Errances

24 octobre 2020

Filed under: - moïra — MOira @ 21:36

parking d’hôpital, envie de se faire engueuler par des mecs en charlotte

pas le droit de sortir, le zapping me zappe

– y a que toi bébé

Filed under: - Die.final2.psd — Die.final2.psd @ 19:11

Fragile

Filed under: - Die.final2.psd — Die.final2.psd @ 18:57

Ecoute moi, parler, tout bas,

te cueillant roses blanches et dahlias,

agenouillé, les yeux bandés,

au fond du jardin à l’anglaise, parmi les violettes et les myosotis;

semblables à la délicate teinte de tes veines, que je devienne cyan,

révélées au monde par la finesse de tes paupières, qui deviennent alors,

des vases de porcelaine.

Mon cœur est en liesse.

Hier soir

Filed under: - le_nouketou — le_nouketou @ 16:43

Il est 23h45. Assise sur mon lit. Je mange, à la cuillère à soupe, de la pâte à tartiner.
À même le pot, évidement. Pour renforcer le cliché.

C’est quand même vachement addictif ce truc.

 

Le bar ferme.
Commence alors, la lente remontée, via mes lattes de parquet, d’une odeur âcre de vieille cigarette.
Et ce, jusqu’à ce que mon appart embaume la clope.
Cocasse quand on ne fume pas.

 

Je tend le bras vers le petit sac de lavande près de ma table de nuit.
Je le malaxe plusieurs fois pour que les fleurs prennent le dessus sur la fumée.
Et pour les trois prochaines minutes, mon appart sentira la Provence.
Puis il faudra recommencer.

elle a glissé

Filed under: - œufmollet — oeufmollet @ 15:25

collection, nom féminin III

Filed under: - juliette — juliette @ 12:30

réunion d’objets (notamment d’objets précieux, intéressants)

vingt poèmes d’amour et une chanson désespérée, des diamants oubliés par L. dans les rainures de la table, la nostalgie d’un terrain vide, une aura jaune en plastique

Light and space

Filed under: musardises,- Franck — Franck @ 01:10

Le ciel est par dessus le toit si bleu si calme.

 

find James Turell

Retour vers le passé

Filed under: - fabiola — Fabiola @ 01:09

sous la glace (immobiles)

Filed under: - juliette — juliette @ 00:16

Cette nuit je marche dans une ville de briques, quelque part entre la Hollande et la Belgique. C’est déjà l’hiver, là-bas. M. et moi portons le même manteau : long et noir jusqu’aux flaques d’eau. Je nous vois déambuler côte à côte, comme si je nous suivais, comme si je marchais dans nos pas. On s’égare sur une place close, bordée de maisons bruxelloises et de petits manoirs gothiques qui ressemblent à des maisons de poupées. Les pierres du rempart s’écroulent par endroit, on se tient sur le seuil d’une ouverture de fortune, qui plonge directement dans l’océan. Il y a un port, en face, où des gens patinent sur l’eau déjà gelée. J’ai peur qu’ils aillent trop loin, qu’ils tombent dans la mer. 

 

 

00h08

Filed under: - œufmollet — oeufmollet @ 00:07

extinction des feux

23 octobre 2020

Douce nuit…

Filed under: - jo_letaxi — jo_letaxi @ 23:28

maison dans la campagne

Filed under: - Amélie — Amélie @ 23:20

Quignon

Filed under: - euridix — euridix @ 22:26

Pas deux, mais trois tartines ont élu domicile au fond du grille pain. L’immeuble n’est plus qu’un ridicule tas de cendres. Tout à flambé dans un calme monacale. Quelques vapeurs nocives subsistent, toquent au crâne, donnant la migraine aux horizons. L’immeuble n’existe plus. Les trois tartines ont emmené avec elles le souvenir des miettes. Béat, à l’extérieur un joueur de dames fait grincer ses dents. Les étourneaux de l’avenue de janvier eux, n’ont toujours pas l’ombre d’une chicot dans le bec.

Golem

Filed under: - zeal — Zel @ 21:57

Le Golem

go quand mes Go l’aiment

mâcheuses de gommes

mes chieuses le gomment

l’égo gaulé comme un légo.

mean girls

Filed under: - le_nouketou — le_nouketou @ 21:28

Tué par un hibou

Filed under: - Zaqiqu — Zaqiqu @ 19:59

La nuit un hululement raisonne dans la foret. Des yeux brillant se distingue dans l’obscurité. Les âmes égarées et apeurées ne sont rien d’autres que des mets des plus savoureux pour le Hibou. Plus il se nourrira d’âmes du monde physique plus il pourra sortir du monde astral. En quête d’immortalité sa faim ne s’arrêtera jamais. Quand l’homme étend son empreinte jusque sur le territoire du Hibou, ce dernier n’a plus qu’à se servir et il ne se laissera pas faire. Il tuera encore et encore et vivra jusqu’à ne plus pouvoir se nourrir.

 

Pourquoi veut-il se nourrir ?

Pourquoi veut-il rejoindre notre monde ?

Comment faire face au Hibou ?

Qu’est ce que le monde astral ?

Des questions auxquels vous aurez toutes les réponses bien plus vite que vous ne pouvez l’imaginez.

(dès demain en fait… comme on publi quotidiennement là j’avoue la surprise tombe à l’eau)

Vous

Filed under: - Marineee — Marineee @ 19:12

Vous vous croyez discrets ?
Vous pensez nous tromper avec des attitudes attendues, mais on vous voit, on vous reconnaît quand vous marchez d’un pas pressé, des poèmes plein les poches, des poèmes plein la tête, sur le bout de la langue.
Que vous nous parliez d’une chose, de mille façons différentes, ou que vous préfériez vous taire, on vous repère, brillants sous vos masques.
Vous êtes bleu, lilas, taupe ou émeraude, vous êtes sensibles, vous êtes inspirants.

