Errances

22 janvier 2019

le pardon

Filed under: - Evan — Evan @ 23:23

Et revoilà Jean Jean. Il a grandi, il a des enfants maintenant. Il a mis son blouson en cuir et son t-shirt Anthrax au placard. Maintenant qu’il taille sa barbe et qu’il ne boit plus que du vin il envoie une lettre à sa mère pour se faire pardonner.

Bonjour maman,

Pardon d’avoir crié à la bibliothèque quand j’étais petit. Je savais que tu aimais beaucoup les livres, j’étais très énervé.

Pardon pour avoir dit que je préférais papa, je regrette.

Pardon d’avoir coupé tes fleurs, c’était bête de les trouver trop jolies.

Pardon pour toutes les fois où j’ai recraché tes plats pour mieux hurler.

Pardon de ne pas t’avoir cru quand tu m’as dit que je le regretterais. Je le regrette maintenant.

Pardon pour les colères et les parties de cache-cache dans les supermarchés.

Pardon pour toutes les choses que j’ai cassées. Elles ne méritaient pas d’être cassées.

Pardon pour tous les moments qui auraient pu être bon et que j’ai gâché.

J’espère que tu me pardonnes,

Ton Jean Jean.

 

Jean Jean sait que c’est trop tard et que le cimetière n’a pas de boîte aux lettres, alors il brûle sa lettre. Dans la pièce d’à côté ses enfants hurlent à lui en faire péter le crâne.

19 janvier 2019

Tu veux quoi?

Filed under: - Evan — Evan @ 23:27

Je veux que quand j’entre dans le métro tout le monde baisse les yeux.

Tu mange quoi?

Filed under: - Evan — Evan @ 23:25

Quelque chose à mi-chemin entre un big Mac et une cuisse d’enfant.

Tu penses à quoi?

Filed under: - Evan — Evan @ 23:23

Je pense que si la chose était si simple on aurait déjà trouvé la solution.

18 janvier 2019

Odyssée 2019

Filed under: - Evan — Evan @ 20:57

16 janvier 2019

Filed under: - Evan — Evan @ 23:49

Félix a 34 ans et il a un animal dans la gorge.

Il l’a découvert un matin, en se réveillant. Un léger mal de gorge le faisait tousser et même après plusieurs verres d’eau il sentait encore une gêne au niveau de sa trachée. Il faillit s’évanouir quand, devant la glace la bouche largement ouverte, il vit deux yeux ronds et une grand sourire obstruer en partie sa cavité buccale.

Choqué, il le fut encore plus quand il entendit entre ses dents l’animal lui parler. Il parlait avec l’exacte même voix de son hôte. L’animal lui expliqua que pendant la nuit il avait trouvé ce refuge chaud et humide très accueillant et s’y était blotti.

Félix tenta de le raisonner mais la créature n’était pas décidée à partir. Elle lui dit même qu’elle comptait rester un temps. Peut-être visiterait-elle le reste de son habitat plus tard. Alors Félix employa la manière forte. Il but autant d’eau que possible tout en se gargarisant mais cela n’eut pas d’effet. Il essaya avec une pleine bouteille de vodka que la créature écopa entièrement hors de sa bouche à chaque gorgée. Enfin il avala une bouteille entière d’huile d’olive et fit un peu de trampoline mais l’animal s’agrippait fermement à son œsophage. Cela provoqua une grosse quinte de toux que Félix ne put calmer. Il finit par vomir tout le liquide qu’il avait ingéré jusqu’alors, et dans cette mare poisseuse se débattait le parasite.

Félix l’écrasa d’un coup de talon et put enfin commencer sa journée.

15 janvier 2019

Même avec sa coquetterie,

Filed under: - Evan — Evan @ 23:19

Dédé sonde ton âme.

14 janvier 2019

voyeur

Filed under: - Evan — Evan @ 20:19

13 janvier 2019

Sur la plage abandonné…

Filed under: - Evan — Evan @ 22:14

12 janvier 2019

Filed under: - Evan — Evan @ 23:50

11 janvier 2019

Aujourd’hui j’ai pris le train

Filed under: - Evan — Evan @ 23:01

Aujourd’hui j’ai pris le train. Je me suis mis à l’aise, je me suis bien calé au fond de mon siège.

Un homme est arrivé et m’a demandé si cela m’ennuyait de lui céder ma place.

C’était un très vieil homme.

J’ai soupiré et dis que oui, cela m’ennuyait.

Il a répondu qu’il n’y avait plus d’autre place dans le train et qu’il ne pouvait pas rester debout à cause de son arthrite.

J’ai jeté un coup d’oeil et en effet il ne restait plus aucune place assise.

J’ai mis mes écouteurs et j’ai fermé les yeux, je le sentais encore devant moi.

