Errances

9 octobre 2019

Est ce que c’est moi ?

8 octobre 2019

michto

Filed under: venelles,- le morse — Le Morse @ 09:05

Apprentissage

Filed under: venelles,- le morse — Le Morse @ 09:01

7 octobre 2019

On crève tous a la fin. Seuls.

Filed under: venelles,- le morse — Le Morse @ 11:10

on vit seul on meurt seul

Filed under: - le morse — Le Morse @ 11:08

29 septembre 2019

haut potentiel d’hôpital psychiatrique

Filed under: venelles,- le morse — Le Morse @ 18:14

il errait

Filed under: venelles,- le morse — Le Morse @ 18:06

Le brouhaha qui agitait son crâne se densifiait, avec l’épaisseur trouble de l’incertitude.

 

Je l’avais éloigné. Éloigné des autres, du temps, des occupations, comme si j’avais voulu à tout prix lui faire prendre de la distance avec la vie. J’avais entrepris de l’isoler, de créer son île et de l’évaser le plus possible. Il pourrait alors enfin prendre ce recul sur l’existence. Spectateur du monde, le vide lui semblerait plus lointain et il goûterait, sur son archipel, à l’immensité d’être. Oh combien la réalité prendrait plus de puissance M aintenant. Ici, sa présence seule attesterait de la vérité du monde. Ici, il deviendrait le testament du reste, le descendant du tumulte de la vie.

Lui, ne le savait pas. Il errait à la recherche de réponses, mais il ne sentait qu’un air rance qui s’engouffrait dans son corps et durcissait sa respiration. Loin de se sentir vivant, il ne se sentait que témoin, à l’écart du monde. Il avait choisit l’errance, il était perdu, arbre grandiose sans racines. Il dévorait ses rations de vie sans saveur, car ne trouvait pas la manière de les digérer. Morne observateur, la régurgitation ne prenait pas forme et il approchait de l’ulcère, gavé. Sans raisons si ce n’est par l’esprit vide d’un estomac trop remplit, il s’assit lourdement.

Alors, je lui fit glisser la main sur la plume qui sommeillait en lui, et la ligne qu’il profila sur le sol l’illumina. Laissant sa ligne se dessiner il déversa l’existence du bout de ses doigts, dans des gestes sans contrôle, sans présomption. Le courant de ses mouvements s’accentuait à mesure que le brouhaha qui nous emplissait prenait forme.

Il se demanda ce qu’il faisait, je lui répondit simplement : « Tu crées le monde ». Nous pensâmes que, pour ça, cela avait le mérite que l’on vive.ai

un jour de pluie

Filed under: venelles,- le morse — Le Morse @ 17:39

28 septembre 2019

UN WEEK-END DETENTE

Filed under: venelles,méandres,- le morse — Le Morse @ 18:35

27 septembre 2019

tout plié

Filed under: venelles,méandres,- le morse — Le Morse @ 18:41

26 septembre 2019

He went too far

Filed under: venelles,- le morse — Le Morse @ 08:18

25 septembre 2019

je sais plus quoi foutre de ces membres

Filed under: venelles,méandres,- le morse — Le Morse @ 19:06

24 septembre 2019

sale vieillesse

Filed under: venelles,méandres,- le morse — Le Morse @ 17:38

70553432_93408623624921_4575703297817575424_n

le silence de ces espaces infini m’effraie

22 septembre 2019

untitled shit

Filed under: venelles,méandres,- le morse — Le Morse @ 21:18

21 septembre 2019

Le Morse

Filed under: venelles,- le morse — Le Morse @ 09:44

Le Morse

Powered by WordPress