Errances

17 mai 2014

https://www.youtube.com/watch?v=QY5R0Re1hd0&list=PLUsE_ZD12op45ilM8Li1rev-PjCeSlz7J&index=105

Filed under: sillons,flâneries,sillages — Étiquettes : — errant @ 16:54

Un moteur. seul qui s’emballe. Premiers battements,
Ronflement nourrissant.  Un coeur. Rythme implacable.
Il fait froid. Réveil brutal, forcé. Crépitement dans
le noir. Plutôt qu’une pluie sévère. Insolence. Qui tombe
éphémère. Etincelle provocante, Claques doigt
perturbateurs, résonance enclenchée. Une autre la rejoint.
C’est une virgule. un souffle sec, structure essentielle.
Un fouet, qui marche avec la pluie. Claquements étouffés,
frôlements, fragments de temps brisé. Une voie
bienveillante. Avec elle en cadence, plus lente non moins
peinée. Une respiration profonde, un appel amorcé.
Matière précieuse, disponible, comme un vide habité.
Un souffle chaud, un souffle dense, ineluctable.
Il comprime l’espace, il insuffle la vie.  L’architecture
se meut. Une nappe froide qui la survole. Des poumons,
fragiles. Une respiration puissante. La membrane fine
de l’organe qui souffre à chaque nouvelle inspiration.
Vibrations, pénétrantes, calculées. Intrusion dans le vide.
Inarrêtable, inratable, réglée. Et les tissus s’étirent.
C’est plein d’air, ça sent la rage.  C’est un réceptacle,
une matière malléable, un dragon furieux.  Ca va plus vite,
ça s’énerve. C’est un monstre, c’est une voie qui s’élève.
En mouvement dans le temps, une matière enflammée.
Une vie dans la machine. C’est une naissance.

Pas de commentaire »

No comments yet.

RSS feed for comments on this post.

Leave a comment

Powered by WordPress