Errances

31 mai 2012

Filed under: layons — Étiquettes : — errant @ 16:18

29 mai 2012

Se soulever

Filed under: layons — Étiquettes : — errant @ 15:53

Se soulever pour se démarquer
Immerger dans cette immensité
Faut-il encore le pouvoir!
Ecrasé dans tant d’individualité
J’écris, je griffe pour laisser trace
Sur ce feuillage balayé au gré du vent.

Ultime raison de mon acharnement
Je m’enracine pour mieux résister.
Pousser pour enfin surgir.
Idée concrète ou abstraite de mon angoisse.

Troublé par tant de divagation,
Dans un tel chaos
Je cherche les raisons de ce jeté de réflexion
qui ricoche encore et encore…
Essayer de ne pas couler.

25 mai 2012

Filed under: layons — Étiquettes : — errant @ 23:52

Laisser Trace

Filed under: layons — Étiquettes : — errant @ 16:47

Laisser trace,
Trace de son histoire, de son passage.
Peur de disparaître, oubli de soi ?
Par qui, les tiens ?
Je ne sais pas.

Dois-je laisser des marques ?
Accumulation d’empreintes
Afin ne pas disparaître comme simple pièce d’un puzzle écrasant.
Véritables rouleaux compresseurs de l’humanité.
Exister, instant figé si infime dans sa finalité.
Petit fil d’un maillon parmi tant d’autres.

Vie déjà prédestinée,
Vivre puis mourir.
Que nous reste t-il finalement ?
A se coucher sous notre simple nom sous une plaque dorée ?
Difficile de l’imaginer.

Je vois la petite aiguille bouger à chaque seconde.
Trois secondes d’écoulées.
Temps perdu ?
Simple pigeon roucoulant ou lutter inlassablement ?
Que peut-on y faire ?
Combattre, quel est l’adversaire ?
Le temps, les autres ou simplement
Peut-être soi même.

24 mai 2012

après le corps, le masque

Filed under: layons — Étiquettes : — errant @ 15:25

21 mai 2012

text and skinhttp://www.errances.fr/?p=23208

Filed under: layons — Étiquettes : — errant @ 20:30

shéma

Filed under: layons — Étiquettes : — errant @ 12:55

20 mai 2012

Pour avoir la taille d’une mannequin de 16 à 23 ans

Filed under: layons — Étiquettes : — errant @ 18:06

il faut :
mesurer entre 172 cm et 181 cm!
peser entre 48 et 60 kilos!
avoir un tour de poitrine entre 80 et 90 cm
Un tour de hanches entre 85 et 93 cm
un tour de taille entre 57 et 64 cm

Il y a également un chiffre magique et qui le 0,7, il s’agit de la différence entre vos hanches et votre taille ( tour de taille divisé par le tour des hanches). Ce chiffre est synonyme de jeunesse et d’attractivité sexuelle chez la femme!!!! Jessica Alba et Marilyn Monroe ont le fameux 0,7!!!!
et moi aussi :) extra!!!!! mais pour les mensurations de mannequins… hum bref :p je vais rester sur le chiffre magique il me plait bien celui-ci!

sinon pour info en moyenne en France les femmes mesurent 162,5 cm, elles pèsent 62,3 kilos, font du 37/38 en chaussures et ont un tour de poitrine de 93 cm !!!!

