Errances

12 décembre 2018

Filed under: - Cral — Cral @ 14:36

SUPERSTAR

Filed under: - Cral — Cral @ 14:33

11 décembre 2018

Filed under: - Cral — Cral @ 22:43

9 décembre 2018

Filed under: - Cral — Cral @ 22:35

j’ai mon ventre qui fait des bulles

8 décembre 2018

bondirait qu’il court vite mais doucement en même temps

Filed under: - Cral — Cral @ 13:18

Filed under: - Cral — Cral @ 02:31

on va écrire un truc

ok

parcours défenestrer

non des fenêtres

« non le parcours est défenestré . fermer les guillemets? »

ok

fermer les fenêtres

ouvrez les fenêtres

pourquoi ouvrir les guillemets

« pourquoi t’ouvres pas les fenêtres?  »

salut

salut

ouvrez les guillemets

j’ai pas ouvert les guillemets

si t’as pas ouvert les guillemets ferme les fenêtres

tu comprends pas que depuis le début je ferme les fenêtres pour pas que tu ouvres les guillemets

ok

 » j’ai toujours ouvert les fenêtres avant d’ouvrir les guillemets

pour que tu comprennes les  »

mais maintenant je n’ouvrirais ni les fenêtres ni les guillemets

ça relu pas ça envoie direct

ça reli après

 

 

5 décembre 2018

coc sur camion

Filed under: - Cral — Cral @ 22:48

4 décembre 2018

Filed under: - Cral — Cral @ 23:49

c’est éprouvant

3 décembre 2018

Filed under: - Cral — Cral @ 22:51

dans un couloir il se prend tous les murs

sa tête résonne sur le béton

il n’entend pas le bruit

il est né muet

ça réveille toutes les chambres de l’hotel

la moquette est rouge

elle sent le garage

 

2 décembre 2018

Filed under: - Cral — Cral @ 23:14

dans une enveloppe les mots ont glissés

le bruit d’un coup de fusil

juste à côté de la tempe

des allumettes qui n’ont plus de boites

voila tout ce qu’il reste de demain

sonnez les carillons c’est leur mariage

 

1 décembre 2018

Filed under: - Cral — Cral @ 22:45

pieds nus dans une flaque

elle te tond les cheveux

sans prendre soin de ne pas érafler tes oreilles

tu crie mais pas de son sort de sa bouche

elle a fait tomber ses lunettes

Filed under: - Cral — Cral @ 20:22

elle avait beaucoup marché

des courbatures dans les mollets

derrière la colline une grande étendue

une plaine verte

un peu jauni

un peu séchée par le vent

et d’immenses cordes traversant le paysage

des centaines de torchons suspendus avec des pinces à linges

 

Filed under: - Cral — Cral @ 00:03

dans un sofa oublié sur le trottoir le jour du déménagement

il s’est assis et a oublié de se relever

 

30 novembre 2018

Filed under: - Cral — Cral @ 20:04

Le piano qui se déplace seul

La course du tabouret

Un temps de rien, de silence

Le piano se met à jouer

Quelqu’un qui joue du piano

Quelqu’un qui rentre, enlève ses chaussures

Ce quelqu’un danse ou pas

Quelqu’un qui rentre, enlève ses chaussures, enlève son manteau

S’allonge la tête contre le sol pas loin de son manteau

La personne qui danse ou pas vient se glisser sous le manteau, sort ses mains des manches mais pas sa tête

Le pianiste se lève, éteint la lumière et s’en va

Le temps de rien , de silence

Une personne rentre et fait une suite d’actions sans sens, des allers-retours

Une hyper-activité palpable

Déplacer des objets, courir, peut-être crier

Puis déplace les deux corps inertes vers la sortie

Les fait sortir de la salle

Ainsi que le piano et tous les autres objets de la salle

Seul dans une salle vide

Cette personne qui est dans la salle prends le micro et sors par la porte vitré

Elle passe derrière la grille? Traverse la route? S’assoit dans la pelouse? Ouvre une voiture? Rentre dedans?

« Un cri qui résonne dans le vide

Un cri qui déplace des immeubles

qui renverse un bidon d’essence

Un cri qui éclate les ampoules.

qui se prend les murs.

Un cri qui retourne l’estomac

Un cri qui ne veux rien lâcher

Un cri qui défigure les passants

qui écorche les serrures.

Un cri qui perd de son assurance

Un cri qui commence à regretter

Un cri qui ne veux plus s’entendre

Un cri qui rougit

Un cri qui cherche la sortie

qui se glisse sous la porte.

