Errances

2 février 2020

c’est marrant en ce moment sur errance il y a presque plus que des textes
bienfaits de cette maison dans ce grand jardin, et de ce chat qui ronronne?

28 janvier 2020

Filed under: - arsène — Arsene @ 22:59

Je suis un innocent les mains pleines
Bien vu l’aveugle me direz vous
Pour que je m’active les bras croisé
C’est pas demain la veille

Filed under: - arsène — Arsene @ 22:57

Quand on est pas bien dans la teuté
Y a truc qu’on oublie, c’est sois même
Et puis le temps aussi
Sans oublier que en faite si on oublie
On ne sait plus ce qu’on aime, on ne sait même plus si on s’aime
On est là mais pas là mais personne le voit
Ou peut être que si mais on ne voit pas que les gens voit que nous ca va pas
On pense que, ah non peut être pas
Du coup on parle et puis d’autre fois non

Proposition de mot

Filed under: - arsène — Arsene @ 22:53

Svindigue
Rastrope
Glaradisme
Grovizob
Fuscage
Herovisme
Tormivuge
Plovatère
Fraseque
Coulophasme
Profufe
Prigratine

12 janvier 2020

Filed under: - arsène — Arsene @ 02:12

Je me suis perdu pendant longtemps à la recherche du mieux
Remplacé mes compétences, ma volonté par la technique
J’ai cru que si je n’y arrivais pas c’est parce que je n’avais pas les bons outils
Incapable de voir que les outils était mes propres mains et mon regard
Ces yeux qui maintenant ce porte sur chaque chose pour ne pas en perdre une miette
Chaque sensation est une passerelle vers l’appaisement
Me laissant traversé par les émotions de ce qui m’entoure

6 janvier 2020

Un pas après l’autre

Filed under: - arsène — Arsene @ 04:16

Désormais, chaque mot, pensé prise sur la route me mène à l’apaisement.
Avant de m’inquièté du regard des autres, je dois profiter de celui qui mes offerts.
A contenpler les joies et les peines qui subsiste en moi comme des ressources inconditionnelles.
Elle trace par leurs forces et leurs poids, sous mes pieds, la marque de mon avancé vers mon ascèse.

4 janvier 2020

Filed under: - arsène — Arsene @ 00:16

Aujourd’hui la courbe convexe de mes lèvres on fait verser des larmes de joie à ma vue qui en a pris plein.

3 janvier 2020

Filed under: - arsène — Arsene @ 04:06

“Nous dominons la planète et la reproduction? Alors aussitôt nous devons décider, sous de probables menaces, de tous les éléments de cette domination. Sans nous en apercevoir, nous sommes passés du pouvoir au devoir, de la science à la morale.”
Michel Serres Entretien accordé au journal Le monde, 21 janvier 1992

« Tant de bras pour transformer le monde, si peu de regards pour le contempler. » Julien Gracq, romancier.

31 décembre 2019

Filed under: - arsène — Arsene @ 03:19

« En fait, on devrait mettre Narcisse tout nu dans une forêt vierge et lui dire :  » Maintenant débrouille-toi tout seul puisque tu es le meilleur! » »

Matthieu Ricard

28 décembre 2019

Filed under: - arsène — Arsene @ 03:26

Bla bla bla
Encore un texte pour tout dire et encore moins
Je me force à écrire, certain dirons que c’est que cela devient intéressant
Je dirai plutôt que ca devient contraignant
Mais travailler sous la contraintes c’est bien
Ok ca marche
Plus simplement, j’écris sans dire un mot
Je parle sans en vouloir la moindre lettre
Allez ciao les nazes

