Errances

7 novembre 2020

Les plats en sauces

Filed under: - grenaloce — grenaloce @ 22:38

Lynna et ses plats en sauce huilent ma tête
Splourch Splourch
Fait le bruit des dits plats 
Tellement gluants, tellement imbibés
Qu’une seule poussée de votre fourchette transforme votre assiette en lac
J’adore
 aller manger chez Lynna
J’ai
 l’impression d’y manger le monde entier.

16 juillet 2020

danser et pleurer

Filed under: - grenaloce — grenaloce @ 15:56

je profite de l’absence d’Errances pour massacrer mon idole, David guetta

Bonne vacs <3

 

16 juin 2020

ISAAC, ou la quête éternelle de l’auto suffisance.

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 23:21

Isaac est indépendant.

Vraiment indépendant.

C’est important d’insister sur ce point, il y tient.

Isaac est indépendant au point qu’il rigole à ses propres blagues.

A plus petite échelle, on pourrait dire qu’il fait à manger pour lui et seulement pour lui.

A plus grande, Isaac est son propre ami, amant, frère, père, mère, professeur.

Seul Isaac peut comprendre Isaac et l’élever à une version supérieure de lui même.

Bien-sur, c’est volontaire, Isaac n’est pas inconscient.

Isaac estime qu’il n’a besoin de personne, ni pour l’éduquer, ni pour l’aimer, ni pour lui procurer du plaisir.

Isaac s’auto suffit.

C’est très important à ses yeux.

A tel point qu’il fuit les autres.

Peut être qu’au fond, une fois les avoir côtoyé -les autre- il aurait trop peur de se rendre compte qu’il en a besoin.

Alors il ne fréquente pas les autres. Il se fréquente lui même. Il en est heureux.

Il ne demande jamais un renseignement, quitte à se tromper.

« Il faut faire ses propres erreurs pour avancer » à dit un jour quelqu’un, il ne sait plus qui. Mais cette phrase il l’aime bien.

Isaac ne fait que ça. Ses propres erreurs. Il ne prend jamais celle des autres pour modèles, non, ce ne sont pas les siennes.

Déjà par principe, il n’utiliserait jamais les expériences d’autrui à ses propres fins, et puis surtout, ce n’est pas comme si il en avait besoin puisqu’il est auto-suffisant.

Ne vous méprenez pas, ce n’est pas facile. C’est un travail constant sur sois même.

C’est comme si vous faisiez un tout nouveau monde, ou tout est à inventer, tout est à définir.

A l’avenir, Isaac espère même vivre grâce à ses propres moyens, avec ses propres inventions, sa propre monnaie, ses propres ressources.

Il aimerait même tout déconstruire, inventer son propre langage, la signification de ses propres mots.

Parfois il se demande même si le fait de vivre sur la terre ne limite pas le pouvoir de son auto-suffisance.

La quête éternelle

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 23:20

 

La quête éternelle c’est un peu la quête de tout un chacun
Le genre de truc qui t’anime, au point de, même quand la réponse cherchée est trouvée, continuer la quête car sans elle on ne se sent plus exister.
Et se sentir exister c’est exister
Alors cette quête peut faire office de vitalité, d’adrénaline, d’addiction, peut importe on à l’impression qu’elle nous est nécessaire.
Le ressentis est que si on ne l’accompli pas, on restera toujours un peu vide, quelque part.

La quête éternelle c’est le sentiment de regret permanent qu’on sent plus ou moins fort, en fonction des moments.

Prenons un jeu RPG. La quête n’est pas éternelle, l’histoire à une fin. Le problème de la quête éternelle, comme son nom l’indique c’est que, on fera tout, inconsciemment ou pas, pour que l’histoire n’ai pas de fin.
Parce que dans le fond peut être qu’on préfère se sentir tourmenté par cette chose non résolue, plutôt que de se sentir vide une fois la réponse trouvée.

La quête éternelle c’est ce qui permet, même au plus froid des glaçon, de ressentir des émotions contradictoires, de la passion de la colère de l’amour, peut importe.
La quête éternelle, c’est notre capacité à s’auto mettre des battons dans les roues, juste pour un peu d’amusement, pour combler les trous de l’ennui de notre vraie vie.

