Errances

11 décembre 2019

Filed under: - arsène — Arsene @ 14:02

Je suis trise de me dire que ce n’est pas ma mort qui mettras fin à mes jours.

Filed under: - arsène — Arsene @ 14:00

J’ai senti que je devais écrire, parce que si j’avais cette envie c’est que j’avais des choses à dire. Et qu’il fallait que je trouve ma propre écriture. Pas un language, quoi que, mais des lettres qui se dessine sous le poid de mes mains et qu’à elles seuls, fassent sens.

9 décembre 2019

Filed under: - arsène — Arsene @ 02:11

Si seulement j’étais un narcissique silencieux ..

7 décembre 2019

Filed under: - arsène — Arsene @ 01:46

J’étais tout là-haut, près de mon frère.
Sous cette arbre se trouvais une cascade
Suivis d’une étendu d’eau avec une profondeur non défini.
Mon regard vu attirer par se vide limité.
Et j’entendis un splash.
Je me suis retrouvé seul sur cette branche au milieu d’une forêt abondante.
C’était a moi de faire le grand saut.
Je n’ai pas pris le temps de réfléchir et ai copié la marche de mon prédécesseur.
Un cri venant des tripes, et les bras le long du corps.
Menant à l’appréciation ultime de l’adrénaline.
Se sentir vivant quand notre corps croit mourir.

6 décembre 2019

Filed under: - arsène — Arsene @ 02:01

Des fois
Je suis
Content d’être content
Et
Parfois
Juste malheureux

Filed under: - arsène — Arsene @ 01:21

Je pensais qu’en partant, mes problèmes serai resté derrière. Pourtant je les ai pris dans mes bagages et les portes encore.
Savoir où aller n’est pas une question d’espace .
Je me retrouve à vouloir rentrer alors que je ne suis pas réellement arrivé.
Prendre le temps va devenir quelque chose d’essentiel.
Trop oublié cette notion.
Dire que dans 30 ans la fin sera là.

1 décembre 2019

Filed under: - arsène — Arsene @ 23:55

Il est moi, je tente d’être lui.

Un truc qui vient l’après midi

Filed under: - arsène — Arsene @ 01:52

J’ai toujours voulu mettre un mot sur ce que je n’arrivais pas à raconter. Concentrer par la volonté d’écrire sans avoir d’histoire. J’ai perdu l’essence même de ce qu’était créer. Ce faire surprendre par une idée qui ne viens pas chaque matin mais au détour d’un égarement, surgis ce qu’on désigne comme idée.

Je vie dans la peur de la médiocrité, je reste là planté pendant des heures à attendre que mon heure sonne. A chaque heure le coucou m’annonce la fin qui se rapproche.

J’ai décidé d’écrire ou les regardes se croisent, où l’on apprécie le soleil et où l’on s’allonge.

29 novembre 2019

Bien vu l’aveugle !

Filed under: venelles,- arsène — Arsene @ 22:42

Je suis un petit homme qui distribut des lettres, je suis un imposteur. Le jeu de mot fut aussi facile que de réaliser que je l’étais. De long discours vienne avant le néant. Si j’avais des choses à montrer je parlerais moins, j’en suis certain.

28 novembre 2019

Filed under: - arsène — Arsene @ 22:14

Si on te propose de faire quelque chose dit « oui »
Après tu te démerde

27 novembre 2019

Malin comme un singe

Filed under: - arsène — Arsene @ 00:24

25 novembre 2019

Filed under: - arsène — Arsene @ 21:16

Je crois que j’aime pas l’école en faite
Une fois avoir lu deux trois trucs, on est au même endroit que tout le monde
Je vais sans doute arrêter ou commencer, tout dépend du point de vue
Bientôt je vais m’en aller ça sera une bonne occasion pour ne pas revenir.

24 novembre 2019

Filed under: - arsène — Arsene @ 02:40

C’est à l’age de 3 mois quand j’ai commencé a marché que je me suis éteins. J’ai fait ce que le monde me demandais de faire, aller vers eux. N’étais-je pas mieux assis. Aujourd’hui mes jambes sont attrofié par la peur. J’en suis au stade de nourrisson. Cette fois ci je ne cris pas « Maman » mais intérrieurement je cris les gens. Regarder moi j’essaye de marché. L’assencion est aussi dure que la redescente. J’ai pris l’escalator de gauche.

21 novembre 2019

Etymologie

Filed under: - arsène — Arsene @ 21:32

Arsène, arsène, arsène.
Mâle, mâle, mâle.
Voilà ce que signifie mon nom. Un homme de sexe masculin. Sans artifice, juste un atribut. La motié du monde est un arsène. Pourtant je me sens différent et veux me démarquer. Je ne suis pas plus con qu’un autre mais si il faut un moins con qu’un autre, je suis surement le con d’un entre eux. Non pas que je me sous estime mais pour que cela fonctionne ca doit être un cercle fermé. Le cercle des cons peut être. De toute manière il faut être con pour penser qu’il y a des cons.

