Errances

26 janvier 2019

errance version skyrock 2008

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 20:59

 

 

 

 

24 janvier 2019

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 20:23

étreinte
éternité

23 janvier 2019

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 12:34

21 janvier 2019

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 20:30

Un do diez, un do bémol, un dos bossu. Quand viendras tu visiter les coulisses lisses de mon piano?
Piano, vite, sfumato vaporeux comme ton souffle dans les bronches de l’harmonica.
Le chapeau de feutre aux bords élimé par les sessions du samedi soir au ténor. Biaiser ses regards le temps d’un vol assommé par le tambour de tes pupilles.
Bourrasque, t’es un con. Le cor est de feu dans le vent, j’ai faillis mourir de ne pas danser sur les genoux d’un piano. le do d’un piano confus d’ivresse.
Il hoquette, le pétillant du champagne gaze même le pupitre. Boire à ta mamelle me comble de doutes, c’est donc ça vivre? Qui aurai cru que l’on pouvait s’énamouracher d’une chèvre? Le copain accordéon au fusain a grise mine.

20 janvier 2019

nous sommes une date dans l’agenda artistique du monde

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 18:34

 

CRARI

 

 

17 janvier 2019

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 23:34

 

Ma colère est bloquée dans une larme. Dans ma bouche qui est cousue comme un chiffon. J’ai mal au coeur de t’avoir regardé si près, de ta danse saccadée et toute morcelée dans tes mots maniaques et vomit sublime. Tes mots tuent. Ils sont la colère. Tes yeux fous. Je les aimais. Ils me font du bien et me font peur. Tu m’agace. Tu m’saoul.

 

 

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 22:41

14 janvier 2019

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 17:00

 

personne n’a dormi et ils ont éteint le feu.
la voiture à brulé seule dans un coin de la ville pendant qu’ailleurs ont court.
après qui tu en as?
personne ne dort plus

et j’ai appris de la nuit
la lenteur et l’ennui
j’ai appris que demain
jamais il ne vient
pour les allumés éveillés
aux visages enfumés

t’es parti et t’as rien dit.
tu t’ai couché sur ma jambe et t’as dormi.

vas-y ferme ta paupière
et je m’installe dans un regard sourd
(timide et secret)
que de contempler les mains amoureuses et agitées de poésie.
vite, écris-moi et arête de dormir.
demain c’est loin.
on s’en fiche.

 

 

13 janvier 2019

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 23:44

 

 

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 23:44

 

 

 

« Celui qui bâtit le monde est celui qui active son errance.” Adonis, mémoires du vent.

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 20:08

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 20:07

j’ai pas trouvé le mot. peut être étoile. peut-être pas de mot.

11 janvier 2019

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 17:54

Sisyphe n’en sait rien et roule son cailloux sans dormir parce qu’il se pense libre
Sisyphe est invincible de tourner en rond
Sisyphe dit: roule la pierre et t’en fais pas

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 13:38

 

 

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 12:18

« the day you plant the seed isn’t the day you eat the fruit »

 

 

 

 

 

 

10 janvier 2019

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 02:40

Même si tu revenais, Ulysse
même si les distances s’amenuisaient
et que flambait le guide
dans ton visage tragique
ou dans ta terreur intime

tu serais toujours l’histoire du départ
toujours tu resterais dans une terre sans promesse
dans une terre sans retour

Même si tu revenais, Ulysse

– adonis, terre sans retour

8 janvier 2019

« je suis né à la lune où les chevaux perdent leur poil rude »

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 23:59

 

 

 

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 00:46

 

j’ai deux amis qui sont aussi mes amoureux

 

 

 

en 2019 je serai en amérique

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 00:37

comme tous les soirs je veux être demain matin quand je sens l’odeur du café, je ne dors pas car passé minuit j’ai mille idées et envies qui germent, j’ai beaucoup trop d’énergie dans l’âme et le corps doit dormir. souvent ça me rend mélancolique, sorte de temps révolu qui n’est qu’hier auquel je n’ai pas pu tout donner, demain qui est trop loin. corps éthérique qui danse. dormir c’est ridicule pour les rêves. la flemme.

7 janvier 2019

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 22:06

discussion du petit dej

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 22:01

c’est quoi un être? c’est quelque chose de vivant. donc c’est quelqu’un un animal un végétal. alors on peut pas dire une être pour une femme. mais si. tu comprends pas. on dit les travailleurs et les travailleuses, et c’est même pas la même chose (quand ça nous arrange quoi). c’est vrai.

les êtres humain(e)s et pas les Hommes avec un grand h.

6 janvier 2019

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 14:21

 

 

 

 

et vous???