Il a insisté mais je l’ignorais. Quand le train s’est mis en marche il est tombé.

Enfin je pensais être tranquille mais plein de gens sont venu tout autour du vieux monsieur.

Il s’était cassé une jambe. Quelqu’un tira le levier d’arrêt d’urgence, s’en était trop.

Je me levais avec résignation et soulevais le vieux monsieur.

L’amenant jusqu’à une porte que j’ouvrais je le jetais sur les railles et refermais derrière moi.

Enfin je pus revenir à ma place, les gens étant descendu à leur tour.

10 janvier 2019

0_0_0_0_0_0_0_0_0_0_0_0_0_0_0_1_

Filed under: - Evan — Evan @ 23:48

01001010 01100101 00100000 01110010 11101010 01110110 01100101 00100000 01100100 01100101 00100000 01101101 01101111 01110101 01110100 01101111 01101110 01110011 00100000 11101001 01101100 01100101 01100011 01110100 01110010 01101001 01110001 01110101 01100101 01110011.

9 janvier 2019

Lanceur Spatial

Filed under: - Evan — Evan @ 22:54

8 janvier 2019

Hé ho du bateau!

Filed under: - Evan — Evan @ 22:35

Je suis sur mon bateau tout seul, j’entends des chants qui me font rougir, ce soir aucune étoile n’éclaire ma dérive.

Devant, un récif tout noir tout luisant. Il m’a pas loupé je suis rentré dedans… J’y vois un passage, je m’y engouffre. Dans son creux l’eau du large y glisse. Je tombe je me cogne, contre des parois de granite lisse, plissé comme des draps salés. Ça tourbionne ça m’emporte, une vague brûlante m’inonde. submergé, balloté, elle me recrache ivre, sous le ciel mouillé.

Je suis sur mon bateau tout seul, j’entends des chants qui me font rougir, ce soir aucune étoile n’éclaire ma dérive.

7 janvier 2019

Filed under: - Evan — Evan @ 15:30

6 janvier 2019

Bleu Bonheur

Filed under: - Evan — Evan @ 23:58

5 janvier 2019

Prévention canidé malveillant!

Filed under: - Evan — Evan @ 23:11

Attention chien méchant!

Gaffe cabot acariâtre!

Précaution toutou acerbe!

Prévenance vautre accrimonieux!

Garde molosse amer!

Circonspection canin aggressif!

Prophylaxie clebs fielleux!

Défiance corniaud antipathique!

Prudence limier féroce!

Méfiance clébard hargneux

Qui-vive gardien odieux

Alerte animal turbulent

Filed under: - Evan — Evan @ 00:42

 

3 janvier 2019

Les cris de la consuela sonnaient creux sous la voûte en pierre

Filed under: - Evan — Evan @ 23:32

2 janvier 2019

Filed under: - Evan — Evan @ 19:21

1 janvier 2019

résolutions 2019

Filed under: - Evan — Evan @ 19:15

Faire plus attention à ses lunettes.

Commencer une collection de chaussettes rayées.

Ne pas trop s’essouffler.

Arrêter de siffler pendant la messe.

Ne pas oublier de faire le tri.

Devenir riche.

Brosser mon chat quand je suis là.

Respecter ses résolutions jusqu’au bout.

31 décembre 2018

T’es beau quand tu souris

Filed under: - Evan — Evan @ 16:45

30 décembre 2018

Le Horla

Filed under: - Evan — Evan @ 22:30

Julien a un jumeau sous sa peau. Il est invisible mais peut interagir avec le monde physique. Son jumeau qu’il a nommé Horla aime boire du lait et de l’eau. Du fait de leur ressemblance on confond souvent Julien et Horla, bien que Horla soit invisible. Il y en a beaucoup pour dire que ce jumeau n’existe pas, que Julien l’a inventé. Mais c’est faux. Sinon comment expliquer que parfois Julien veut sourire et se met à pleurer? Que parfois il se met à crier et à casser des choses sans aucune raison? De plus Julien a ressenti sa présence bien des fois. Les pages du livre qu’il lit se tournant toutes seules, les verres d’eau et de lait qui se vide pendant la nuit, le sentiment tenace d’un regard permanent derrière lui alors qu’il se trouve parfaitement seul chez lui, sont autant de preuves irrefutable que Horla existe bel et bien!

Julien déteste son jumeau et il pense que cette aversion est réciproque. Horla n’est pas tout le temps là, il s’en va parfois pendant des semaines voir des mois. Julien a déjà passé une année entière sans ressentir sa présence. Le reste du temps il le sent tout près, dans la même pièce ou bien carrément sur sa poitrine quand il se réveille. Horla peut se contenter de le regarder en silence. Mais lorsqu’il reste avec Julien pendant longtemps, il aime prendre possession de son jumeau et lui faire faire ce qu’il veut. Horla est capricieux et de nature colérique. Chaotique, imprévisible, il peut pousser Julien à bout juste pour s’amuser.

