Errances

28 février 2013

Comme un air soporifique.

Filed under: flâneries — Étiquettes : — errant @ 23:44

em_rondoudou

Doute

Filed under: sillages — Étiquettes : — errant @ 21:30

ago_spider

Grand homme, grande girafe

Filed under: sillages — Étiquettes : — errant @ 20:46

girafe

Frontière

Filed under: sillages — Étiquettes : — errant @ 20:43

cars

Filed under: flâneries,sillons — Étiquettes : — errant @ 15:08

mr_non_net

27 février 2013

Ça à l’air de rigoler aux beaux-arts de Dunkerque !

Filed under: flâneries — Étiquettes : — errant @ 22:36

TOUT VA BIEN

Filed under: flâneries — Étiquettes : — errant @ 20:12

em_touvabien

Filed under: flâneries,sillages — Étiquettes : — errant @ 17:00

pi_impro62

Filed under: flâneries,sillons — Étiquettes : — errant @ 14:33

texxtebières_net

Filed under: flâneries,sillons — Étiquettes : — errant @ 14:33

texxtemémé_net

Filed under: flâneries,sillons — Étiquettes : — errant @ 11:10

texteseul_net

Filed under: sillages — Étiquettes : — errant @ 00:14

 

« Max Lampin est bien petit par rapport à ma haine. c’est un sale type, d’accord, mais pas exceptionnel. D’ailleurs, cela ne changerait rien s’il était un petit saint. Alors pourquoi m’en prendre à lui avec une telle violence, une telle hargne ?

Je vais vous le dire.

Lorsque, comme moi on est vieux, pauvre, malade, humilié, bafoué, on n’a plus l’orgueil de ses ennemis. Le premier venu suffit. Il permet de soulager sa bile, c’est le principal. Quand celui là aura servi, on en prendra un autre. l’important c’est de ne pas crever de rage. »

Roland Topor

26 février 2013

Porte d’entrée

Filed under: sillages — Étiquettes : — errant @ 01:02

ago_laporte

et eux ils sont moches?

Filed under: sillages — Étiquettes : — errant @ 00:39

Chats

25 février 2013

ils sont moches

Filed under: sillages — Étiquettes : — errant @ 23:16

mec72 dame72 iils ils

Mon bras.

Filed under: flâneries — Étiquettes : — errant @ 21:13

Je laisse mon réveil sonner, une fois, deux fois. Trois fois. Je ne tends pas le bras. Il me casse la tête mais je ne l’éteindrai pas. Je n’ai pas la force de ça. Je ne tendrai pas le bras. Il va sonner. Encore une fois. Non. Je ne me lèverai pas. Je n’en ai pas envie. Ni moi, ni mon bras.
Mes oreilles hurlent, d’étouffer ce bruit. Mes yeux m’ordonne de chercher ce réveil qui ne s’arrête pas.
Moi, je ne les écoute pas. Je préfère attendre qu’un autre le fasse pour moi. Moi je ne bouge pas. Le temps, lui, le fera. Alors on l’attend, moi et mon bras.

Filed under: sillages — Étiquettes : — errant @ 13:07

tibet

Filed under: flâneries,sillons — Étiquettes : — errant @ 12:06

vieille_net

Filed under: flâneries,sillons — Étiquettes : — errant @ 11:05

café_net

Filed under: flâneries,sillons — Étiquettes : — errant @ 11:04

chômeur_net

De la dangerosité du quotidien

Filed under: sillages — Étiquettes : — errant @ 02:08

« Il ne faut pas douter de l’essence dangereuse du quotidien, ni de ce malaise qui nous en saisit, chaque fois que, par un saut imprévisible, nous nous en écartons et, nous tenant en face de lui, découvrons que rien précisément ne nous fait face : « Comment ? C’est cela, ma vie quotidienne ? » Non seulement, il n’en faut pas douter, mais il ne faut pas la redouter, il faudrait bien plutôt chercher à ressaisir la secrète capacité destructrice qui est là en jeu, la force corrosive de l’anonymat humain, l’usure infinie. Le héros, pourtant homme de courage, est celui qui a peur du quotidien et qui en a peur, non pas parce qu’il craint d’y avoir trop à son aise, mais parce qu’il redoute d’y rencontrer le plus redoutable : une puissance de dissolution. Le quotidien récuse les valeurs héroïques, mais c’est qu’il récuse bien davantage, toutes les valeurs et l’idée même de valeur, ruinant toujours à nouveau la différence abusive entre authenticité et inauthenticité. L’indifférence journalière se situe à un niveau où la question de valeur ne se pose pas : il y a du quotidien (sans sujet, sans objet), et tandis qu’il y en a, le « il » quotidien n’a pas à valoir et, si la valeur prétend cependant intervenir, alors « il » ne vaut « rien » et « rien » ne vaut à son contact. Faire l’expérience de la quotidienneté, c’est se mettre à l’épreuve du nihilisme radical qui est comme son essence et par lequel, dans le vide qui l’anime, elle ne cesse de détenir le principe de sa propre critique. »

Maurice Blanchot.

