Errances

17 janvier 2020

Filed under: - barb — Barb @ 11:20

Longues nuits cisaillées

Courtes journées d’éveil vif

Un temps fut long que je ne pensais plus vivre autre chose

Voilà que surprise

Voilà que remise

Des courses de petits enfants

De la boue généreuse

vient accueillir ces corps rieurs trop heureux de chuter pour encore se relever

B(zéro)LÉR(zéro)

Filed under: - bradpitt — bradpitt @ 10:44

Méduse

Filed under: venelles,- slip_de_bain — Slip_de_bain @ 10:27

J’aime bien le mot Viscéral, parce qu’il me prend aux tripes.

Filed under: - jujustfn — jujustfn @ 00:09

« catharsis c’est le mot sympa pour dire fuite en avant »

Merci

16 janvier 2020

Symphonie n°nul AKT VII

Filed under: - bradpitt — bradpitt @ 23:59

penser trop fort et se demander si les autres entendent

Filed under: - servane — servane @ 19:09

liste

Filed under: - chroniqueschroniques — ChroniquesChroniques @ 18:09

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 15:17

Tout se recoupe et ça m’ennui

Chemin

Filed under: - barb — Barb @ 11:09

Paraphrase des temps courus

Des jambes se promènent en bas de chez moi

Là où il y avait des monceaux de boue jaunis par le soleil

Se trame en deux fois deux

Un quadrillage de plein fouet

Une terre nourricière

Le homard

Filed under: - slip_de_bain — Slip_de_bain @ 10:29

Sous l’eau il était tranquille. Il faisait sa petite vie, très simplement, sans rien demander à personne. Un jour on l’a sorti, et on a voulu le manger. Il n’a rien dit parce qu’il ne savait pas parler.

15 janvier 2020

Filed under: - bradpitt — bradpitt @ 23:59

croisement rue Jean Milon

Filed under: - servane — servane @ 18:46

Monsieur et Madame
se croisent rue Jean Milon
le chien de Monsieur
s’approche de Madame
elle fait un pas de côté,
commence à rigoler
Monsieur esquisse un sourire
désolé Madame, ce chien est con
il n’embête que les jolies filles
en vrai c’est pas ce qu’il a dit
d’ailleurs il n’a rien dit
mais il est déjà trop tard
voilà Madame qui repart
son casque sur les oreilles
le pas décidé, les hormones calmées
Monsieur, abandonné au coin de la rue
se retourne une fois
laisse passer trois secondes
se retourne deux fois
vers Madame qui n’y pense déjà plus
il parle à son chien
ne trouve plus son chemin
Monsieur, perdu rue Jean Milon
entreprend alors son deuil
Madame ne sera pas à son bras
ni dans ses draps
un vrai con, un bon à rien
on parle toujours du chien

Rêve

Filed under: venelles,- zijian — Zijian @ 16:59

Filed under: venelles,- zijian — Zijian @ 16:53

FRAFRA

Filed under: - chroniqueschroniques — ChroniquesChroniques @ 14:14
Faut-il
Rire
A
Force de
Regarder en
Arrière

Filed under: - barb — Barb @ 14:08

Une aventure

Un ventre lié

Un sursaut

Une carapace oubliée

Gibraltar

Filed under: - slip_de_bain — Slip_de_bain @ 10:28

C’est où le Mozambique ?

Gibraltar

Filed under: venelles — Slip_de_bain @ 10:27

C’est où le Mozambique ?

histoires_de_l_age_d_or

Filed under: venelles,- ana.a — ana.a @ 06:31

 

histoire fausse et invraisemblable, faits, aventures imaginaires.  destiné à distraire.

kitra

Filed under: venelles,- ana.a — ana.a @ 06:29

14 janvier 2020

Symphonie n°nul AKT VI

Filed under: - bradpitt — bradpitt @ 23:59

vivre des choses et être morose, ça s’efface avec le temps qui passe

Filed under: - servane — servane @ 22:14

 

 

What we need is petrol

Filed under: venelles — Le Morse @ 21:40

mélèzes

Filed under: venelles,- daph — Daph @ 21:05

jardin?