Un cri qui s’éloigne

Un cri qui finit par se chuchoter. »

 

29 novembre 2018

ce matin j’ai fait tomber de la semoule dans mon café

Filed under: - Cral — Cral @ 12:19

ce matin j’ai fait tomber de la semoule dans mon café

27 novembre 2018

Filed under: - Cral — Cral @ 23:03

elle était pas très bien réveillée

une tasse pleine de tisane oublié là depuis deux semaines avait fait des champignons à la surface

ses yeux collaient

les volets étaient restés ouvert

le jour rentrait en faisant un boucan fou

un toucan fou

les boulangeries venaient d’allumer leurs fours

il s’était caché dans sa boite aux lettres

il y avait passé la nuit recroquevillé

le front contre son gros orteil

juste de quoi respirer

 

Filed under: - Cral — Cral @ 22:45

une course poursuite entre deux individus

un homme qui s’en va cacher sous un tapis

 

 

un concert de flute traversière improvisé sur un tabouret

Filed under: - Cral — Cral @ 22:44

une femme qui a confondu une cuisse de jambon serrano avec son luth

un femme qui a vu quelque chose d’inattendu hors cadre

un homme qui fait des gargarisme

un homme qui porte une table basse étant sur le dos

26 novembre 2018

Filed under: - Cral — Cral @ 23:16

gens qui poussent leur cadis à la queuleuleu (le troisième fume une cigarette en même temps)

 

femme qui promène son cadi (en laisse car elle à peur qu’il s’échappe)

 

homme qui descend une pente la tête dans son cadis

 

homme qui attend son bus accoudé à son cadis

homme qui court en poussant son cadis et va bientôt percuter de plein fouet l’homme qui attend son bus accoudé à son cadis

Filed under: - Cral — Cral @ 20:41

une nappe rose à petites fleurs bleues

accroché à la porte fenêtre qui donne sur le balcon

devant une grande table en bois

et deux bouquets

un d’oeillets roses pale et jaune

et l’autre de grande pâquerettes rouge vif

quelqu’un s’est endormi sur la table

le soleil se lève dans la nuit bleu vif

ses pores de peaux sont ouverts

le froid y rentre sans question

ses pores se referment dessus

la bave sèche sur la table laisse éclore une trainé de coquelicot

qui finit le reste de vin rouge  abandonné dans le fond du verre en plastique

 

Filed under: - Cral — Cral @ 16:07

des femmes nues dans du saké.

 

 

 

 

sur l’encolure du cheval.

Filed under: - Cral — Cral @ 14:44

 

 

 

 

« Après un accident de cheval à l’âge de neuf ans, Salvatierra a perdu l’usage de la parole. »

Filed under: - Cral — Cral @ 14:33

au passage, mon mot de passe c’est cheval

Filed under: - Cral — Cral @ 14:00

en peignant du bleu sur blanc en écoutant une chanson

qui disait qui disait

qui disait

qui nous rappelait que les chevaux aussi sont mort à la guerre

et ça ben les gens ils oublient

et les chevaux aussi

pourquoi il y a pas de monuments pour eux hein

pourquoi ça

après tout l’histoire serait peut être toute autre si les chevaux n’avaient pas donnés de leur âme, de leur tripes, de leurs naseaux et boyaux

peut être qu’il y aurait aujourd’hui seulement deux continents

pas de pays

des frontières dans le ciel et sous terre

peut être même qu’il y aurait pas eu de guerre

cette possibilité là les historiens ne s’y sont pas penchés

et pourquoi

par jalousie?

allez savoir

parce qu’ils ont des sabots?

des dents plus grandes que nous?

parce qu’ils trottent ?

hennissons à l’unisson aurait dit le général si les choses avaient été autrement

Filed under: - Cral — Cral @ 00:26

il a pris la route sans casque.

les parois de la salle où il a été interrogé se sont affalé sous le poids des gouttes.

c’était un soir sombre du mois de décembre.

ils étaient allés le chercher à son domicile.

perquisition sans prévenir.

son dentier est resté dans le verre d’eau sur sa table de chevet.

la lampe allumé.

encore en chaussette.

il a passé la porte du commissariat en baillant.

s’est assis à côté de la chaise.

les navets ont été récoltés dans le coin de la pièce.

la terre en était toute retournée.

 

25 novembre 2018

Filed under: - Cral — Cral @ 13:30

petite elle a mangé le rouge à lèvre dior de sa mère.

parce qu’elle trouvait ça bon!

