Errances

19 octobre 2017

Flemme

Filed under: - Thibault,traverses — Thibault @ 23:01

18 octobre 2017

Le sacre

Filed under: - Thibault,traverses — Thibault @ 18:16

Lacher

Filed under: - Thibault,traverses — Thibault @ 17:39

Pourquoi des femmes? Pourquoi nue? Pourquoi une forme de souffrance dans les yeux.

Simplement parceque je suis malade de voir que l’abandon n’existe plus, simplement parceque ça me rend triste de te voir pleurer sur ton avenir, simplement parceque hier je t’ai donné mes bras et mon torse pour faire barrage à tes larmes. Simplement parceque je ne te reverrai jamais.

Parceque s’il y a bien un moyen d’arranger la décadence qui environne, la poisse qui, en plus, d’être collante devient dangereuse et perverse, c’est vous demoiselles. Vous avec vos rires, vous avec vos yeux brillants, vous avec la douceur de vos sourires. Simplement parceque l’équilibre est feminin, simplement parceque vous êtes le calme dans nos nerfs, simplement parceque sans vous on ne va nulle part. Je ne vais nulle part.

FULL

Filed under: - Thibault,traverses — Thibault @ 15:36

1 time

Filed under: - Thibault,traverses — Thibault @ 02:27

Ovo

Filed under: - Thibault,traverses — Thibault @ 02:12

    Parfaite géométrie

17 octobre 2017

au poil

Filed under: - Thibault,traverses — Thibault @ 01:39

16 octobre 2017

Dimanche

Filed under: - Thibault,traverses — Thibault @ 21:07

 

J’ai envie de t’appeler Dimanche. Douce, incarnant la fraîcheur comme une rosée du matin, désirable, calme et réconfortante. Veux-tu être l’éternel dimanche de ma vie?

15 octobre 2017

Souvenir

Filed under: - Thibault,traverses — Thibault @ 20:34

Souvenir d’une fenêtre

14 octobre 2017

C’était

Filed under: - Thibault,traverses — Thibault @ 19:12

 

C’était fou, un casse dans le temps. C’était le hurlement du métal bouillant dans l’eau glacée. Des fissures dans mes frissons, et ses dents qui frôlaient mon sein. Je plongeais dans son corps pendant que lui était dans le mien, et en même temps je plongeais dans le flou et les mirages de la fièvre ambiante de la chambre. Le monde bougeait autour de nous au rythme des vagues sur une plage de Méditerranée. Le sel de ses lèvres, les traits de ses ongles sur mon corps, son souffle comme la respiration du temps.

« Older Posts

Powered by WordPress