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 18:17

Le plaisir

Filed under: - slip_de_bain — Slip_de_bain @ 15:33

C’est comme si personne, ni même la nature n’avait construit ce lieu, et pourtant il existait. Il y faisait très sombre. Très peu de lumière. Au centre, était posé un verre, rempli d’eau gazeuse.

valerien_fables

Filed under: venelles,- ana.a — ana.a @ 08:50

esprit

Filed under: venelles,- mykelh — mykelh @ 01:10

L’esprit me secourt enfin ! Je suis tout à coup inspiré et j’écris consolé :

Au commencement était l’action.

13 janvier 2020

KHAN

Filed under: - bradpitt — bradpitt @ 23:59

Né dans la cité de Uttar Pradesh, Apu est le fils de deux esclaves du Raja Paljor VI. Ne voulant pas une vie d’esclave pour leurs enfant, les parents d’Apu le font s’échapper de la cité alors qu’il n’a que 8 ans. Via un convoi de marchandises, Apu se retrouva dans la cité de Madhya Krishna où il dut se débrouiller seul. Jusqu’au jour où il fit la connaissance d’Agastya, une vendeuse de faux artefactes magiques sur le marché noir qui le prit la main dans le sac en train de voler sur son étalage. Elle le prendra finalement sous son aile. Apu se lie également d’amitié avec des orphelins des rues de son âge. Sous la tutelle d’Agastya, ils deviendront la Légion de Garuda, Garuda étant une divinité du savoir. Ce groupe d’enfants deviennent progressivement des informateurs importants des bas-fonds de la cité. La Légion fut la nouvelle famille d’Apu qui est un garçon qui n’aspire pas à de grandes choses si ce n’est de retourner à Uttar Pradesh pour retrouver ses parents. Alors qu’il à 16 ans, Agastya tomba malade et Apu, ,négociateur de talent et devenu maître dans l’art de l’entourloupe, endossera le rôle de leader de la Légion dont les membres lui octroyèrent le titre de Khan, signifiant dirigeant. Agastya mourra 2 ans plus tard, alors qu’au même moment, un nouveau Raja accède au pouvoir dans la cité: Sayajirao IV. Sayajirao IV mettra en place un politique dite du «nettoyage» de la cité, voulant faire perdre l’image de plaque tournante du commerce obscure de la ville. Ainsi, les Shikaarys, des chasseurs de primes commencèrent à arrêter tous les pratiquants d’activités illicites de Madhya Krishna, dont la Légion de Garuda. Lâche, Apu fuis la cité avec pour but d’aller retrouver ses parents. Il regretta beaucoup son abandon de la Légion mais il avait trop peur de revenir, de peur d’avoir déçu ses amis. Sur la route, il se greffa à une troupe de cirque: l’Arche de Fallo. Le dirigeant du cirque, Fallo Morita était un homme d’Ainos qui compta à Apu ses récits sur le continents. Apu devint l’animateur du cirque, développant ses talents d’orateur. Le point négatif de l’Arche est que ressemblait quelque peu à une secte où ses membres jurent fidélité à vie à la troupe. Apu jura, se sentant protéger et se disant qu’il filerait en douce au moment voulu. C’est ce qu’il fit 2 ans plus tard alors que le cirque passait dans la région d’Uttar Pradesh. Il rejoignit la cité avec la joie d’y retrouver sa vraie famille. Mais la joie fut de courte durée quand sa quête de les retrouver emmena Apu au cimetière, découvrant que ses géniteurs étaient décédé depuis maintenant 7 ans. Des nouveaux remords s’emparèrent de lui, regrettant de n’être jamais revenu plus tôt. Il fit alors la rencontre d’un gorille du nom de Grodd qui avait pour objectif de rejoindre Ainos afin d’y devenir magicien car il avait appris l’existence d’une école de magie. Apu y vit une occasion de repartir de zéro et décida de faire route avec lui. La force physique de Grodd associé à la malice d’Apu leur permirent d’atteindre le continent facilement. Une fois en Ainos, les deux amis reussirent à rejoindre le Hoeth. Mais la condition de gorille de Grodd l’empêcha de rejoindre l’académie, tandis que Apu intégra quand à lui le Cercle. Il quitta une nouvelle fois un proche, laissant une nouvelle fois transparaitre son individualité. Il suivra l’enseignement magique jusqu’au bout et deviendra un magicien puissant, tourné vers la manipulation. Préférant travailler seul, Apu aciéra au fil des ans l’image d’un magicien ingérable et fourbe. Alors qu’il a 54 ans, la crise du dragon se déclara sur le continent et comme les autres magiciens du cercle, il fit envoyer en mission sur l’affaire. Cependant, récemment touché par une malédiction menaçant sa vie, Apu décida de subtiliser des reliques magiques au Cercle et parti tenter de se sauver à la Forêt Enchantée auprès de l’élémentaire Condor. Suite à une mésaventure impliquant la mage millénaire la Rein de Corbeaux, il perdit une des reliques mais fit sauver par des aventuriers envoyés rentrés en contact avec les Élémentaires et par la même occasion reprendre les reliques volé à Apu. En revenant de la forêt, il apprit que son vieil ami Grodd fit tuer durant une attaque de dragon. Confronté aux conséquences de la crise des Dragons, Apu est une nouvelle fois plein de remords et se jure de ne pas fuir cette fois. Le Cercle n’existe plus et la magie disparait progressivement du continent. En l’absence d’Amélie, ancienne grande archimage du Cercle, Apu rassemble alors les derniers magiciens du continent afin de créer le Nouvel Ordre Magique dont il prend la tête.

