09:58

5 mars 2018

BED W1

Filed under: - Thibault,traverses — Thibault @ 11:43

 

Je rêve de l’oasis, du calme dans le sable chaud.

28 février 2018

OUps

Filed under: - Thibault,traverses — Thibault @ 01:03

J’aurais du mettre dans mon dossier pour l’ENSCI que j’adore le bondage, sa aurait pu être drôle.

27 février 2018

Léger léger; beauté légère

Filed under: - Thibault,traverses — Thibault @ 03:19

Je te désire quand je ne te vois pas ;

le rappel de l’été sous mes doigts.

Sur le murmure de ton souffle,

un jour, tu verras mes poèmes en esbroufe.

Dans mes yeux, tu es aussi femme que la nuit,

celle de l’été, celle des vapeurs.

Rappel de ta main, et moi qui te suis

pour m’oublier quelques heures.

De grains de sables perditions,

je ne garderais que ton nom.

De l’été abîmée,

nos lèvres liées.

Et tes taches qui ondulent

et la fraîcheur qui brûle.

Ma bouche qui mord ta peau ;

envie de t’emmener au bord de l’eau.

La légèreté de me glisser chez toi comme un voleur,

et ce mot qui me suit, la promesse de te revoir,

et le lézard guette, attend son heure

comme moi, qu’avec toi, tombe le soir.

« Older Posts

Powered by WordPress