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 00:53

 

 

 

5 janvier 2019

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 18:32

paris rennes

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 15:09

J’ai si froid que je vais mourrir glacée. Il y a des feux de paille qui s’étendent jusque jamais. Le champ est pres de l’autoroute où les images ne s’impriment pas bien et une voiture est un oeil qui saute. Les autoroutes c’est pour ceux qui restent derrière la vitre du bus et pensent être ailleurs (sac de couchage sur la plage), pour les paysages oubliés sans personne dedans. La forêt est scindée en morceaux minuscules et les loups n’y dorment plus. Exile. Ils ont exilé les grands pins ils sont mort sur la route qui s’en fiche. C’est pour tout ça qu’ils ont allumé des feux dans les champs. Pour donner à voir le drapé orange qui disparait en fumée sur l’étendue du vert et du gris qui dure 5h30.

4 janvier 2019

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 20:26

 

 

 

 

 

 

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 20:25

 

 

 

 

 

 

 

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 20:23

 

 

 

 

 

 

 

 

 

fj

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 20:09

 

 

 

2 janvier 2019

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 00:02

facteur

1 janvier 2019

mes cheveux puent la clope

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 16:55

 

 

 

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 16:44

j’ai plus publié parce que paris me fatigue et me saoul etc j’en ai mare du gris et du bruit. mais je ne veux pas que mon premier post 2019 (même si sincèrement les dates sont hyper abstraites dans ma tete et n’ont pas re réel sens et c’est d’ailleurs pour ça que ça me gave de fêter la nouvelle année alors qu’il y a tellement d’autres choses à célébrer au quotidien) soit celui-ci: morose.

je vous partage mon nouveau mantra: « ta vie est une manifestation » (mon mantra 2018 c’était « si tu veux faire partie de quelque chose, créer quelque chose »). les mantras vous suivent longtemps et surtout ressurgissent quand il faut. je vous conseil de trouver le votre, celui (ou même plusieurs) qui raisonne en vous et dites-le, écrivez-le, hurlez-le, brulez-le, jetez-le sur les autres et le monde et ça fonctionnera je crois.

 

 

 

28 décembre 2018

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 02:45

 

 

Tu t’es perdu et un avion aux ails en tourbillons est venu te chercher dans la vallée. Les cris sont morts et tout va bien, un peu de sang sur la cheville et le dos qui gratte. Quand tu marche le metal tangue et deux dreads se balancent silencieusement dans ton cou. Le cou mouillé car tu transpire la terre brune.
Les cailloux font des tours magiques. Immobiles. Anciennes.

 

 

 

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 01:22

viens on dérive à nouveau. paris le froid et la nuit. être un et plus trois.

23 décembre 2018

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 13:57

 

 

 

 

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 13:49

la guirlande c’est comme des lucioles qu’on attrape et qu’on enferme dans les mains et le souffle qui se fait est bruits de tapotements sur la guitare, les instruments perlés de bois et la chanson qui chuchote à l’oreille. J’imagine la nuit et son grand ciel dans un endroit chaud et les âmes naïves qui dansent se regardent et disent “on est heureux je crois” (même parfois quand on fermait les yeux on était quand même deux).

 

pleine lune en cancer

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 00:13

O  69

 

21 décembre 2018

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 19:40

random things 

 

palmbomen et des clopes

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 19:37
non mais comment tu fais pour comprendre les autres et leur langage sourd? c’est quoiau fond? errance est un alphabet pour déchiffrer les autres.
ce matin à 13h, pluie et pensées liées à l’attente idiote. il me demande si je chante. j’ai loupé son concert. il dit que les gens se lassent. le vieux monsieur dit que les ados dorment les samedis matins alors il peut sortir. il n’aime pas les enfants parce-que c’est trop loin.
le café est trop fort pour les gens hypersensibles. klarae parle des atypiques, border, ecstasy, LSD pour ouvrir des portes et voir le dessin s’activer sur le mur.
le café paresseux me rappel berlin. avec loz on prend des cafés et des clopes dans les spatten en été et ses yeux sont fatigués. sa voix est grave et raisonne dans la table. « nothing at all », c’est un garçon triste qui fait la fête et tombe amoureux la nuit. le vélo cassé, on rentrait du KOPI ivres sur le vélo qui grince et heureux d’être les seuls sur la route. loz ressemble un peu à david bowie.
je ne vais pas à l’école parce que christian n’est pas là (ou l’inverse).

le monsieur à la retraite au bar

Filed under: méandres,- ideesvagues — ideesvagues @ 19:28
« ne pas être prit dans un système
maîtriser le système.
il y a eu un manque c’est évident
terrible même.
mais il a duré moins longtemps qu’on le pensait
j’en avais mare, j’pouvais plus saquer les ados
j’venais plus en ville le mercredi.
t’as pas eu un moment difficile?
t’inquiète pas, je rêve tous les soirs que j’fais cours
ça te bouffe la vie.
j’ai des collègues dans la campagne ça leur arrivent.
y’en a qui ont fait cours dans la nuit.
le chambrage classique.
ça participe à la bonne ambiance du groupe.
comme vous vous voyez tous les jours vous vous dites plus bonjour?
tu te complique la vie, c’est beaucoup plus simple que ça. »
Newer Posts »« Older Posts

Powered by WordPress