Ses sujets sont divers, ridicules ou passionnant , mais ils sont tous légitime grâce à l’importance qu’on leur donne.

5 mai 2020

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 15:49

 

chat d’aluminium

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 15:47

l’abat-jour est différent

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 15:47

je croyais pourtant que ce tabouret n’avait que trois pieds

jumelles

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 15:46

23 avril 2020

l’arrêt son

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 20:04

Axe 6 dans 2 lard out

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 19:33

 

14 avril 2020

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 18:50

étirements

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 18:35

quesaco?

faire un choix

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 17:34

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 17:24

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 15:35

Ma tête est un terrain dans lequel je m’amuse à jeter toute sorte de choses

Ici elles ne périssent jamais

Elles pullulent, se propagent et deviennent des labyrinthes

je m’y promène quand je m’ennuie

 

Je m’ennuie souvent

Ici les questions s’entassent et donnent des réponses à l’infini

Ici je viens quand je m’ennuie de choisir à l’extérieur

 

 

9 avril 2020

les plantes empotées

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 12:37

les escaliers

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 11:48

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 11:43

6 avril 2020

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 20:50

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 20:15

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 18:47

je voulais apprendre toutes les régions et leurs capitales

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 18:38

25 mars 2020

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 18:07

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 18:06

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 18:06

24 mars 2020

aie

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 15:28

en pleine cure de sébum, j’ai les cheveux aussi gras qu’un kouign-amann

je bois tant de thés que dès que je bouge, mon corps fait un genre de « gloup » pour signifier que si je continue je vais devenir liquide

j’ai l’impression d’être une huître avec un chapeau d’algues sur la tête

23 mars 2020

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 10:00

 

l’escalier des comptes des milles et une nuit que j’ai vu au théâtre était au moins aussi sanglant que ça

heureusement ça s’est calmé

désolé je scan avec mon bigot

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 09:57

 

21 mars 2020

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 13:04

ambidextre

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 13:03

19 mars 2020

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 22:25

Bonjour la quarantine

Tu me rappelle la cantine

Quand y’a du riz au lait

Et qu’on est obligé d’en manger.

18 mars 2020

On comprend rien à ce que je dis

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 21:45

Vous ne me comprenez pas non, non pas parce que je suis super marginale et perchée (perchée peut être un peu quand même), mais parce que. Un gâteau . Je pense au gâteau parce qu’hier j’ai regardé le meilleur pâtissier, c’est marrant que sur gâteau et pâtissier il y ai des accents circonflexes, bref, et le thème, du meilleur pâtissier c’était; « perché ».

Voilà. Je fais des connections beaucoup trop rapides. Et puis je sais pas, ça, ça n’aide pas. Le problème c’est que ma tête s’emballe, et puis mes yeux voient bien l’incompréhension de mes interlocuteurs. Du coup, entre deux mots qui n’ont rien à voir; mettons : pelouse et Jean Luc Reichman , même si ce n’est pas un mot et qu’en cherchant bien on pourrait sans doute trouver un rapport entre les deux, je m’excuse. Pelouse, ah désolé, mais revenons à Jean Luc Reichman. Oui j’adore les douze coups de midi. En plus du meilleur pâtissier ça fait probablement de moi la ménagère de moins de 40 ans modèle. Mais revenons à nos moutons. Je m’excuse et cela produit un effet encore plus déconcertant sur l’interlocuteur qui essaye déjà difficilement de comprendre la course de ma tête; pourquoi elle s’excuse?

Je suis désolé d’être incompréhensible mais ça ne m’aide pas à me faire comprendre, alors je suis condamnée à être un bourbier de paroles, qui ne s’excusera pas de peur de vous enfoncer encore plus, mais qui sera donc consciente d’être impolie de ne pas s’excuser et ça c’est grave, parce que la politesse j’y tiens. Beaucoup même. Alors je tiens quand même à m’excuser au final. Pardon, même si ça ne vous aide pas, et encore plus pardon que ça ne vous aide pas d’ailleurs.

