Errances

28 février 2010

Samedi y’avait pô, dimanche yô.

Filed under: tortilles — errant @ 23:00

Et une brêve:
« Ce papelard, je respecte trop mon cul pour me torcher avec… »
Mademoiselle Poisson du 21, à propos d’une interview de Serge Latouche
(partisan de la décroissance) dans le journal Sud-Ouest, date non référencée.

Catastrophe naturelle en France, Haïti n’est plus dans le vent.

Filed under: tortilles — errant @ 20:44

textedescriptif

pour hier

Filed under: tortilles — errant @ 20:40

textedescriptif

Et puis…

Filed under: tortilles — errant @ 17:23

/

27 février 2010

Blockhaus

Filed under: tortilles — errant @ 23:40

Châteaux

Filed under: tortilles — errant @ 22:37

/

/

/

/ /

26 février 2010

Une fois dans l’abri

Filed under: tortilles — errant @ 23:59

A quelques mètres de la maison, dans le jardin, il y a un abri en béton. On ne voit que le toit. Il y a quelques marches pour y descendre, depuis le potager. C’est un abri sous la terre, mais il dépasse un peu en surface. La petite fille ne sait pas ce qu’il y a à l’intérieur, peut être des animaux, sûrement des araignées. Elle voudrait y aller mais pas seule. Tous les jours, elle s’arrange pour jouer autour et tous les soirs son père s’y rend. Cette fois-ci elle l’accompagne.
Elle a un peu peur. Ils descendent les marches et elle regarde vers le haut, il fait sombre en bas. Son père pousse la porte en bois et allume l’abri. Une chauve-souris surgit du plafond. La petite fille pousse un petit cri et se cache derrière son père. Affolée la bestiole se cogne contre les murs, puis se réfugie dans un coin de la pièce. A l’intérieur de l’abri se trouve des cagettes de pomme de terre et d’oignons, son père les examine. La petite fille se colle au parois et fixe l’animal. Elle a de la toile d’araignée collée à son gilet. Elle sait que c’est une chauve-souris qui se cache parce qu’elle a l’habitude d’en voir tournoyer autour des lampadaires sur l’île. Elles lui font penser à son héros de bande dessinée. Son père l’attend à l’entrée, avec un sac mais elle n’a pas vu ce qu’il contient. Elle se précipite dehors. Il referme la porte, et se dirige vers la maison. Elle regarde derrière elle, observant l’abri, tout en parcourant le chemin. Elle ne retournera pas là bas, parce qu’elle ne sait pas où se trouve le bouton pour allumer la pièce, elle a oublié. Elle pense que la chauve souris sera encore là et qu’elle habite ici.
Chaque jour elle jette un oeil à l’abri et des fois en haut des marches elle regarde la porte en s’imaginant que la chauve souris l’observe.

repérage

Filed under: tortilles — errant @ 15:37

Un président chantant et un premier sinistre.

Filed under: tortilles — errant @ 11:57

textedescriptif


CLAUDE FRANCOIS – Chanson populaire
envoyé par vsn. – Clip, interview et concert.

FiN

Filed under: tortilles — errant @ 10:53

bonnemine à découvert le gif. ça évite un poste qui prend toute la page…

textedescriptif

(1,2 Méga, c’est pas un peu lourd pour un gif?)

25 février 2010

Thuyas

Filed under: tortilles — errant @ 22:41

/

/

/

/

J’aime les anchois, les petits pois, et ça:

Filed under: tortilles — errant @ 17:31

« Au fond, ranger, n’est ce pas un peu foutre le bordel dans son désordre? »
Philippe Geluck.

une galère sans rames.

Filed under: tortilles — errant @ 17:20

AAAAAAAAAAAAAAARRRRGH!
ZIIIUUUUUUMMMMMMMMMMM!
PATATRAAAAAAAAAAAAAAAA!

et plouf.

Document de synthèse, prothèse.

24 février 2010

Ils t’envoient où cette semaine?

Filed under: tortilles — errant @ 23:31

au fond.

