Errances

24 février 2015

Filed under: sillons — Étiquettes : — errant @ 22:54

C’était un peu après, tu te souviens ?
Y’avait un grand rideau noir. Oui tu sais, ce vieux rideau en velours poussiéreux accroché un peu bizarrement. Oui celui-là. Eh ben j’arrêtais pas de le fixer. Tu te rappelles ? J’ai senti que tu me regardais à un moment mais j’étais déjà loin. C’était trop tard. Ou il aurait fallu que tu me files un coup de coude, peut-être. Mais j’entendais déjà plus rien. Rien qu’un bourdonnement continu, tu sais comme quand c’est la fin d’une cassette, juste avant le ‘CLAC’. Et là j’allais de plus en plus loin et ma vue se réduisait, seul le rideau était net. Tout le monde avait disparu sans que je m’en rende compte. Je voyais même plus les mouvements. Oui c’est ça, pendant un moment tout était figé. Et puis ça a continué, j’ai eu l’impression de sortir de mon corps. Comme si quelque chose m’attirait vers ce rideau et j’entendais toujours rien que ce bourdonnement. Je me suis sentie léviter et je crois qu’à ce moment j’ai perdu totalement le contrôle de mon corps. Je crois que là c’était encore agréable. Je me sentais paisible. Et d’un coup ça s’est arrêté. Tout s’est arrêté. J’étais toujours en l’air, et le bourdonnement s’est tu. Et alors j’ai commencé à entendre ces voix. Elles venaient de loin. Elles étaient encore plus loin que moi. J’arrivais pas à entendre ce qu’elles disaient. Elles chuchotaient. J’ai commencé à avoir un peu peur. Je regardais toujours le rideau. Et il s’est mis à bouger. D’abord légèrement, comme s’il bougeait avec le vent. Puis il a commencé à prendre forme. Je peux rien te décrire. Tu sais, c’est comme quand on raconte un rêve. C’est devenu comme une silhouette noire et ça a commencé à approcher. J’ai commencé à paniquer sérieusement.Je sentais que ma respiration s’accélérait. Je voulais retourner dans mon corps mais je pouvais plus rien faire. J’étais bloquée et consciente de ce blocage. La silhouette avait des sortes de griffes. C’est tout ce que je peux te dire. Des griffes. Elle approchait. Les voix étaient devenues beaucoup trop fortes. Ça sifflait. J’étouffais, si j’avais eu le contrôle de mon corps j’aurais pu m’ouvrir la gorge rien que pour laisser passer tout l’air dont j’avais besoin. Puis elle est venue sur moi. J’ai fait une chute libre vers mon corps et puis c’était noir. Je veux dire, plus rien.

Pas de commentaire »

No comments yet.

RSS feed for comments on this post.

Leave a comment

Powered by WordPress