Julien a bien souvent tenté de se séparer de son jumeau. Mais celui-ci ayant la capacité de disparaître, l’idée est restée sans succès jusqu’à maintenant. Alors quand Horla devient un peu trop envahissant, Julien s’en va en voyage. Horla n’aime pas changer d’air. Malheureusement Julien est fatigué et Horla devient de plus en plus possessif. Il sait qu’il ne pourra pas endurer d’autres crises, il a décidé de tuer son double, de le brûler. L’asperger d’essence et de craquer une allumette. Il le fera à la maison, quand il sera sûr qu’il est bien là. Alors il le brûlera et l’entendra crier son nom.

29 décembre 2018

Filed under: - Evan — Evan @ 14:19

27 décembre 2018

Karen fait de l’escalade

Filed under: - Evan — Evan @ 23:34

Karen chante sous la douche

Filed under: - Evan — Evan @ 23:33

Karen donne à manger aux pigeons

Filed under: - Evan — Evan @ 23:33

26 décembre 2018

Filed under: méandres,- Evan — Evan @ 18:49

24 décembre 2018

Et dans ses yeux, la trace ronde d’un soleil fané

Filed under: - Evan — Evan @ 23:47


 

23 décembre 2018

Filed under: - Evan — Evan @ 23:01

22 décembre 2018

Filed under: - Evan — Evan @ 23:30

S’il fait chaud, Pierre cligne des yeux.

S’il cligne des yeux il ne peut pas bien viser.

S’il ne vise pas bien il ne gagnera pas le concours de fléchettes de son lycée.

S’il ne gagne pas le concours de fléchettes du lycée ça mère sera déçue.

Si elle est déçue, Pierre sera triste et fera de longues promenades pour oublier ses soucis.

S’il fait de longues promenades il suera abondamment et aura chaud.

S’il a chaud, Pierre cligne des yeux…

21 décembre 2018

AleAlejandro Jodoorowskysky

Filed under: - Evan — Evan @ 16:21

20 décembre 2018

Qui sommes nous pour juger

Filed under: - Evan — Evan @ 22:27

quand on ne peut être que ce que l’on peut?

19 décembre 2018

Filed under: - Evan — Evan @ 20:23

18 décembre 2018

Gégé a toujours bon goût

Filed under: - Evan — Evan @ 23:55

17 décembre 2018

évolution des symptômes d’une scoliose

Filed under: méandres,- Evan — Evan @ 22:01

16 décembre 2018

Filed under: - Evan — Evan @ 23:33

15 décembre 2018

Emploi du temps de Mr M.

Filed under: - Evan — Evan @ 21:43

Se lever 7h/jour

Amener les enfants à l’école 1/jour

Travailler au boulot toujours/jour

Lire une page de roman 1/jour

Brosser ses dents 3/jour

Boir de l’eau 1L/jour

Rire 5min/jour

Brosser le chat 4/jour

Faire les courses 0.25/jour

Ranger les icônes de son bureau en fonction de leur fréquence d’utilisation 0.1/jour

Chercher les enfants à l’école 1/jour

Sortir tard le soir 0.2/jour

Regarder la télé 1h30/jour

Penser à sa femme 10/jour

Marcher 3km/jour

14 décembre 2018

Filed under: - Evan — Evan @ 23:44

13 décembre 2018

Filed under: - Evan — Evan @ 19:41

J’ai dans mon jardin un arbre en forme de boule. C’est du gui. Il fait bien trois mètres de diamètre et ses feuilles pointues tombent jusqu’au sol. Un jour j’ai découvert qu’il était creux. Après une couche de trente centimètres de broussailles piquantes il ne reste plus qu’un réseau de branches fines et souples partant d’une multitude de troncs blancs. Le sol ne voyant jamais la lumière du soleil (même en hiver car le gui à un feuillage persistant) il est tapissé d’une épaisse couche de feuilles brunes et sèches.

Avec mon frère on y aménagea une base secrète. On installa des bancs en forme de souches, des bibelots volés dans le garage. On tailla une entrée discrète face au talus en prenant beaucoup de précautions à chaque fois que l’on y allait.

Dedans, l’extérieur n’existe pas. On est dans une bulle verte et brune. Le soleil n’arrive qu’en gouttelettes à travers le feuillage serré. On devine la route juste à côté avec le passage de quelques autos mais rien n’entre, rien ne se passe au-dehors qui n’a de prise au-dedans.

Un jour mon père nous entend jouer dans notre base secrète. Le lendemain quand y retourna, l’intérieur s’était rempli de feuilles piquantes. On ne pouvait plus y entrer et on essaya plus d’y revenir.

Newer Posts »« Older Posts

Powered by WordPress