Filed under: tortilles — errant @ 18:19

squelettes

Filed under: tortilles — errant @ 13:42

textedescriptif

textedescriptif

textedescriptif

textedescriptif

textedescriptif

homonymes

Filed under: tortilles — errant @ 11:17

textedescriptif

Vu à la télé

Filed under: tortilles — errant @ 11:14

textedescriptif

Une pour tous, tous pourris.

Filed under: tortilles — errant @ 11:13

textedescriptif

textedescriptif

Bartleby, el escribiente

Filed under: tortilles — errant @ 10:48

b1

b2

b3

b4

b5

b6

23 février 2010

L’entrée vers le château.

Filed under: tortilles — errant @ 22:04

/

/

/

/

/

/

/

Filed under: tortilles — errant @ 12:22

textedescriptif

Filed under: tortilles — errant @ 09:55

En vélo Simone!

22 février 2010

intro?

Filed under: tortilles — errant @ 22:15

Berthe n’a pas de problèmes avec son prénom. Au contraire, grâce à lui, les importuns des villes la laissent tranquille. En effet, lorsque l’on s’appelle Lili, Jeanne ou Mathilde, la formule systématique et avenante qui s’incruste comme une tique est la suivante: «C’est un joli prénom que tu portes là! T’as un 06?». Avec Berthe, aucun risque, aucun chichi. Ce prénom chasse les mouches en faux Gucci.

Mais Berthe a d’autres démons à chasser. Des démons coriaces, invisibles et rusés. Lorsqu’elle n’était encore qu’une douce enfant, à l’époque où elle allait chercher le pain en courant, elle était passionnée par l’Histoire et ses savants. Mais elle est tombée dans un traquenard, ce riche et vicieux que l’on appelle l’art. Après s’être gorgée de peintures de toutes formes, elle en fit une amère indigestion. Elle ne correspondait pas aux artistes et à leurs normes, son caractère variant ne tiendrait pas à leur pression.

Les livres et les lettres vinrent alors dangereusement frapper à sa porte. Pas le temps de dire «Qui est là? Casse toi cloporte!». Berthe, à peine contaminée, vite endoctrinée, s’est déjà fait une religion avec une certaine Pyramid édition. Divin Damien Gauthier, vous l’avez subjugée. Illustre Michel Pastoureau, elle lève son chapeau. Radical Jan Tschichold, vous avez l’étoffe d’un Bold, méticuleux suisses, vous êtes son vice. Vous avez la force et la sobriété, vous avez le rythme et la clarté. Berthe, elle, ne cesse d’essayer.

Elle n’y arrive pas souvent mais tant pis. Elle en bouillonne le jour et en rêve la nuit. Elle convoite les pages les mieux rangées, elle exècre les paragraphes négligés. Mais un jour d’automne, un Arc tendu lui a suggéré de sauter un peu dans la gadoue. Alors salagadou, la magica bou, la bibidi bobidi bou.

Filed under: tortilles — errant @ 14:28

/

/

Filed under: tortilles — errant @ 08:53

textedescriptif

21 février 2010

retenu

Filed under: tortilles — errant @ 22:30

N’est ce pas a nature qui fait (assez) bien les choses?

Filed under: tortilles — errant @ 16:31

La maman des poissons,
Bobby dit qu’elle est bien gentille,
mais a-t-elle assez de cervelle pour cela?

Sur les rails

Filed under: tortilles — errant @ 16:20

Voici mes essais pour la double page (que chaque errant doit investir dans le cadre de l’édition commune menée par Annac). Vos avis m’intéressent.

Commencez tous à proposer vos projets de double page perso, pour que cette édition avance.
Annac, notre locomotive, a besoin de ses petits wagons pour mener la marchandise à bon port.
C’est un long chemin de faire mais évitons les grèves…

textedescriptif

textedescriptif

textedescriptif

Tout est con dans l’cochon

Filed under: tortilles — errant @ 09:57

textedescriptif

textedescriptif

20 février 2010

Ultime fuite

Filed under: tortilles — errant @ 23:40

textedescriptif

La justice et les comptes d’apothicaires

Filed under: tortilles — errant @ 09:17

textedescriptif

Une belle tambouille judiciaire pour contenter tout le monde.
Une conduite en état d’ivresse condamnable.
Une GAV abusive dans des conditions inhumaines.
Résultat, Mr Delabouteille obtient une remise de peine et n’est donc pas vraiment puni pour son infraction. Et Mr l’Etat n’est pas jugé pour son atteinte à la dignité humaine.
C’est logique, on l’apprend en math,
plus + moins = zéro.