20 novembre 2019

A balle réelle

Filed under: - arsène — Arsene @ 14:09

19 novembre 2019

Hiéroglyphe

Filed under: - arsène — Arsene @ 21:03

18 novembre 2019

Faceswam

Filed under: - arsène — Arsene @ 23:09

Filed under: - arsène — Arsene @ 23:07

Il y a des larmes qu’on apprécie caché
Derrière des montagnes de problèmes qu’on invente
On monte en altitudes sans prendre de hauteur
On chute sans descendre pour se relever sans esclandre
L’odeur d’un feu nous rassurent et nous cajolent
Apprécier le paysage qu’on adore et y voir l’amour qu’on nous acesment.

17 novembre 2019

Aurevoir

Filed under: - arsène — Arsene @ 20:37

J’ai hate que mes grands parents meurts,
Ainsi que toutes leurs génération d’ailleurs
Perdu dans l’espoir qu’ils entendent ce que je voit
Vertue qu’ils ont perdu avec l’âge, à croire tout savoir.

16 novembre 2019

Filed under: - arsène — Arsene @ 09:11

Le ciel et la mer ils sont pareils
Le jours bleu et la nuit noir
Des fois des tachent blanche qui s’en vont
Plus tu essayes de les approcher plus ils sont froid.
Et quand tu regardes l’horizon tu crois qu’ils se rejoignent mais en faite ils gardent grave leurs distances.
Bon ok il y en a un qui donne de la vapeur à l’autre et ensuite lui rend avec de la pluie
Mais faut toujours qu’il y ai le soleil pour créer une relation entre eux.
Et nous on est entre les deux, on a pas envie de choisir, alors on va chez l’un puis chez l’autre.
Parfois on va chez le ciel pour aller chez la mer
D’autre fois on va a la mer pour voir le ciel
En plus je m’entend pas super bien avec la terre, on a bougé ensemble et maintenant je sais plus ou me mettre

Filed under: - arsène — Arsene @ 08:55

J’ai couru comme il y a bien longtemps
Mon bus, lui, était à l’heure comme chaque jours ou presque.
Je me suis senti comme cet enfant qui part trop tard de chez lui et qui tente de rattraper son bus.
Mon sac faisait un bruit de verre piler.
J’était coincé entre ses grelotements et ma démarche élégante.
Chaque pied touchant le seul engendre une monté de sac.
Le déséquilibre accentue la douleur au tibia et m’oblige à ralentir.
Mes jambes brûle, celà faisait longtemps, c’est agréable.

Je tiens avant tout à remercier mes jambes sans qui tout celà n’aurait pas été possible.
Mon coeur qui lui forte heureusement n’a rien laché, toujours présent.
Et en particulier le bus, sans lui pas de but à cette histoire.
Et merci au équipe technique, la route, les feux et les passages piétons.

14 novembre 2019

Filed under: - arsène — Arsene @ 09:34

Suis je le dernier à monter les escaliers du métro ?

Filed under: - arsène — Arsene @ 08:48

Il y a des gens qui sont en t-shirt à 2°
Les supers pouvoir existent ou la connerie gagne du terrain.

12 novembre 2019

Déboire

Filed under: - arsène — Arsene @ 19:27

Oui je veux qu’on me remarque
A quoi bon faire quelque chose qui n’est pas remarquable ?
Arrêtons de dire que chacun de nous a fait quelque chose de radical, c’est faux
Se cacher le visage quand on crache c’est exactement ce qu’on demande
Faire que le crachoir soit luxueux c’est exactement ce qu’on demande
A qu’elle moment une forme iconique et géometrique est neutre
Isoler une phrase pour me repeter ce que je sais déjà et s’appuyer sur ce que je n’ai donc pas dis
« Je ne connais rien a ce monde »

C’est ce que l’on vous demande en temps que designer. Si dire oui a tout et faire un projet en 3jours, c’est être designer alors je ne veux pas l’être.

Ca fait du bien d’être énervé

10 novembre 2019

Filed under: venelles,- arsène — grenaloce @ 00:30

je t’aime

9 novembre 2019

Filed under: - arsène — Arsene @ 23:27

Vla ti pas qu’on parle du gars du nom d’loïc
Loïc il est pas fière, un jour ou qui pleuvait, ca aurait pu être n’importe quel jours d’l’année, il a pris son ciré sur l’dos pour aller en mer.
Elle est aussi calme que la femme a loïc qui rentre et qu’l’fond d’la bouteille est sec.
Le bonhomme rond comme une queue de pelle et les discutions aux ras des paquerettes.
Le chalutié qui vacille et la barre en main, il va droit dans l’ décor qu’il a toujours connu.
Ces souvenirs divague mais son amour ne change pas. L’eau salé c’est sont domaines.
Il revient bredouille comme a chaque fois.
Un jour y’a pas mal d’année la prise était grande mais depuis plus rien.
Le voilà qu’il tombe par dessus bord et qu’il tombe dans l’sable
J’vais n’aller qui dit.
C’est quand même con qui r’garde pas les marées.

8 novembre 2019

Hétérotopie

Filed under: - arsène — Arsene @ 20:58

Je suis sous ma couette, voit deux pousse sur un cadre blanc.
Filtre bleu et clavier numérique au service de ma pensé.

