Errances

31 janvier 2010

Candide

Filed under: tortilles — errant @ 23:58

Filed under: tortilles — errant @ 22:18

Dessus dessous

Filed under: tortilles — errant @ 20:56

/

En dessous

Filed under: tortilles — errant @ 16:18

Je ne laissais traîner ni de bras, ni de jambes, même pas un doigt. Jamais je ne laissais dépasser de membres.
Le cercle autour du lit, cette limite, je la respectais. Pour franchir les cinquante centimètres qui nous séparaient, je sautais.
Une fois dessus, j’inspectais les bords, je me penchais et vérifiait la zone du dessous. Je courbais le dos à m’en déchirer les os et en prenant soin de ne dépasser que d’une tête. La plupart du temps il n’y avait rien, mais parfois une boule de poils au contour déformée par le noir.
D’autres fois, il y avait des peluches tombées là, oubliées, poussiéreuses, que je m’empressais de rattraper du bout des doigts.
Je m’étirais loin, très loin, en jetant un coup d’œil rapide à droite, à gauche et derrière. J’avais remarqué le dessous du bureau, je l’avais oublié celui là. Je parvenais à attraper les peluches et les propulsait sur la couette. Je regardais ce coin de bureau, et n’y voyait pas le fond, c’était frustrant. Je ne voyais pas non plus, le fond du coin de l’armoire, celui de la commode et celui de la table de chevet. Je me sentais cernée.
Sous ma couette, j’avais de nouveau la présence des peluches. Je formais une cabane avec la couverture, armée d’une lampe-torche, des peluches et d’un livre. La nouvelle limite c’était la couette. Je ne laissais traîner ni de pieds, ni de mains, même pas un cheveu.

deux poils

Filed under: sentiers — errant @ 11:09

Mon chat se prélasse sur mes jambes étendues.
Il a le pelage d’un lynx, le plastron blanc d’un costume trois pièce,
et les chaussettes blanches que votre amant n’a pas enlevées pour vous faire l’amour.
De beaux sourcils blancs, une belle moustache blanche et
deux poils qui dépassent du pelage de son menton.
Les deux poils blancs, longs et raides qui rendent disgracieux le menton de ma grand-mère.
« Mamie, tu as deux poils blancs au menton! » Mamie avec sagesse me tend son menton.
Je cours chercher la pince-à-épiler dans la salle de bain,
et réapparaît en cachant ma joie par un froncement de sourcil sérieux.
Et un. Et deux. Mamie veut les voir. Je les pose sur ma paume, seul la racine est noire.
Elle les regarde puis me sourit. « Tu avais raison, je les avais raté ces deux-là. »

textedescriptif

censure chinoise

Filed under: tortilles — errant @ 10:36

textedescriptif

30 janvier 2010

et puis voilà

Filed under: tortilles — errant @ 19:45

textedescriptif

Cui Cui… Couic!

Filed under: tortilles — errant @ 15:06

textedescriptif

29 janvier 2010

Zieutage#2

Filed under: tortilles — errant @ 23:42

trip

j’ai perdu mes cornes…

Filed under: tortilles — errant @ 12:05

textedescriptif

« Older Posts

Powered by WordPress