Errances

6 mai 2020

Filed under: - barb — Barb @ 18:26

Rien n’est pas nier

Absolu silence

Priorité

 

2 mai 2020

C’est comme un ruban de fleurs fraîches

Filed under: - barb — Barb @ 23:09

Effleurer les rigoles d’un imperceptible mouvement

Déclarer une tempête sans pouvoir l’arrêter

Et je vais marcher tout droit croyant faire des ronds

Juste pour laisser passer

Ventiler un temps qui ne vous contiendra plus

Juste laisser passer

Je prends le juste pas quelques dernières fois à vos côtés

Sans rien dire sans oublier

Juste passer

Vous étiez là, persistantes, à chérir les fragments passés

Un demi souffle expirant

Juste

29 avril 2020

Filed under: - barb — Barb @ 18:49

Avancer

Prendre place

Entre deux carapaces

Croire

et se vêtir d’un pull doré

Agiter ses muscles

sans trembler

ficelles en main

Tracer un chemin

28 avril 2020

Filed under: - barb — Barb @ 09:24

27 avril 2020

Filed under: - barb — Barb @ 18:37

C’est lui.

Tout de suite je sais que c’est lui.

Ce rythme, ce son, c’est lui.

C’est ce qui me fait rire, m’énerver, me souvenir.

Ce besoin si particulier de respirer si fort, si bruyamment peu importe l’effort.

Tout près de l’oreille, dégoulinant, partageur.

22 avril 2020

C’est la cassette qui tourne désormais

Filed under: - barb — Barb @ 00:40

Tu ne seras pas ma princesse babychou

Je ne serais pas ta grimpeuse

On sera autre

Et.

Je vais voler autour de montagnes

De celles qui voudront partager mon souffle

L’altitude et les plateaux

De celles que je laisserai approcher

Brusquement

18 avril 2020

Filed under: - barb — Barb @ 19:13

Le vent souffle, déjà il reprend la route. Son dos ressent l’agitation alors que son visage respire le calme.

 

17 avril 2020

Filed under: - barb — Barb @ 19:14

Le son extérieur a changé aujourd’hui

Un karaoké tonitruant

Des feuilles vertes indifférentes

Mon oreille chatouillée a sursauté

Et curieuse s’est déployée.

 

13 avril 2020

Filed under: - barb — Barb @ 23:34

Ça frappe une cadence

Ça résonne fort et haut

Un pet bien placé

Peut écarter bien des dangers

9 avril 2020

Filed under: - barb — Barb @ 12:58

Abasourdie

Une sonnette déambule alors dans les rues « désertes »

Cherchant écho dans les corps ici et là en transhumance courte

Une sonnette déambule alors dans l’espace nouvellement recréé

Expérimentant les nouveaux sons qu’elle peut alors produire

Une sonnette déambule alors sur le pas de portes fermées

Alerte à de nouvelles rencontres

Une sonnette déambule alors à l’étage au dessus, dans ses couloirs, sur ses murs

Elle sait que de silencieuses oreilles l’écoutent désormais attentivement

Une sonnette déambule alors dans les espaces dégagés entre les voitures absentes et celles immobiles

Vacillante et euphorique des nouvelles mélodies qu’elle sent se formuler

Une sonnette déambule alors à la rencontre de celleux qui sont né·e·s grâce à cet arrêt

Interrogeant, notant, prenant en photo, une journaliste avertie, capturant l’évolution de son tintillement

Une sonnette déambule alors et fait sursauter les êtres à la fissure

se vrillant et se recomposant quand les voluptés s’affirment.

Une sonnette

Un percement

Un rythme

Synthétisation exubérante de crayonnés

Définissent un

Deux

Trois

Filed under: - barb — Barb @ 12:34

8 avril 2020

Monotype N

Filed under: - barb — Barb @ 16:14

6 avril 2020

Filed under: - barb — Barb @ 23:26

Banalité d’usage

Les rires emplissent nos gorges,

le plafond secoue.

Il est bas

Et nous rions

les épaules touche touche

Le son coupé

Tout rayonne

Incandescent

Filed under: - barb — Barb @ 23:22

– Attention! …Ah merde.