J’espère qu’un jour on me comprendra

 

JE SAIS PAS mince à la fin

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 21:32

Être indécis

C’est un peu comme être ambidextre après tout

De toute façon je suis les deux.

En fait je sais pas trop

Plus gauchère dans les situations posées

Droitière en cas d’urgence

Ambidextre?

Être indécis c’est aussi un peu quand on est au super marché et qu’on hésite entre Coca et Orangina. Du gaz et des bulles, même combat dira-t-on, mais pour moi c’est un calvaire. Et mon addiction au coca n’arrange rien: j’ai tendance à vouloir y résister. Mais bon c’est dur.

Surtout depuis un discours qu’on m’a fait autour du coca, et que je risquais de mourir et tout ça tout ça

J’y crois

Enfin je sais pas

Mais ça m’a quand même fait un petit coup de flip

Être indécis, bah c’est pas savoir, et le faire savoir; qu’on sait pas. Moi, si je sais pas, enfin comme je sais pas, je le dis. Pour que tout le monde soit bien au courant, bah, que je sais pas quoi!

Mais du coup on comprend rien à ce que je dis.

Parce que j’ai pas l’air de savoir.

Et puis j’ai pas que l’air entre nous.

Enfin pas entre nous, vu que je fais savoir que je ne sais pas

Mais c’est peut être pas clair?

Je sais pas

12 mars 2020

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 17:47

j’ai vu un type se mettre à danser au super U en entendant un son groovy

je me suis fais la réflexion que j’étais plus du genre à pleurer devant un paquet de Haribo

mais en dansant sur le son groovy quand même

parce que ça va mais pas trop quand même

 

9 mars 2020

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 11:26

Les gouttes gouttent un instant sur la gommette, puis s’écoulent sans un bruit

Sur le sol

mais je les entend

Tambouriner dans ma tête

Et plus ça tambourine, plus y il a de gouttes qui gouttent

Sur la gommette

Trempée

Et elle ne colle plus

3 mars 2020

chez moi

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 23:10

Comme un chien qui pisse sur un arbre

J’ai écris sur une maison

Pour dire qu’elle était à moi

Ou peut être que j’ai pisser

Je ne sais plus

24 février 2020

non je rigole

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 23:14

En réalité je postillonne si fort que Rennes est pleine de bave, que la bave fait glisser les mauvais esprits jusqu’à la sortie, qu’elle termine enfin cette fichu ligne de métro, qu’elle passe les bars en happy hour permanent, qu’elle apprend les bonnes manières et qu’elle soigne les maux des gens.

Je postillonne si fort que je vais sauver le monde.

Mon postillon est présomptueux

Mais plein d’espoir

mercure rétrograde

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 23:07

Je voudrais cracher sur vous

Parce que vous me crachez dessus

Mais on aurait l’air bêtes

Pleins de la salive de l’un

Pleins de la salive de l’autre

Alors crachez moi dessus

Je vous envahirai

de ma tendresse

La tête pleine de bave

L’esprit tranquille

Ça vous fera pleurer

Écumez moi

Je vous éduquerai

A coup de d’indulgence

Et de bonté

18 février 2020

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 17:42

Robin ne se rase pas les jambes, enfin pas tout le temps

C’est une manière de s’empêcher de faire des bêtises

Quand on sent qu’on va faire une bêtise, on ne se rase pas les jambes, c’est la solution, on ne fera pas la bêtise si nos jambes sont poilues. Enfin c’est ce que pense Robin. L’envie de bêtise est parfois si prenante que Robin tente par tout les moyens de se les raser. Les jambes.

 

 

 

bon anniversaire

Filed under: venelles,- grenaloce — grenaloce @ 02:11

Evan disait que le coeur c’était comme la mousse qui pousse entre les parpaings

Il disait aussi que les gens étaient comme les crampons sous les chaussures de foot, qu’ils lui transperçaient la mousse du parpaing, alias son petit coeur.

Chaque parpaings doit être évité, surtout si il y pousse de la mousse, et surtout si vous portez des crampons.

N’écrasez pas le coeur d’Evan

« Older Posts

Powered by WordPress