Voilà! alors tu es plutôt femme française moyenne ou mannequin ? :p hihi

19 mai 2012

Morgane prit en flagrant délit de maquillage

Filed under: layons — Étiquettes : — errant @ 22:39

16 mai 2012

En ce moment notre année est un peu dans le brouillard

Filed under: layons — Étiquettes : , , , — errant @ 19:03

black and white

Filed under: layons — Étiquettes : — errant @ 09:19

15 mai 2012

encore une réecriture de georges

Filed under: layons — Étiquettes : — errant @ 21:02

Mon épée vient de transpercer sa gorge. Tout est fini, plus de traque, plus d’embuscade interminable dans les marais à attendre que la créature daigne se montrer. Plus que le silence assourdissant de la mort et son sang chaud qui coule le long de mon épée. Le monstre a la gueule béante. Ses yeux écarquillés de surprise et d’incompréhension me regardent. Il sait qu’il va mourir et il sait qu’il ne veut pas mourir seul. Dans un dernier élan, l’épée toujours coincée entre ses mâchoires, il me saisit d’une embrassade fatale. Je n’ai pas réagi à temps. Il est trop tard. Plutôt que de lutter j’accepte le baiser mortel de ma victime et de mon meurtrier. Dernier geste tendre avant une mort violente.
Nous nous rejoignons dans un fracas d’écailles et tôles. Son corps brûlant fait fondre mon armure et le métal en fusion s’insinue dans ses plaies. Mes os cèdent les un après les autres sous la pression de son étreinte. Ils se brisent pour mieux laisser le reste de mes chaires s’agglutiner contre le flanc du reptile.
Au contraire de la violente rencontre de nos deux corps, la fusion est longue. Doucement comme une danse macabre, nos corps se plient et se replient, se tordent comme une brindille qui se consume.
Bientôt nous ne serons plus qu’un tas informe d’écaille de métal et de sang.

Landscape

Filed under: layons — Étiquettes : — errant @ 12:35

c’est difficile de parler quand on a rien à dire…

sans filtre bleu ajouté

Filed under: layons — Étiquettes : — errant @ 09:54

14 mai 2012

Femen

Filed under: layons — Étiquettes : — errant @ 23:17


Photo de Guillaume Herbaut

perfect face

Filed under: layons — Étiquettes : — errant @ 23:14

sans filtre bleu

Filed under: layons — Étiquettes : — errant @ 22:33

13 mai 2012

alors là j’te jure !

Filed under: layons — Étiquettes : — errant @ 00:32

Eïla VS mannequin

Filed under: layons — Étiquettes : — errant @ 00:29

Eïla VS Barbie

Filed under: layons — Étiquettes : — errant @ 00:27

Birdy – Skinny love

Filed under: layons — Étiquettes : — errant @ 00:25

11 mai 2012

EXCLURE

Filed under: layons — Étiquettes : — errant @ 23:37

Petit historique des slogans de la SNCF

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 21:48

Petit historique des slogans de la SNCF illustré par mon dernier voyage en TGV ! Exemple : Paris-Rennes en 5h30, c’est possible !

1970 : « Prenons le train »

1983 : « Le train, du bon temps à petit prix »

1988 : « SNCF c’est possible »

1991 : « Le progrès ne vaut que s’il est partagé par tous »

1995 : « À nous de vous faire préférer le train »

2005 : « Donner au train des idées d’avance »

10 mai 2012

Je m’immisce entre les mots dits des autres

Filed under: layons — errant @ 21:55

 » À la fin du dîner il y aura un DJ brésilien vivant à Paris, il décrit son style comme « Favela chic ». « 

8 mai 2012

Instagram, suite et fin

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 12:03

(article précédent)

Après ma petite démonstration « Instagram expliqué aux personnes âgées », voici plus sérieusement la justification de cet article. Le problème de cette application magique, c’est que c’est tellement facile à utiliser qu’on en oublie que la photo ça s’apprend. C’est comme faire de la guitare ou du piano sans solfège. C’est possible.  On arrive à lire les accords, à les enchaîner… Mais on ne les comprends pas ces accords, on ne sait même pas que leur enchaînement correspond à une logique d’harmonie, que la musique c’est mathématique. On n’a pas conscience que si on oublie une note c’est pas grave, mais si on la décale d’un demi-ton c’est très grave. Si un accord est illisible sur la partition, on est perdu. Tandis qu’en connaissant le solfège, on saura s’adapter et deviner ce qu’il manque.

Instagram c’est un peu ça. Utiliser des outils qu’on ne maîtrise pas et en être satisfait malgré tout parce que « ça fait bien ». Utiliser un filtre est une bonne chose si l’effet permet d’apporter du sens à l’image, si le filtre sert le propos du photographe. Ils sont une composante de l’image, ils disent des choses.  Le photographe débutant fera évoluer sa pratique ainsi : il dira au début « Le noir et blanc donne un effet sympa à ma photo » puis à force de pratiquer :  « Le sens de ma photo serait différent en couleur. Ça ne correspondrait pas à ce que je veux montrer, dire, alors ma photo doit être en noir et blanc. »  Le noir et blanc, tout comme les filtres de couleurs, de saturation etc. n’est pas là pour décorer ou améliorer une photo.