Quoi?

– Bah …

Ah! Gbrgn.. pffhahaaaahaaa

– Mais arrêteuuuh.. hhahahaha

5 avril 2020

Filed under: - barb — Barb @ 19:54

Clarifier une pensée

La laver trois fois

Dans de l’eau

Dans le vide

Dans le présent

Puis la faire résonner en nous

Un battement de tambour

Un temps lunaire.

Il n’y a plus que possibilité d’exister

Immobile exubérance

De là, des membres qui dès la ligne figée

S’empressent de s’ébrouer

Car s’agite en moi une métamorphose majestueuse

En plusieurs cycles et conteuses étapes.

1 avril 2020

Filed under: - barb — Barb @ 22:00

Dort, wo es von der Sonne vergilbte Schlammhügel gab
Es plant zwei mal zwei
Eine vollständige Raster
Eine Mutter Erde
Eine Wartezeit

28 mars 2020

Filed under: - barb — Barb @ 18:13

25 mars 2020

Filed under: - barb — Barb @ 18:53

Les deux pattes avant superposées

Les deux pattes arrières en décalé

le flan droit caressant le lino

Très souvent le flan droit.

Il souffle régulièrement

Signifiant sa présence

S’assurant de notre vigilance.

Dedans dehors, une danse sans fin.

Pourvu qu’un mince filet d’espace reste visible entre lui et nous.

Une fin comme une autre pour un rapport de stage

Filed under: - barb — Barb @ 09:06

Le patron et Nathalie mon permis de découvrir l’art de la réunion. Ainsi j’ai pu découvrir plus de 20 types de bières et d’accompagnement.

24 mars 2020

J’ai les neurones tout collés là. 

Filed under: - barb — Barb @ 20:03

– On s’appelle?

– … (je viens de te raconter mon vide de la journée, j’ai l’impression que tu paniques, que tu te demandes si je vais réellement bien alors que je te l’ai déjà écris.)

L’appel se lance, personne ne décroche.

– oh désolée je fais la vaisselle. T’es là?

– (Mmm Pourquoi demander à appeler si directement après on est remplacée par une tâche de ménage) Désolée là je suis ailleurs. Demain?

– Euh ok.

 

De la complexité et la joie de comprendre l’autre à travers des interfaces virtuelles.

21 mars 2020

Filed under: - barb — Barb @ 23:10

Le pire est à venir.

J’ai vu cette phrase écrite au moins quatre fois aujourd’hui.

Ça me gratte

Et ça démange

J’ai envie se secouer des cocotiers

Je comprend pas le fatalisme

L’idée est d’accueillir l’obscurité

Pas besoin de pelle

Faut pas creuser.

On parle ici de Peur de l’intérieur

De celle qui fige

Pas de celle qui

au moment de traverser

Te fait regarder de chaque côté

 

 

 

 

20 mars 2020

Filed under: - barb — Barb @ 15:15

Je suis calme

Je suis calme Je suis

Je suis calme Je suis calme suis clame

Je clame que je suis calme

En fait j’ai envie de crier

mais je vais déranger.

Alors je crie en tapotant.

Je ris devant cet écran qui reçoit alors tous mes postillons.

16 mars 2020

Filed under: - barb — Barb @ 20:57

En guerre

En guerre

En guerre contre le virus

L’ennemi est là insaisissable

Mais au lendemain du jour

Nous aurons appris.

15 mars 2020

Filed under: - barb — Barb @ 10:52

Flux principaux et flux secondaires

Tuyauteries bouchées

Inconnues

L’air devient barrière

Impénétrable

Mouvements abrogés

Lentement.

13 mars 2020

Filed under: - barb — Barb @ 23:06

Alors vraiment tu sais pas

Tu trembles

Tu sais plus

Tu me dis que tu sais plus

Tu me dis que les escaliers ont perdu une marche

Qu’il a fallu sauter

Tu me dis qu’une flaque s’est alors dessinée

Quelque chose de visqueux et rectangulaire

Que tu as regardé

Un long moment

Interloqué.e

Tu m’as dit que t’étais sûr.e

Ça date pas d’ici

Qu’avant tout était déjà tombé

Que t’avais senti

Que la marche avait ainsi glissée

T’avais juste pu témoigner

Tu m’as dit je suis resté.e glacé.e

J’avais tant à siffler

Que ma salive a fini par sédimenter.

