Errances

16 janvier 2019

Filed under: - Cral — Cral @ 23:10

dans un brouillon de vermicelle j’y ai perdu ma cuillère

 

le drap de dessous est taché d’urine

 

 

l’huile flotte dans l’eau

Filed under: - Cral — Cral @ 23:09

dans un sous sol bien encombrés

je trébuche sur des objets

 

15 janvier 2019

Filed under: - Cral — Cral @ 10:42

ça sent le violet

c’est pâle et épais

au touché ça prend la forme d’un intérieur de crustacé

un mollusque

une odeur de parfum de vieille

l’apogée du fumoir sans aération

dessiner un patron

un carré qui court sur la plage

une bouteille à la mer

une dissonance sous l’eau

un placard à balais sans verrou

l’étanchéité du rejet

Filed under: - Cral — Cral @ 10:39

derrière la porte le calme fait du bruit

Doug respire fort juste à côté de mon visage

je sens son souffle chaud qui sent vaguement la cuisson au beurre

il est malade

le rhume ne le lache plus

il l’enlace et l’embrasse langoureusement

ça mousse autour de la bouche

il a des problèmes intestinaux aussi Doug

j’ai toujours défendu que sa mollesse était normale

« mais non il est pas bizarre, c’est juste qu’il est un peu à l’ouest, dans son monde »

oui il passe des heures face à un mur rouge sans parler

et alors?

mais enfant il avait des problèmes de foie, son foie est promis à disparaître

Doug est un microbe

 

13 janvier 2019

Filed under: - Cral — Cral @ 18:04

une plaine de plis

au fond d’un sceau ton visage se reflète

c’est Narcisse qui à craché dedans

un molard aussi gros que mon poing

ça flotte sans faire de vagues

la couleur du vinaigre dans les rides de ton front

Filed under: - Cral — Cral @ 15:19

Filed under: - Cral — Cral @ 15:05

UN DÉSERT VIDE ET BRUYANT

 

 

UN OCÉAN PLEIN ET UN PEU TROP SILENCIEUX

 

 

Filed under: - Cral — Cral @ 14:49

Un désert avec des sous-marins qui apparaissent du vide, du saturé

Un peu comme dans une usine

là où les chaussettes se tricotent à la que leuleu

des choses très coordonnées dans un grand n’importe quoi

pas réussir à tout saisir parfois

essayer de parler, de montrer un monde sous-marin

sous-jacent

Filed under: - Cral — Cral @ 01:41

dans un rond il y a mis son doigt

c’était violet et tendre

musqué et voilé

dense et fourbe

 

la tête encore toute mouillé

sous le pieds une épine

son dos est rugueux et pale

un bleu vert d’eau tendant vers le rose

 

le pré de colchique se déploie sous le préau de son école

il a vomi sur ses talons

après avoir vu éclore un coquard un peu trop sombre au coin de son arcade

c’est un glissement de nénuphar

Filed under: - Cral — Cral @ 01:32

Filed under: - Cral — Cral @ 01:28

« dans un paragraphe parsemé d’ongles coupés de la veille

il y a eu un tremblement

c’était quand tu avais posé ta main sur mon ventre sans avoir prévenu comme tu le fais d’habitude »

c’est les derniers mots que m’avait écrit Doug sur un papier laissé sur la table de la cuisine avant qu’il claque la porte pour aller à un enterrement

sans les guillemets biensur

10 janvier 2019

Filed under: - Cral — Cral @ 09:30

Quand je l’ai rencontré,

Doug avait encore toute sa tête

c’est notre manie à essayer de tout décortiquer qui lui a fait perdre la boule

notre obsession de se le partager à part égale qui lui a fait péter une durite

notre souffle sur ses couilles qui l’a rendu marteau

nos ordres dès le réveil qui lui ont fait perdre la boussole

nos ongles qu’on ne voulait pas couper et qui lui lasseraient le dos quand on faisait l’amour qui lui ont fait perdre les pédales

nos courses à la montre pour savoir qui irait le plus vite pour acheter une boite d’oeuf et un shampooing en apnée qui lui a fait yoyoter de la cafetière

je commence à avoir des remords

 

9 janvier 2019

il en avait juste fait tombé une goutte

Filed under: - Cral — Cral @ 19:51

Filed under: - Cral — Cral @ 19:49

Filed under: - Cral — Cral @ 19:49

Filed under: - Cral — Cral @ 19:47

Filed under: - Cral — Cral @ 19:46

DIEU DE LA ZIK

Filed under: - Cral — Cral @ 19:45

TRAGÉDIE

Filed under: - Cral — Cral @ 19:44

Filed under: - Cral — Cral @ 19:44

Paul et Charles

Filed under: - Cral — Cral @ 19:43

c’est la colique des pommes de terre

Filed under: - Cral — Cral @ 19:41

Filed under: - Cral — Cral @ 14:10

ATTENTION …. BOMBARDEMENT IMINENT….