Les gens veulent aller trop vite alors que, sans prétendre à un niveau professionnel, on peut facilement apprendre les bases de la photo. Le cadrage, l’éclairage, les choses à ne pas faire (du moins au début). Pas envie d’apprendre à faire de belles photos alors hop un filtre sur une photo de merde et ça rend bien. Bien sûr, on peut s’amuser à utiliser des filtres comme ça, juste pour voir parce que c’est rigolo. Malheureusement, beaucoup ont l’impression de faire de « bonnes photos » ainsi.  Comment oser dire « j’aime la photo » et se contenter d’Instagram ? Instagram pourquoi pas, mais pas de manière systématique et surtout combiné à un apprentissage.

Instagram est beaucoup plus drôle quand on maîtrise certains codes de la photo parce qu’on peut les détourner. Prendre des photos mal cadrées, des sujets nazes et en faire de bonnes photos/photos drôles.  Revendiquer le droit d’utiliser des filtres inappropriés, de cadrer de manière non conventionnelle, je dis oui ! Mais la photo c’est comme tout : pour casser les codes,  il faut d’abord les connaître.

7 mai 2012

combat1

Filed under: layons — Étiquettes : — errant @ 21:04

5 mai 2012

mag santé

Filed under: layons — Étiquettes : — errant @ 19:25

Quand on pas d’inspiration, quand on a rien dire parce qu’on n’a rien vécu, le corps est la seul chose qui nous reste. Si on est une personne banal on parle de sa santé. On fait ausculter son corps par la médecine. La bonne santé est ce qu’il y a de pire. Que dire si on est en bonne santé ? On ne peut pas détailler ces problèmes de cœurs si on en a pas physiquement ! Ah la joie opérationnelle d’une coloscopie. Quand on a rien les examens occupe. Vous pouvez parlez de votre corps à votre entourage. Pour le moment je n’ai rien mais demain, avec un peu de chance, un examen rectal me trouvera une maladie incurable, voir mieux une maladie orpheline ! L’occasion rêvée pour que des médecins parle de votre corps. Lorsqu’on a rien à faire, rien a dire, chercher les défaillances de son corps devient une obsession.

Instagram expliqué aux personnes âgées (et aux personnes n’ayant jamais entendu parler d’Instagram)

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 15:46

Instagram est un merveilleux outil qui permet à chacun de réaliser de magnifiques et astucieuses photos et de les partager avec votre réseau d’amis. Grâce à cette application, vous pouvez mettre sur vos photos de jolis filtres qui les rendront vintage/polaroïd/mystérieuses. Peu importe le cadrage ou l’éclairage, Instagram est à la photo ce que la BB crème est à votre trousse de maquillage, ce que Ouest France est au journalisme, ce que le papier de verre est à un vieux mur : Instagram rendra toutes vos photos (sans exception) lisses, douces, polies.

Vous aimerez Instagram si vous êtes d’accord avec au moins l’une de ces propositions :

– vous aimez poster sur facebook ce que vous bouffez.
– vous aimez la mode / vous tenez un blog de mode.
– vous aimez les bébés animaux et les lolcats c’est trop mignon.
– vous n’avez pas le temps/l’envie d’apprendre à faire de la photographie.
– vous aviez un skyblog jusqu’au lycée et maintenant vous n’osez plus.
– vous avez envie de rigoler un peu sans vous prendre au sérieux parce qu’il faut l’avouer : c’est rigolo Instagram.

Avec Instagram, vous pouvez tout photographier et partager vos photos de bouffe avec des amis qui partageront avec vous leurs propres photos de bouffe (cf plus bas).

Pour vous montrer l’universalité des sujets traités, voici par exemple une photo d’un coin de ma salle de bain.

La voici maintenant avec un petit filtre. Alors que la première ne vous attirait pas du tout, vous avez désormais presque envie de venir faire le ménage chez moi en chantant (si c’est le cas, merci de me le faire savoir dans les commentaires).

Si Instagram est utilisable avec n’importe quel sujet, il existe tout de même des « trending topics », des catégories incoutournables.

1. Les photos de bouffe

Les photos de bouffe notamment de gâteaux sont le sujet de travail numéro 1 des Instagrameurs. Les cupcakes et autres cheesecakes sont le must des photos de cuisine.