25 décembre 2019

Vraiment bien suggéré

Filed under: - arsène — Arsene @ 02:39

À la cafet je vous remercie de votre réponses et de gagner de l’espace pour la fin sera pas la même manière et on voit dans le domaine des sciences appliquées en ce que vous aviez un moment où il a pris la bonne année au minimum de temps à la rentré de congés le faire parvenir un RIB je suis a votre service de ma mère et la connexion est trop tard je vais pas te donner un petit budget et le crechage le plus proche est pas si vous souhaitez faire des photos et les gens fermés par là c’est la même occasion le plus grand bien à un projet avec vous sur les stories de votre réponses je vais prendre mes dispositions que tu es dispo dans un mois parce qu’on ne pas répondre même le temps et ca va me déposer une candidature je reste disponible au téléphone et par extencion de votre part veuillez accepter l’expression des gènes impliqués je vais faire le grand public a écrit l’absence des gens que j’aime et je suis en déplacement et ne sais si c’est pas trop tard de mon ressort pour la semaine du mois parce qu’on ne se sont pas les entendre les gars je vais faire le point avec le délire reine du tout c’est quoi les horaires et jours je vais prendre mes dispositions de faire des photos pour les cables de votre réponse rapide je vais faire de l’argentique de votre part et de me dire les démarches nécessaires a un problème l’accès aux ras des paquerettes le plus grand que je suis en déplacement et ne peut se retrouver sur place dans votre navigateur sur rennes cedex Free et Orange business et on voit que vous allez tous ensemble à vous et vos conseils avisés je vais prendre le train à prendre contact par là même pas mater les gars j’en profite également je vais faire le point avec toi je ne peux plus me voir à ce sujet et que vous allez finir avec la navette.

24 décembre 2019

Piou piou

Filed under: - arsène — Arsene @ 01:40

Ki de j’y de vu de ni de ni de nb de nb de ni de ni de ni de ni de ni de ni de ni de nb de nb de ni de lo ap ki de vu ce vu ce vu ce vu de ni de vu de ni de ni d lo sa lo z ce lo sa ni de lo de ni de ni de ni de lo sa vu ce ki de j’y de lo de z désagrément ni de lo de sa lo sa ni de ni ferez lo de ni

21 décembre 2019

Filed under: - arsène — Arsene @ 02:48

Je m’éforce de ne pas dormir quand je suis fatigué et refuse de me reveiller qand je le ne suis plus.
Il y a peu j’ai rêvé. Beaucoup des images et des sentiments était proche du désir. Je me reveille souvent la nuit avec exitation palpable et cela depuis que je m’apaise. Je tente de méditer. A croire ma tranquilité intérieur appel une jouissance.
Il y a un rêve dont je me suis souvenue.
Ma main carressait un corps féminin que je désirait fortement. Pourtant ces désirs a elle n’étais pas les miens. ELle voulait un amour qui se partage. Pendant que moi essayant de d’offrir un peu de mon courage je la survolais.
Pourtant celui qui par la suite était de trop, était plus farouche.
Parti pour ne plus subir, je suis revenu la voir quand elle était seul. Mes caresses était devenu très forte mais douce. Comme si ma main était lourde et qu’elle forcais pour faire sentir a l’autre mon désir et ma présence. Le geste était très fluide pour autant.
Je sentais réellement mon bras et ma main être en plomb comme si les douceurs était réellement.
J’étais bien seul au reveille. Malheureusement ce n’est même pas pour ces raisons que je reste au lit.

18 décembre 2019

Lettre ouverte, pour les gens fermés

Filed under: - arsène — Arsene @ 22:42

17 décembre 2019

Stress

Filed under: - arsène — Arsene @ 05:55

Avoir le chat dans la gorge qui s’amuse avec la boule au ventre.

16 décembre 2019

Mécanique du Euh

Filed under: - arsène — Arsene @ 22:05

Le Euh est la représentation de la peur du silence
Certaine musique sont parfois plus silencieuse que la parole composé de euh

Le début de la ‘fin

Filed under: - arsène — Arsene @ 22:02

Finalement – ‘fin – enfait – donc – enfait – ‘fin – finalement – ‘fin – ‘fin – donc – donc – donc – donc – finalement – enfait – ‘fin – enfait – enfait – finalement – donc – enfait – enfait – donc – donc – enfait – enfait – donc – ‘fin – ‘fin – enfait

Filed under: - arsène — Arsene @ 03:14

Mon cerveau croit que je le berce ..
Il simule un aller retour qui ne cesse
Sauf a mon bon vouloir
Suis je fou de continué
Il me rappel ces moments ou dans mon lit
Je me sens plus grand que je ne le suis