 

Filed under: - barb — Barb @ 22:56

On se retrouve

On se découvre

Par confinement

On se rencontre

Par mesure de restriction

On s’arrange

On apporte à ces yeux curieux de quoi se regarder

À comprendre qu’y a-t-il?

À se saisir

11 mars 2020

Filed under: - barb — Barb @ 23:25

Il y a des moments comme ça où mon cœur déborde d’amour.

ça déborde littéralement, si bien que je me mets à courir dans tous les sens, cherchant de quoi éclabousser.

Alors je dresse la liste des récipients que j’ai à ma disposition et je cours rapidement vers eux.

Mais aujourd’hui je me suis rendue compte que j’avais une tasse en main.

Je suis restée là immobile,

à savourer ce que tantôt j’avais fait couler.

Filed under: - barb — Barb @ 22:55

C’est organe.

C’est orange.

 

Filed under: - barb — Barb @ 22:54

Le tuyau vert sert de débarras. Il est flexible, sa peau grasse tient bon les chocs.

Transportable et circulaire, c’est un parfait habillage pour des petits jardins.

On dirait un sac sans fond, un mystère.

 

Filed under: - barb — Barb @ 22:52

ça tourne.

ça tourne vite et sans virage.

Juste ça tourne.

ça calme. Les eaux vertes éclatent en mille petits bouts de verre tout tranchants.

Rien ne pèse. Ici on dort silencieusement.

Chaque pas est bruyant,

L’éveil torture.

Demain le jour sera court.

10 mars 2020

Filed under: - barb — Barb @ 09:06

ça pousse des grands doigts pour chatouiller les petites prunes

ça marche à pas feuilletés

ça rougit à mon crayonné

9 mars 2020

Filed under: - barb — Barb @ 22:05

Filed under: - barb — Barb @ 21:53

8 mars 2020

Filed under: - barb — Barb @ 23:57

Pique là

Pour habiller tes doux bras

Mange ici

Pour que brille la nuit.

Il ne me reste que peu de riz jusqu’à ce soir. Faisons semblant en riant doucement.

7 mars 2020

Filed under: - barb — Barb @ 00:26

C’est pas clair

C’est pas clair

C’est

c’est

C’est pas clair

C’est vraiment pas clair

J’essaie d’oublier ma question

De la laisser sur le bas côté

Je lui ai donné des cours de méditation, des séances de natation.

Je la souhaite libre

Rien n’y fait, sans sa sacrée réponse même fatiguée, floue, à court de mots, elle ne veut pas bouger.

Je la cache comme je peux avec des cartons et du mauvais scotch. Ça tombe toujours.

Doucement on entend le léger bruit du scotch qui après tant d’heures arrive enfin à quitter son adhérent.

On se demande pour qui est la délivrance.

Alors ça redevient pas clair.

Pas clair.

C’est pas clair.

5 mars 2020

Filed under: - barb — Barb @ 00:15

4 mars 2020

Filed under: - barb — Barb @ 19:39

Lumière rouge
Quatre fantômes blancs
Aux allures de dentelles
Échouées sur du plastique dur
Attendent.
Une patience sombre
Néons verticaux
ça crépite.
Station debout avant la chute
Couronnes de fleurs

Filed under: - barb — Barb @ 19:35

Extase aquatique
Quand un poids sonne
Au creux du rocher écailleux
Calibrage minutieux
Qui frappe précisément
L’audace de mes sentiments

3 mars 2020

Filed under: - barb — Barb @ 22:50

2 mars 2020

Filed under: - barb — Barb @ 23:15

Un balais de poils blancs vient nettoyer les restes d’hier soir.
Un festin.
Pour qui le décide.

« Older Posts

Powered by WordPress