Filed under: - Cral — Cral @ 13:20

tu m’as enlevé l’eau de la bouche!!

j’ai des mots coincés entre les dents

entre deux molaires pour être plus précise.

sous une couette un verre se déplace.

humide et froid

ça ne s’est pas arête depuis ses cinq ans et demi

aujourd’hui elle en a 38.

24 novembre 2018

Filed under: - Cral — Cral @ 13:11

23 novembre 2018

Filed under: - Cral — Cral @ 23:18

dans un entonnoir tu bouches la sortie

les quatre membranes écartés pour toucher les parois

ça glisse sous tes pommes

ton nez coule

la morve dégouline sur ta lèvre du dessus

on voit tes dents à travers ta coquille

tu n’es pas très bien caché tes poils dépassent de ton slip

barrette ton cinéma c’est plus drole

une fois ok, deux bon à la limite, toi c’est trop

en plus tu le sais je suis pas la première à te le dire

mais avec toi c’est toujours la même chose, ça rentre par une oreille et ça sort par le cul

c’est redondant à force

tu m’ennuie

tu me creuses des cernes en bas des cuisses

 

 

 

Filed under: - Cral — Cral @ 23:14

eh dis donc c’est pas mal d’écrire un peu dis donc, j’avais oublié

ça vide un peu

et se relire aussi parfois c’est étonnant

c’est un peu addictif aussi j’avais oublié

 

Filed under: - Cral — Cral @ 23:08

ça m’déracine à chaque fois

comme un besoin d’exorcisme

c’est tout bloqué

je sais pas à quoi c’est du

c’est énérvant

c’est frustrant

j’me sens pas là

en regard de moi même

c’est fatigant

c’est faux

c’est enervant

ouais je l’ai déjà dit mais je le redis

c’est enervant

non enfant c’est pas juste enervant

ça me noue le bide en vrai

ça me fait peur

comme si j’avais perdu quelque chose en route

là c’est trop chelou

c’est trop bizarre

je me regarde jouer

je me regarde faire en me voyant fausse et en me voyant me regardant

j’ai l’impression que les autres ne voient que ça aussi

voient ce faux que je ne veux pas

ce faux malgré moi qui ne trouve pas d’explication

je ne me supporte pas dans ces moments là c’est l’enfer

je me sens vraiment comme un vieille merde sèche sur un bord de trottoir sale

j’aimerais m’enfuir en courant de ce moi qui m’presse

ah putain c’est l’enfer là

ça me bouffe

j’vais vomir un coup je reviens

en vrai j’aimerais bien réussir à vomir mais j’ai rien à vomir

je n’ai pas de mots à mettre sur tout ça

j’ai peur que ça s’installe

et puis j’ai peur que ce truc d’avant enfant soit qu’illusion, non allez stop ça part trop loin

j’espère réussir à comprendre, peut être à force d’écrire ça va sortir tout seul

 

22 novembre 2018

Filed under: - Cral — Cral @ 22:35

j’me relie rarement

Filed under: - Cral — Cral @ 22:34

Chute dans un escalier

sous un arbre

un pommier

elle était en train de retire un par un les poils de barbe du mec qui nous sert le café le dimanche

meticuleusement

centimètre carré par centimetre carré

le piano bougeait tout seul dans le fond de la salle

il en a mangé le micro avec un bison sur le dos

le front eclaté sur le mur

ça saigne

l’essuie glace n’y change rien

c’est capturé dans un écran

dans le coin gauche du bureau

il se tortile les fesses dessus

ça saigne

une queue de pan sur le crane voilà tout ce qu’il merite

Filed under: - Cral — Cral @ 22:13

Hier soir elle est venu sonner en bas de mon immeuble

elle fait ça de temps en temps, assez rarement mais quand meme de temps en temps

la fréquence n’est pas regulière

je lui ai ouvert

elle a monté les deux étages

j’avais laissé la porte ouverte

j’étais installé sur mon canapé dans mon peignoir beige à odeur de bouche de chat