moraine/moräne

Filed under: venelles,- daph — Daph @ 23:03

un glacier, bientôt rocheux

Filed under: venelles,- daph — Daph @ 23:01

bref 39°

Filed under: - chroniqueschroniques — ChroniquesChroniques @ 22:32

j’ai la rage

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 21:52

Je déteste détester

Mais pour détester en ce moment je déteste

Je déteste au moins autant que les endives au jambon

Et c’est pas peu dire.

Filed under: - jujustfn — jujustfn @ 21:48

jusqu’au dernier souffle ils feront vivre cette braise, ils feront renaître le feu

Filed under: - barb — Barb @ 20:54

Petits exercices

Filed under: venelles,- zijian — Zijian @ 19:35

Hanta dit

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 16:22

« Tout les jours, dix fois par jour, je suis ébahi d’avoir pu m’en aller si loin de moi même »

Filed under: - servane — servane @ 16:21

 

La sonde

Filed under: venelles,- slip_de_bain — Slip_de_bain @ 15:29

La sonde avait été envoyée. Tout se passait bien pour l’instant, pas de problèmes, qu’ils soient majeurs ou mineurs, rien a reporter. Mais au fond elle servait à quoi cette sonde ? Personne ne le savait vraiment, et pourtant c’était une évidence de la lancer. On suivait les relevés qu’elles indiquait tous les jours, on notait tout scrupuleusement, sans savoir quoi en faire. On les donnait aux supérieurs, qui les regardaient, qui réfléchissaient, mais eux non plus ne savaient pas quoi en faire. C’était l’idée de qui au départ ? Ça non plus on ne sait pas, et puis qu’est ce que ça apporterait de toute façon. C’était là, on s’en occupait et c’était tout ce qui comptait.

quasimodo

Filed under: venelles,- ana.a — ana.a @ 09:35

« Older Posts

Powered by WordPress