Plutôt dure ce retour, fallait sans douter.

On est content de rentré chez sois à partir du moment ou on en a un.
J’ai beau croisé mon reflet chaques jours, je ne me suis toujours pas rencontrer.
Enfin si quelque fois mais il y avait trop de bué
C’était flou, et un coup de main n’aurai pas suffit.
J’ai essayé d’ailleurs, mais ce n’était que moi.

5 novembre 2019

Filed under: - arsène — Arsene @ 23:19

Tu vois, je me sens jamais a ma place.
Non pas que je l’ai pas trouver mais je suis un dégonflé.
Je parle d’une manière que je pense me ressembler.
Pourtant j’aimerai m’exprimer autrement.
Être ailleurs aussi.
Opportuniste et imposteur.
On entend ce que je veux bien dire et ce que les autres veulent.
Encore trop timide pour dire, non je ne suis pas d’accord.
Je passe trop de temps à vouloir séduire tout en étant infecte.
Après ce texte, c’est le bon moment de me laisser séduire.

Filed under: - arsène — Arsene @ 00:26

Pierre qui roule n’amasse pas mousse mais si pierre marche et que paul et jacques le rejoins, peuvent ils tous ensemble construire un édifice.
A l’aide d’une feuille et de ciseaux, pierre s’amuse. Il a bon dos pierre à son âge. Et si tout le monde s’appelait pierre qui détiendrait la pierre à feu ?

2 novembre 2019

BON LES GARS

on mange quoi?

1 novembre 2019

Filed under: - arsène — Arsene @ 22:09

Pffffffffffffffffffffffffffffffffffff

Ca va mieux

31 octobre 2019

Filed under: - arsène — Arsene @ 18:02

C’est vraiment plaisant d’attendre au milieu d’une place.
On a plus l’impression d’attendre mais être là où on le devrait.
Les gens s’interrogent sur nos intentions.

Filed under: - arsène — Arsene @ 00:22

Me voilà dormir avec un pull
Par précaution
Un dilemme se pose
Dois-je continuer a vivre dans cette habitat qui est miens
Qui malgré tout ces défauts me permet une liberté sans pareil
Ou alors dormir sous un toit qui est a l’autre
Qui me garde au chaud mais m’enlève ma spontanéité
Ai-je l’argent pour prétendre à un nouveau lieu?
Je crois que je devrais arrêter
J’avance pas trop en faite
Ca me saoule de parler comme si les choses que je racontais était ce que je pensais
Dans un language qui ne met pas propre et qui disons le, me rend pompeux au possible
Casses les couilles putain!
Voilà là je me retrouve pas très propre, pas très élégant mais a ce moment même c’est ce que j’ai envie de dire
Je me limite par des lignes que j’ai tracé
Bas nique les lignes, si je suis pas capable d’ignorer ces limites, quelle piètre humain je fais

29 octobre 2019

Filed under: - arsène — Arsene @ 21:58

28 octobre 2019

Écriture sur clavier numérique

Filed under: - arsène — Arsene @ 17:04

TV Éric TV début orchestre CCTV cf venu un orchestre

I T I N E R A N C E

25 octobre 2019

Filed under: - arsène — Arsene @ 21:36

Mon téléphone est ma barrière quand je ne souhaite pas m’exposer
On dit de lui qu’il nous enferme sur nous même et c’est parfois tout là son avantage
Je suis ici pour découvrir du monde, je crois, mais je souhaiterai porter un masque
J’en ai un, celui de rougir, mais il me porte préjudice
Ou me rend service, en montrant ce que je ressent
Que pense celui qui voit rougir l’autre
Je redoute le malaise et pourtant il est souvent là à me suivre

24 octobre 2019

Filed under: - arsène — Arsene @ 22:32

Le régale
J’aime trouver chez les autres le minimum syndicale de confort
Bien accueillir c’est savoir être l’autre
Ce sentir comme chez soit ailleurs est un plaisir sans nom

23 octobre 2019

Filed under: - arsène — Arsene @ 22:18

Me voilà parti dans ce que j’avais dis
On croit devoir respecter l’histoire que l’on se raconte
Je m’en veux parfois de ne pas me fier a moi même
J’essaye de me rendre des comptes alors qu’il suffis que je rature quelque ligne pour changer le récit
Pardon a ce a qui j’ai pu dire la vérité sans quelle existe encore et a ce a qui j’ai menti sans savoir si c’était un mensonge avant que ca ne le soit
Ce pardon n’a sans doute aucune valeur car je ne le pense pas
Encore une fois je me raconte une histoire

22 octobre 2019

Filed under: - arsène — Arsene @ 19:39

21 octobre 2019

Filed under: - arsène — Arsene @ 22:53

Pourquoi est il plus simple de faire du mal que d’apporter le bien.
Les pires mots éffacent les plus grandes déclarations?
Les larmes de joie ont elles la même composition que celles de tristesse?
Il m’arrive de pleurer quand je suis heureux et de rire que je ne le suis pas.
Ca m’arrive de comprendre les autres puis finalement non
Je ne sais pas comment je réagirais à ma mort.
Sans doute pas.

« Older Posts

Powered by WordPress