Filed under: - arsène — Arsene @ 03:08

Le temps fil
La mémoire se laisse aller a ce que bon lui semble
Peut être est elle sélective
Il y a bien longtemps que je ne rêvais plus
La reprise de ces plaisirs me fait du plus grand bien
Cette reprise est elle subjective
J’ai sans doute su ne plus penser
Par moment les idées me rappel mais je laisse sonner occupé
Une chance qu’il n’existe pas de moyen de communication intérieur
Il n’y a que là je puisse être seul

11 décembre 2019

Filed under: - arsène — Arsene @ 14:02

Je suis trise de me dire que ce n’est pas ma mort qui mettras fin à mes jours.

Filed under: - arsène — Arsene @ 14:00

J’ai senti que je devais écrire, parce que si j’avais cette envie c’est que j’avais des choses à dire. Et qu’il fallait que je trouve ma propre écriture. Pas un language, quoi que, mais des lettres qui se dessine sous le poid de mes mains et qu’à elles seuls, fassent sens.

9 décembre 2019

Filed under: - arsène — Arsene @ 02:11

Si seulement j’étais un narcissique silencieux ..

7 décembre 2019

Filed under: - arsène — Arsene @ 01:46

J’étais tout là-haut, près de mon frère.
Sous cette arbre se trouvais une cascade
Suivis d’une étendu d’eau avec une profondeur non défini.
Mon regard vu attirer par se vide limité.
Et j’entendis un splash.
Je me suis retrouvé seul sur cette branche au milieu d’une forêt abondante.
C’était a moi de faire le grand saut.
Je n’ai pas pris le temps de réfléchir et ai copié la marche de mon prédécesseur.
Un cri venant des tripes, et les bras le long du corps.
Menant à l’appréciation ultime de l’adrénaline.
Se sentir vivant quand notre corps croit mourir.

6 décembre 2019

Filed under: - arsène — Arsene @ 02:01

Des fois
Je suis
Content d’être content
Et
Parfois
Juste malheureux

Filed under: - arsène — Arsene @ 01:21

Je pensais qu’en partant, mes problèmes serai resté derrière. Pourtant je les ai pris dans mes bagages et les portes encore.
Savoir où aller n’est pas une question d’espace .
Je me retrouve à vouloir rentrer alors que je ne suis pas réellement arrivé.
Prendre le temps va devenir quelque chose d’essentiel.
Trop oublié cette notion.
Dire que dans 30 ans la fin sera là.

1 décembre 2019

Filed under: - arsène — Arsene @ 23:55

Il est moi, je tente d’être lui.

Un truc qui vient l’après midi

Filed under: - arsène — Arsene @ 01:52

J’ai toujours voulu mettre un mot sur ce que je n’arrivais pas à raconter. Concentrer par la volonté d’écrire sans avoir d’histoire. J’ai perdu l’essence même de ce qu’était créer. Ce faire surprendre par une idée qui ne viens pas chaque matin mais au détour d’un égarement, surgis ce qu’on désigne comme idée.

Je vie dans la peur de la médiocrité, je reste là planté pendant des heures à attendre que mon heure sonne. A chaque heure le coucou m’annonce la fin qui se rapproche.

J’ai décidé d’écrire ou les regardes se croisent, où l’on apprécie le soleil et où l’on s’allonge.

29 novembre 2019

Bien vu l’aveugle !

Filed under: venelles,- arsène — Arsene @ 22:42

Je suis un petit homme qui distribut des lettres, je suis un imposteur. Le jeu de mot fut aussi facile que de réaliser que je l’étais. De long discours vienne avant le néant. Si j’avais des choses à montrer je parlerais moins, j’en suis certain.

28 novembre 2019

Filed under: - arsène — Arsene @ 22:14

Si on te propose de faire quelque chose dit « oui »
Après tu te démerde

27 novembre 2019

Malin comme un singe

Filed under: - arsène — Arsene @ 00:24

25 novembre 2019

Filed under: - arsène — Arsene @ 21:16

Je crois que j’aime pas l’école en faite
Une fois avoir lu deux trois trucs, on est au même endroit que tout le monde
Je vais sans doute arrêter ou commencer, tout dépend du point de vue
Bientôt je vais m’en aller ça sera une bonne occasion pour ne pas revenir.