24 février 2013

Instant

Filed under: flâneries — Étiquettes : — errant @ 23:24

One shoot.

Filed under: sillages — Étiquettes : — errant @ 19:13

frot

vacant vatican?

Filed under: flâneries,sillons — Étiquettes : — errant @ 16:57

pape_net

Filed under: flâneries,sillons — Étiquettes : — errant @ 15:46

texte_net

23 février 2013

Il ne faudrait pas savoir.

Filed under: flâneries — Étiquettes : — errant @ 23:25

-Et là, il est quel heure?
-J’en sais rien, on a le temps.

Filed under: flâneries,sillages — Étiquettes : — errant @ 20:31

le retour

Filed under: flâneries,sillages — Étiquettes : — errant @ 19:05

Je travaille, tous les jours et je travaillerais tous les jours de ma vie, car je suis un homme libre.

***

Ces ruines n’en finiront pas de me surprendre. Je remonte, passe la tête à travers une crevasse, un rayon de soleil vient me frapper l’épaule et le bas du visage. C’est une ancienne demeure, interdite d’accès depuis des lustres. J’y vient depuis l’enfance. J’ai récupéré des bribes de ce lieu et je lui en ai apporté d’autres ; des gribouillis sur un bout de tapisserie restant, une vieille poupée cachée dans un coin… La plupart de mes histoires y sont implantées. C’est chez moi.

***

Elle me fixait depuis déjà un bon moment. Je voyais que c’était mes boucles d’oreilles qu’elle regardait. Mais qu’est-ce qu’elle croit cette conne ? Elles ne lui iraient pas du tout !

***

Je me suis retourné, il était tapie dans l’ombre, au milieu de mes bêtes. Je le sentais. Un picotement nerveux remonta le long de mon échine. Je refermais la porte.

***

Tu encombres la nuit. Tu fais beaucoup de bruit, pensant qu’on te remarque. Ton pas lourd et irrégulier, tes nerfs tendus, tes muscles gonflés de fatigue ne t’empêchent pas de continuer. Tu extirpes du sol ce dont tu as besoin. Tu portes. Tu plantes. Tu n’arrêteras pas tant que ça ne sera pas achevé.

Filed under: flâneries,sillages — Étiquettes : — errant @ 09:46

pi_bd27

L’état limite

Filed under: sillages — Étiquettes : — errant @ 01:43

 

ago_moi

22 février 2013

deuxième séance de danse

Filed under: layons — Étiquettes : — errant @ 19:49

gw_thia

Say hello to Charlie

Filed under: sillages — Étiquettes : — errant @ 18:55

ch_charlie

Filed under: sillages — Étiquettes : — errant @ 18:39

L’une avait quinze ans, l’autre en avait seize ;
Toutes deux dormaient dans la même chambre
C’était par un soir très lourd de septembre
Frêles, des yeux bleus, des rougeurs de fraise.

Chacune a quitté, pour se mettre à l’aise,
La fine chemise au frais parfum d’ambre,
La plus jeune étend les bras, et se cambre,
Et sa soeur, les mains sur ses seins, la baise,

Puis tombe à genoux, puis devient farouche
Et tumultueuse et folle, et sa bouche
Plonge sous l’or blond, dans les ombres grises ;

Et l’enfant, pendant ce temps-là, recense
Sur ses doigts mignons des valses promises.
Et, rose, sourit avec innocence.

Paul Verlaine, Pensionnaires, 1889

Filed under: flâneries,sillages — Étiquettes : — errant @ 15:18

pi_impro62

21 février 2013

la fin de l’histoire

Filed under: sillages — Étiquettes : — errant @ 23:38

ago-space cat

Toujours le même problème.

Filed under: flâneries — Étiquettes : — errant @ 22:33

em_organisation

Des statistiques

Filed under: errances — tiry @ 19:00

textedescriptif

Filed under: flâneries,sillages — Étiquettes : — errant @ 09:16

pi_impro59

Chauffe Marcelle !

Filed under: flâneries — Étiquettes : — errant @ 03:50

em_cafe

20 février 2013

danse 2

Filed under: layons — Étiquettes : — errant @ 22:32

gw_danse2

« Older Posts

Powered by WordPress