Errances

31 octobre 2020

confi-nan

Filed under: - moïra — MOira @ 22:51

je vais juste nettoyer mes vitres

genre faire des trucs super utile

30 octobre 2020

Last glauquster

Filed under: - moïra — MOira @ 01:25

Ça dance sous les arbres et les aparts.

avec une boîte de fryskass dans la poche je suis safe et sans Lois

la fin du monde dans l’est c’est nimp

29 octobre 2020

GENRE NON

Filed under: - moïra — MOira @ 00:12

C’est tellement pas ok ça, genre comme la mortadelle qui singe les ours.

NON

27 octobre 2020

Filed under: - moïra — MOira @ 17:19

J’ai passé une semaine avec un soleil dans ma poche.

Il s’est importé de lui même, de là ou je l’avais laissé en septembre.

Comme un rayon, il n’est resté suffisamment que pour me bruler la rétine.

Une fois le moment de son départ venu j’ai fermé les yeux. Je les fermaient si fort, qu’il me semblait apercevoir son ombre dans l’obscurité de mes paupières.

Le lit était froid et sentait encore le faux sang sucré qu’il avait versé sur moi. Plus de dos gigantesque accueillant mon souffle froid. Plus d’immenses jambe qui s’enroulent autours des miennes. Le duo des peaux est terminé, le rideau se baisse, mais la nuit se fait tout de même, sans spectacle. Sereine.

Le géant de soleil, je l’ai cette semaine gardé pour moi. Peut-être avais-je peur qu’il éblouisse d’autre lune. Il me fallait cette fois être la seule surface à se nourrir de sa lumière, pour voir si elle m’était indispensable.

Rien n’est au final aussi indispensable que la lumière. Néanmoins, je me pense capable, privée de la lumière du géant de soleil.

La nostalgie prime sur l’amertume, la jalousie, et l’envie.

Cette histoire ne suit pas la mécanique froide des hommes de métal, elle est en son propre sens simple, seine, in- corrompue.

J’ai passé une semaine avec un soleil dans ma poche.

Les soleils ne sont pas fait pour vivre dans les poches.

Essayer de les domestiquer reviendrait à les priver de leur propre lumière.

26 octobre 2020

Filed under: musardises,- moïra — MOira @ 20:01

je me suis coiffée tout à l’heur, j’ai retrouvé du sang séché dans mes veuch. Je crois qu’il est à toi.

Si tu veux récup envoie moi un DM

25 octobre 2020

roue du diam

Filed under: musardises,- moïra — MOira @ 22:02

24 octobre 2020

Filed under: - moïra — MOira @ 21:36

parking d’hôpital, envie de se faire engueuler par des mecs en charlotte

pas le droit de sortir, le zapping me zappe

22 octobre 2020

l’interville de l’esprit

Filed under: - moïra — MOira @ 20:47

Il n’y a pas de vachette mais beaucoup de spectateur. Les accessoires manque de la mousse cheap de toutes les arènes modernes.

Juste une cigarette qui n’arrête pas de s’éteindre.  Un zippo vidé de son essence. Et mes yeux bovins qui se noient dans l’absurde.

L’air est électrique sans être éclairé, et les mots sont aux abonnés absent. À la place, une série d’onomatopée qui se cache au fond de la gorge arrosé à grand renfort de « no problemo »

Si Si problemo justement

Tous les repères ont disparues,

Il me dit de rester discrète

Moi je me dis de courir.

J’ai pas envie de lui sourire, pas à lui, pas comme ça

21 octobre 2020

Filed under: - moïra — MOira @ 20:14

19 octobre 2020

KKfé

Filed under: - moïra — MOira @ 22:50

Le café est un bien étrange breuvage.                                                              Pas forcément bon les premières fois,                                                           il finit par devenir l’icône des debuts de bailles.                                           Mon voisin, Thomas, m’a invité à boire le café demain

pas un café, le café

Je sais le café comme un prétexte à la discussion                                        et je me demande ce qui va demain accompagner ma tasse fumante de mazoute mondain.

 

18 octobre 2020

Filed under: - moïra — MOira @ 23:35

Existe t’il le féminin de russe ?

17 octobre 2020

froisse froid

Filed under: - moïra — MOira @ 23:42

15 octobre 2020

La recette de la confiture

Filed under: - moïra — MOira @ 19:46

14 octobre 2020

Filed under: - moïra — MOira @ 23:54

 La poste a réussie cette été à perdre deux lettre écrites de ma main.                                                                                                             De  la même main,                  la droite

Toutes deux étaient adressées à la même personne, qui me soutient ne jamais les avoir reçus.

Je n’ai pas voulue lui raconter ce qu’il en était. Si je les ai envoyés, c’est que je ne souhaitais pas annoncer leur contenu à haute voix.

Je n’ai que de brumeux souvenir de la première écrite il y a déjà longtemps, et à une heure de la nuit qui ne permettait pas les idées claires.                                                                                                                                                                                                                    Il était, majoritairement, question d’une histoire à propos de betterave et de pluie.                                                                                     Elle a été envoyée tard et fiévreusement après sa rédaction,            aucun brouillon,               pas de trace.

La deuxième, moins cavalière je pense, n’était pas une lettre. Juste une image découpée d’un fantôme avec à son dos écrit au marqueur                              « BHOU ».

Je crois qu’une forme de désespoir tendre a poussée cette correspondance morte née, peut être le papier l’a t’il sentie, et s’est refusé à cela. Ou peut être qu’un agent de la poste se délecte de ces missives dans un élan nostalgique.

13 octobre 2020

Si le linge trempe, le tank se vide.

Filed under: - moïra — MOira @ 23:19

12 octobre 2020

Le géant soleil

Filed under: - moïra — MOira @ 21:28

Ta cabane est au dernière étage.

On s’enfonce dans les sombres escaliers pour se finir dans l’ascenseur. Je me regarde dans le miroir crasseux du fond de la cabine étriquée. J’ai le temps de virer les cheveux trempés de mon front et de compter les goûtes de sueur au dessus de mes lèvres.

Ça monte

Pendant encore longtemps, ça monte

je n’ai plus de goûte à compter

Et ça se bloque. La cabine rebondie et se stop.

Je sors                                                                                                                    Scotch sur la porte, je toque.

 

11 octobre 2020

DIMANCHE

Filed under: - moïra — MOira @ 22:00

On a rompu, puis trempé le pain.

Il a glissé dans les gorges abimées,

autant par les coquilles de noix,

que par les mots qui se coincent.

 

10 octobre 2020

Hi Moïra

Filed under: - moïra — MOira @ 11:24

Powered by WordPress