Tout

Filed under: - Marineee — Marineee @ 02:04

2:04
Je ressens tout.
Ça n’a pas de forme mais c’est chaud, un peu douloureux, juste assez pour que ça reste agréable.
C’est aussi légèrement effrayant.

doll house + secret lover

Filed under: - juliette — juliette @ 00:21

22 octobre 2020

une tranche de mer

Filed under: - le_nouketou — le_nouketou @ 23:28

je me découpe une tranche de mer,
à poser délicatement sur ma tartine de grisaille,
c’est comme pimper ma limonade,
avec une rondelle de citron

la fille dans le métro

Filed under: - Amélie — Amélie @ 23:20

Ça me fascine, comment ses cheveux ont-ils ce tombé si controlé

Quignon

Filed under: - euridix — euridix @ 23:19

Pas deux, mais trois tartines ont élu domicile au fond du grille pain. L’immeuble ploie sous le poids du lierre ce matin. Tout un bouquet de rameaux, courre jusqu’au canapé. La pousse apparaît sans bruit, dans un calme monacale. Quelques jeunes tiges, sinuent jusqu’aux horizons. L’immeuble est branlant, cependant il semble être un bon substrat. Les trois tartines sont laissées-pour-compte. Béat, un saxophoniste s’époumone à l’angle de la rue. Les étourneaux de l’avenue de janvier eux, vont plus vite que la musique.

Ça clignote !

Filed under: - jo_letaxi — jo_letaxi @ 21:42

La surface avant de replonger

Filed under: - fabiola — Fabiola @ 20:56

Un regard dans le vide devient mon meilleur repos.

Fixé au loin une chose. Quoi ? Rien et tout à la fois

Entouré par un silence harmonieux

Redonne la liberté

Les paupières se ferment

Forment la patience

Et la dernière bouffée d’air frais

Avant le grand saut

l’interville de l’esprit

Filed under: - moïra — MOira @ 20:47

Il n’y a pas de vachette mais beaucoup de spectateur. Les accessoires manque de la mousse cheap de toutes les arènes modernes.

Juste une cigarette qui n’arrête pas de s’éteindre.  Un zippo vidé de son essence. Et mes yeux bovins qui se noient dans l’absurde.

L’air est électrique sans être éclairé, et les mots sont aux abonnés absent. À la place, une série d’onomatopée qui se cache au fond de la gorge arrosé à grand renfort de « no problemo »

Si Si problemo justement

Tous les repères ont disparues,

Il me dit de rester discrète

Moi je me dis de courir.

J’ai pas envie de lui sourire, pas à lui, pas comme ça

Un guide pour l’immortalité

Filed under: - Zaqiqu — Zaqiqu @ 19:39

Tout jouet tout flamme

Filed under: - Zaqiqu — Zaqiqu @ 19:32

Mirages_1

Filed under: musardises,- Die.final2.psd — Die.final2.psd @ 18:31

Parkings tous-terrains, RER, chantiers, odeur du goudron,                                                                                                                                 graffitis, néons abruptes, néons cassés sentiers brisés, voies sans issues, solitudes,                                                                        perdue, au milieu, bruit des graviers, pluie fumante, brouille de poussière,                                                                                                                        siège oublié, wagons étrangers, pieds nus, chaussures souillées, âme torturée,  nez aquilin, mâchoire carrée, défigurée, dissociée, mirages.

Videz le voir

Filed under: - zeal — Zel @ 14:52

Voir le vide,

le vu évidé,

déviez la vue.

Maîtrise des formes concrètes

Filed under: - œufmollet — oeufmollet @ 13:21

TOTAL

Filed under: musardises,- Franck — Franck @ 03:24

TOTAL des comptes :

TOTAL defonce,

TOTAL des cons !

Girls girls

Filed under: - Marineee — Marineee @ 01:33

Un sale coup sur la caboche

Filed under: - Zaqiqu — Zaqiqu @ 00:34

Âme mystique chaleureuse

Filed under: - fabiola — Fabiola @ 00:10

21 octobre 2020

Still Here Still Life_29

Filed under: - Die.final2.psd — Die.final2.psd @ 23:15

Perikôpto

Filed under: - zeal — Zel @ 23:12

Quignon

Filed under: - euridix — euridix @ 22:20

Pas deux, mais trois tartines ont élu domicile au fond du grille pain. L’immeuble accueille de nouveaux locataires ce matin. Malgré un piano à queue Steinway & Sons encombrant, un calme monacale persiste. Quelques effluves de tabac Amsterdamer invitent mes narines aux horizons. L’immeuble est mélomane, il n’est donc pas fâché que le joueur de bombarde du deuxième ait cassé sa pipe, cédant ainsi sa place à un pianiste. Les trois tartines, si elles avaient des yeux, se regarderaient en chien de faïence. Béat, un fumeur de pipe, ne l’ayant pas cassé lui, exhale des tronçons d’autoroute. Les étourneaux de l’avenue de janvier eux, n’ont que faire des déménagements.

elles attendent

Filed under: musardises,- Amélie — Amélie @ 22:10

phenoseanol (15%) linalol (8%) oxyde de rose (25%) beta ionone (5%)

Filed under: - juliette — juliette @ 22:09

Filed under: - moïra — MOira @ 20:14

Newer Posts »« Older Posts

Powered by WordPress