19 février 2010

Filed under: tortilles — errant @ 22:07

Coup d’oeil

Filed under: tortilles — errant @ 13:52

/

/

/

/

/

allez, encore une, si y’a des errants qui s’ennuient pendant les vacances

Filed under: tortilles — errant @ 12:13

Pour suivre Anna…

Filed under: tortilles — errant @ 12:03

Filed under: tortilles — tiry @ 11:58

Un, deux, jette ton sexe en l’air.

Nostalgie des années BTS…

Filed under: tortilles — errant @ 10:36

Putain ct’instru, il est mortel,
Mais j’vois pas ck’on peut faire avec,
T’façon c’est pas un truc pour nous,
moi d’ssus jverrais plus moz def;
l’aut’ jour j’ai écouté c’mec d’façon analytique,
Ca m’échappe, il a des plans de rap trop techniques
qu’il sort avec trop d’aisances!
ça fait quinze ans qu’jécoute cette zik’,
comme lui j’voudrais peser dans un style trop d’avance
mais bon, j’yarrive moyen,
j’crois bien qu’y a pas moyen et putain,
tu peux l’garder ton instru pourri qui sert à rien.

Et j’dirais même qui gave
avec cette fausse voie en anglais où on sait pas c’qui bave,
ça s’trouve c’est tout naze ou même pire: on s’rait pas d’accord,
genre un truc politique de l’aut’bord !
Bon qu’est ce qu’on fait, on l’ retravaille ?
Ca peut péter pour un freestyle…

Tu veux poser sur ct’instru ?
La disquette jl’ai perdu, d’mande aux lardus
aux objets trouvés, l’ont ptêt’ entendu.
Ok ça sort d’l’ordinaire,
moi, cet ordi m’fout les nerfs.
J’en ai plein le disque dur mais ça m’donne pas d’disque d’or.
T’façon j’me rappelle, j’ai été au plus vite pour faire ce beat,
avec le Svink’ c’est c’kon évite,
le hip-hop français à la Mobb Deep:
Autant faire un rap sans paroles et sans thème.
Déclarer cet instru ce s’rait comme déposer l’silence à la Sacem :
Tout ceux qui l’entendront pas, y vont s’chier d’ssus.
Y’aura tout plein d’rappeurs en chien
pour ct’ instru qui sert à rien.
J’pourrrais l’céder à un zine de rap vendu avec un CD
ou l’placer sur une mixtape dont j’me tape et qui sortent jamais.
J’vais l’déposer comme gerbe sur la tombe du Mc Inconnu;
Q’tous les rappeurs ont descendu Q’personne n’a entendu.

Arrêtes de faire ton new-yorkais, cette instru t’va pas!

Tu brailles comme un yorkshire au karaoké dans une grosse parka!
Allez vas-y lâches le morceau…
J’vais le garder pour mon solo,
j’fais un clash avec le svink et j’me mets tout le monde à dos,
j’sors un album violon piano spécial Skyrock pour ado,
j’fais l’rappeur qui pleurniche avec une grognasse au micro,
moi c’est Nico,
Ethique No Futur et no featuring,
sur mes instrus j’veux pas d’rappeurs qui viennent faire figurines,
ça sert à rien…

Moi j’veux pas d’DJ non plus.

Svinkels, « ça sert à rien », Bons pour l’asile, 2003.

Déposer une main courante ou comment parler à un mur

Filed under: tortilles — errant @ 09:10

textedescriptif

18 février 2010

Pas de fumée sans feu

Filed under: tortilles — errant @ 23:07

textedescriptif

« Older Posts

Powered by WordPress