Mais un petit plat qui traine dans le frigo depuis 6 jours peut aussi faire l’affaire ! Ci-dessous, des spaghettis à la sauce tomate.

2. Les bébés animaux

Comme je n’avais pas de bébé chat ou de bébé chien à disposition, j’ai demandé à mon chien Gizmo de poser pour moi et de me faire un regard kawaï. Il a accepté. Merci Gizmo. Les bébés animaux sont probablement les photos les plus faciles à réussir parce qu’ils sont toujours mignons.

3. La mode

Les photos de mode -plutôt féminine- ont explosé grâce à Instagram. Pour la réussir, prenez l’air désabusé(e) et insouciant(e), choisissez une jolie tenue. Installez vous de préférence dans un décor extérieur ou si ce n’est pas possible, dans le salon de votre grand-mère avec son papier peint d’époque. Un filtre qui bousille complètement les couleurs est adapté ici. Une photo de mode doit à tout prix être légendée comme cela :

Sandra porte :
– une robe « Brocante de Groslay », 8€
– des ballerines « Chez-le-Petit-Chinois-en-face-du-Virgin », 10 euros
– une paire de lunettes 3D des « cinémas Gaumont-Pathé », 3 euros (plus prix de la place)
– une poubelle « Leroy Merlin » 9€90 
– un gloss rouge « Tout à deux euros », 2 €

Curieusement, un sous-mouvement des photos de mode est apparu. Il consiste à photographier vos pompes. Exemple avec ces chaussures portées pendant 3 jours en 2009 durant un festival de musique sous la pluie :

4. La nature

La nature c’est beau. La nature avec Instagram, c’est magique. Ci-dessous dans l’ordre un bac à compost, des parpaings, une poêle à paella rouillée suspendue dans la nature.



5. Les photos historiques

Si durant un concert, vous êtes du genre à passer plus de temps avec votre iPhone qu’à regarder ce qui se passe devant vous, ce thème va vous plaire ! En effet, une photo de foule, de spectacle, de manifestation politique peut prendre une tournure totalement historique grâce à Instagram. Ici la foire au boudin de Saint Quentin dans l’Aisne. Sur la photo normale, l’ambiance foire au boudin est clairement identifiable.

Sur la version avec filtre, on a l’impression d’assister à un grand moment et cela ne nous étonnerait guère si Jacques Chirac jeune ou Claude François étaient sur le bord de la photo, prêts à entrer sur scène pour faire un discours !

Maintenant vous avez toutes les cartes en mains pour faire de jolies images de votre salade de tomates au pistou et de votre bébé animal portant un chapeau !

Le site officiel : http://instagr.am/

3 mai 2012

feuille volante

Filed under: layons — Étiquettes : — errant @ 20:01

En rangeant je suis tombée sur ce texte griffonné vite fait sur un morceau de papier. Ca m’a fait rire du coup je le poste:

J’ai toujours aimer lire. Les livres sont comme des portes ouvertes sur une vie parallèles. Petit à petit les mots deviennent images puis réalité.

Hélas je n’aime pas écrire. Les mots chez moi sont rongées par les fautes d’orthographes. Les « s » ne sont jamais au bon endroit. Au détour d’une phrase, les conjugaisons te sautent à la gorges, t’attaquent à coup de « ent » de « s » de « t » pour t’achever d’un « z » sournois. Les fautes sont partout, elles guettent, se tapisse derrière la moindre syntaxe. Et que dire des accents ! Ces traîtres qui ne sont jamais dans le bon sens, ces chapeaux qui ne sont jamais sur les bonnes têtes !

l’autre bouche

Filed under: layons — Étiquettes : — errant @ 10:17

1 mai 2012

Publications à venir

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 23:05

Je vous présente Mamie Claudine ! Mamie Claudine vous double au supermarché. Mamie Claudine déteste votre manière de vous habiller et vous le dit. Mamie Claudine ne sent pas très bon. Mamie Claudine vous emmerde. Cette aventure et quelques autres seront dans le prochain numéro de PAMP!

 

Un inédit de Mamie Claudine !

J’en profite pour vous présenter une autre publication dans laquelle je suis : Encre de Chine n°3, éditions Cambrousse. Extrait.

Powered by WordPress