24 novembre 2019

Filed under: - arsène — Arsene @ 02:40

C’est à l’age de 3 mois quand j’ai commencé a marché que je me suis éteins. J’ai fait ce que le monde me demandais de faire, aller vers eux. N’étais-je pas mieux assis. Aujourd’hui mes jambes sont attrofié par la peur. J’en suis au stade de nourrisson. Cette fois ci je ne cris pas « Maman » mais intérrieurement je cris les gens. Regarder moi j’essaye de marché. L’assencion est aussi dure que la redescente. J’ai pris l’escalator de gauche.

21 novembre 2019

Etymologie

Filed under: - arsène — Arsene @ 21:32

Arsène, arsène, arsène.
Mâle, mâle, mâle.
Voilà ce que signifie mon nom. Un homme de sexe masculin. Sans artifice, juste un atribut. La motié du monde est un arsène. Pourtant je me sens différent et veux me démarquer. Je ne suis pas plus con qu’un autre mais si il faut un moins con qu’un autre, je suis surement le con d’un entre eux. Non pas que je me sous estime mais pour que cela fonctionne ca doit être un cercle fermé. Le cercle des cons peut être. De toute manière il faut être con pour penser qu’il y a des cons.

20 novembre 2019

A balle réelle

Filed under: - arsène — Arsene @ 14:09

19 novembre 2019

Hiéroglyphe

Filed under: - arsène — Arsene @ 21:03

18 novembre 2019

Faceswam

Filed under: - arsène — Arsene @ 23:09

Filed under: - arsène — Arsene @ 23:07

Il y a des larmes qu’on apprécie caché
Derrière des montagnes de problèmes qu’on invente
On monte en altitudes sans prendre de hauteur
On chute sans descendre pour se relever sans esclandre
L’odeur d’un feu nous rassurent et nous cajolent
Apprécier le paysage qu’on adore et y voir l’amour qu’on nous acesment.

17 novembre 2019

Aurevoir

Filed under: - arsène — Arsene @ 20:37

J’ai hate que mes grands parents meurts,
Ainsi que toutes leurs génération d’ailleurs
Perdu dans l’espoir qu’ils entendent ce que je voit
Vertue qu’ils ont perdu avec l’âge, à croire tout savoir.

16 novembre 2019

Filed under: - arsène — Arsene @ 09:11

Le ciel et la mer ils sont pareils
Le jours bleu et la nuit noir
Des fois des tachent blanche qui s’en vont
Plus tu essayes de les approcher plus ils sont froid.
Et quand tu regardes l’horizon tu crois qu’ils se rejoignent mais en faite ils gardent grave leurs distances.
Bon ok il y en a un qui donne de la vapeur à l’autre et ensuite lui rend avec de la pluie
Mais faut toujours qu’il y ai le soleil pour créer une relation entre eux.
Et nous on est entre les deux, on a pas envie de choisir, alors on va chez l’un puis chez l’autre.
Parfois on va chez le ciel pour aller chez la mer
D’autre fois on va a la mer pour voir le ciel
En plus je m’entend pas super bien avec la terre, on a bougé ensemble et maintenant je sais plus ou me mettre

Filed under: - arsène — Arsene @ 08:55

J’ai couru comme il y a bien longtemps
Mon bus, lui, était à l’heure comme chaque jours ou presque.
Je me suis senti comme cet enfant qui part trop tard de chez lui et qui tente de rattraper son bus.
Mon sac faisait un bruit de verre piler.
J’était coincé entre ses grelotements et ma démarche élégante.
Chaque pied touchant le seul engendre une monté de sac.
Le déséquilibre accentue la douleur au tibia et m’oblige à ralentir.
Mes jambes brûle, celà faisait longtemps, c’est agréable.

Je tiens avant tout à remercier mes jambes sans qui tout celà n’aurait pas été possible.
Mon coeur qui lui forte heureusement n’a rien laché, toujours présent.
Et en particulier le bus, sans lui pas de but à cette histoire.
Et merci au équipe technique, la route, les feux et les passages piétons.

« Older Posts

Powered by WordPress