Filed under: - Cral — Cral @ 14:08

désolé j’avais pas de scanner à portée de main ces vacances….. :

Filed under: - Cral — Cral @ 13:46

j’ai un faible pour les courants d’air

je me laisse séduire par les passages fugaces

j’ai peur de ceux qui s’assoient sur cette chaise dans le coin la bas

et qui ne veulent plus bouger jusqu’à ce que la porte s’ouvre à nouveaux

j’attends avec impatience leur départs

une fois mais pas deux un autre est rentré trainant une chaise derrière lui qu’il à mis face à moi puis est allé s’assoir sur les genoux de l’autre dans le coin la bas

à ce moment là j’ai vu un œil qui épiait l’action derrière le rideau

je n’arrivais plus à me concentrer sur ma dictée

une bourrasque a défenestré les deux inconnus

un plat sur le béton

seulement un des deux a survécu

rebondissant sur la colonne vertébrale du mort

des grains de riz éparpillés dans une blanquette de veau

8 janvier 2019

je rectifie mon tir

Filed under: - Cral — Cral @ 21:56

sur la couette tombé au sol Doug se masturbe en pensant à toi

il y laisse des poils blancs et roux ainsi que quelques gouttes de bave ressemblant à la rosée d’un matin de septembre

ses testicules ressemblent à deux pompons que tu avais suspendu à tes clés avant de les perdre

il s’allonge maintenant sur la table et pose sa tête sur mon clavier d’ordinateur

il pousse mon menton avec sa bite et s’assoit avec ses bouts de merde collés au cul sur mon agenda

sous ses poils des puces courent et dans ses intestins des vers glissent

il ne veut pas que je t’écrive

il ne veut plus de toi dans nos vies

sa tête dans le creux de mon cou il me murmure des mots doux

Filed under: - Cral — Cral @ 21:52

j’ai les mains dans les poches de mon grand peignoir beige

ça fait un bruit de cloches qui se cognent

j’ai cinq vases miniatures d’un coté et deux de l’autre

c’est hier matin, je lui ai tout confisqué

il jouait avec alors que j’avais un oeil encore fermé par le réveil

Doug est un hyperactif

c’est le café il en boit trois saladiers par jour et deux bassines pendant la nuit

son état s’aggrave

il n’a plus d’espace entre ses mots

plus de virgules, ni de points

c’est juste un déferlement de syllabe,

plus de phrases

 

5 janvier 2019

CRAKEN

Filed under: - Cral — Cral @ 22:51

JETABLE

Filed under: - Cral — Cral @ 22:44

Filed under: - Cral — Cral @ 12:32

sur la couette tombé au sol le chat se masturbe en pensant à toi

il y laisse des poils blancs et roux ainsi que quelques gouttes de bave ressemblant à la rosée d’un matin de septembre

ses testicules ressemblent à deux pompons que tu avais suspendu à tes clés avant de les perdre

il saute maintenant sur la table pour s’allonger en ronronnant sur mon clavier d’ordinateur

il pousse mon menton avec son museau et s’assoit avec ses bouts de merde collés au cul sur mon agenda

sous ses poils des puces courent et des ses intestins des vers glissent

il ne veut pas que je t’écrive

il ne veut plus de toi dans nos vies

sa tête dans le creux de mon cou il me murmure des mots doux

 

 

3 janvier 2019

Filed under: - Cral — Cral @ 00:55

MANGE UN OEUF SANS SEL

Filed under: - Cral — Cral @ 00:23

« Quel beau temps nous laissons fuir! Une bonne chaleur, un fond d’air sec. »

Filed under: - Cral — Cral @ 00:22

31 décembre 2018

Filed under: - Cral — Cral @ 11:58

 

les deux doigts plantés au milieu des yeux

sans anesthésiant

sans lubrifiant

29 décembre 2018

Filed under: - Cral — Cral @ 18:00

évider les coquilles

emprunter les filament

les flèches sans directions

la passoire sans trous

parsemer la cotelette

Filed under: - Cral — Cral @ 17:58

clairsemer les colchiques

26 décembre 2018

Filed under: - Cral — Cral @ 10:58

Des fois trop réfléchir bloque toute possibilité

L’envie de trop bien faire bloque l’envie de lâcher les murs

Les rendre brillants, collants, qu’ils brillent toujours,

Que le passage paraisse frais, daté d’à peine quelques minutes

Pouvoir imaginer cette personne qui a laissé sa langue taper sur le mur tout ce temps,

Penser ça au milieu d’une salle vide

Penser ça peut être même sous une douche assise sur un tabouret en étant toute habillée

Et parler

Parler de quoi?

Peu import, parler

Ou lire un texte sur une feuille mouillée comme les murs

Indéchiffrable comme les voyelles

Parler fort

Puis ne laisser plus aucun son sortir de la bouche,

Juste des mouvements, et la langue qui claque sur le palais

Comme une porte quand on sort un peu trop vite d’une pièce,

(Pas loin) des gens s’activent,

Ça bourdonne en silence,

Des occupations diverses,

Des trajectoires aux rythmes différents,

Raser les bordures,

S’allonger.

LA MATELASSIÈRE D’ALAIN

Filed under: - Cral — Cral @ 10:43

25 décembre 2018

Filed under: - Cral — Cral @ 22:47

Filed under: - Cral — Cral @ 22:44

Newer Posts »« Older Posts

Powered by WordPress