elle n’a pas enlevé son manteau et s’est assise sur le fauteuil en osier

elle ne me regardait pas

elle fixait le bouquet dans le vase sur la table basse

un silence assez pesant

un petit noeud à l’estomac commençait à se faire sentir de nos deux côtés

je sentais le moment ou tout allait jaillir

toujours impressionant comme moment

et puis très inatendu

j’attendais, je la fixais puis regardais le sol

c’est si dur d’arriver à écrire sur soi

ça arrive enfin

il continue d’habiter ses moindres recoins de temps, de pensées, d’actes

il se glisse un peu partout

elle lui court après avec un balais mais il est vif

elle veut le mettre sous le tapis

le glisser dessous ne pas le voir

elle sait pourtant que ça ne sert à rien, comme de marcher sur des clous

car même quand il finit par s’y cacher elle trébuche sur son corps et se retrouve le nez dans la poussière à sentir son odeur de bien trop près

pendant un an il était loin et pourtant là

aujourd’hui ils sont dans la meme ville et rien ne change

deux fois elle l’a vu

et tous les jours elle pense le croiser

c’est une maladie de merde ou pas une maladi mais un putain de truc dégueulasse envahissant

un truc avec un visage et un prénom

elle à les sourcils froncés

ça pleure sur le parquet

elle a envie de lui eclater la gueule par terre

de l’effacer avec une gomme

un peu trop violent de l’eclater par terre

il n’y peux rien lui, il a rien demandé et il en sait rien d’ailleurs

il pense quoi bordel

il y pense pas c’est certain

mais pourquoi il continue de se prélasser au fond de ses yeux

elle n’a pas encore inventé la porte de sortie

elle à trop peur de son départ je crois

elle à trop peur du trou de son absence

cet espèce de silence qu’il va laisser derrière lui quand elle lui aura construit cette putain de porte de sortie

c’est super flippant de voir le vide de l’habitude

devoir tout ranger différement dans cette tête si habitué à cet « individu »

elle à begayé, elle à dit « chat » puis « rat » puis « homme » puis elle a finit par le designer comme « individu »

son coeur bat un peu plus vite

elle est triste

ça lui pince le coeur

un peu trop fort

ça pique

ça fait monter l’eau à ses yeux

elle ne sait plus quoi dire sur lui elle à épuisé les mots

elle s’est epuisée aussi

et puis elle ne sait même plus ce qu’elle attend

elle à meme pas envie de quelque chose avec lui

et pourtant, peut être oui

elle ne sait même pas qui il est

elle ne sai tplus en tout cas

ou peut être ne l’a jamais vraiment su

si il savait bordel

mais est ce qu’il sait? Est ce qu’il se doute de tout ça?

Ces questions elle me les pose à chaque fois, à chaque fois oui

depuis maintenant je dirais un an et demi et peut être un peu plus

c’est bizarre ça n’arrive pas vraiment à sortir

en tapant sur mon clavier j’ai envie de casser mon ordi en deux

j’ai une espèce de rage contre moi même

comme une merde coincé au bord de mon trou du cul

une envie de crier à peter les timpans des voisins d’en face

comme un truc coincé dans la gorge

envie de courir longtemps pour évacuer tout ça mais putain ouais j’ai grave la haine bordel de merde

ouais j’suis vulgaire et alors bordel merde quoi !

Ça fait chier

il me fait chier vas y mais dégage va voir ailleurs

lache moi je veux plus je veux plus je veux plus je veux plus

je veux que tu disparaisse

qu’on ne se soit enfait jamais connu j’aurais vraiment préféré ça

il y a tellement de chose auxquelles je préférerais penser plutot qu’a toi putain

tu fais chier

et tu n’en sais rien

j’ai envie de tout te geueler à la gueule mais ça servirait à rien

t’as pa senvie de construire un truc je le sais et pourtant je m’accroche à ce truc inexistant

pourquoi bordel

dégage je t’ai dit

je vais la construire cette putain de porte de sortie

j’ai envie de te rayer putain

j’ai envie que tu me craches à la gueule

que tu me dises en me regardant dans les yeux que tu t’en bats les couilles de moi

que tu n’es pas amoureux et que tu ne le seras jamais

que c’est pas grave mais que c’est comme ça et qu’il vaut mieux que je t’oublie

j’ai presque envie que tu me dises que tu es amoureux de quelqu’un d’autre

mais non quand même pas, je préfère pas savoir et juste ne plus jamais te croiser après ça

21 novembre 2018

Filed under: - Cral — Cral @ 20:30

Filed under: - Cral — Cral @ 20:26

Filed under: - Cral — Cral @ 20:24

son nom c’est Gaston

Filed under: - Cral — Cral @ 20:22

Filed under: - Cral — Cral @ 20:18

le plongeon fut bref

Filed under: - Cral — Cral @ 20:13

« Older Posts

Powered by WordPress