Errances

29 novembre 2010

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 11:13

28 novembre 2010

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 22:43

25 novembre 2010

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 01:12

21 novembre 2010

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 17:26

14 novembre 2010

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 19:05

11 novembre 2010

portrait de famille

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 16:13

29 octobre 2010

dialogue

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 15:33

27 octobre 2010

« france on strike »

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 13:34

vu sur www.boston.com/bigpicture/

25 octobre 2010

En passant

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 16:29

22 octobre 2010

PAN !

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 13:39

Pan! from wald einsamkeit on Vimeo.

18 octobre 2010

explosion

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 12:28

10 octobre 2010

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 20:57

8 octobre 2010

grand-père_3

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 16:37


Stargard Stettin, une petite ville en Poméranie
Je recherche un camp où a été emprisonné mon grand-père,
là-bas personne n’est du coin,
les habitants ne connaissent pas l’histoire du lieu,
le camp est aujourd’hui une prison pour polonais,
la mémoire du lieu est effacée.

7 octobre 2010

grand-père_2

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 23:04

5 octobre 2010

grand-père_1

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 17:41

19 janvier 2010

Filed under: charmilles,tortilles — Étiquettes : — errant @ 16:39

//

16 janvier 2010

Filed under: charmilles,tortilles — Étiquettes : — errant @ 14:16

texte

texte

texte

texte

texte

texte

texte

13 janvier 2010

nous vivons encore

Filed under: charmilles,tortilles — Étiquettes : — errant @ 18:42

textedescriptif

9 janvier 2010

Filed under: charmilles,tortilles — Étiquettes : — errant @ 18:42

//

8 janvier 2010

24/11/09_errance

Filed under: charmilles,tortilles — Étiquettes : — errant @ 14:38

Un homme s’arrête en voiture, rentre dans la zone blanche en regardant derrière lui.
Je rentre au même moment, je le dérange.
Une fille avance dans l’allée.
Elle passe le portail rouillé donnant sur le camp de roulotte puis disparaît entre les branches.
Un homme passe, une bière à la main, devancé par son chien.

16 décembre 2009

Filed under: charmilles,tortilles — Étiquettes : — errant @ 04:36

//

15 décembre 2009

Filed under: charmilles,tortilles — Étiquettes : — errant @ 02:24

Ainsi le feu est à l’inverse la force de pensée de la nature et chaque corps est un problème./Novalis.

//

11 décembre 2009

Filed under: charmilles,tortilles — Étiquettes : — errant @ 00:15

//

//

//

//

8 décembre 2009

Un bâtiment endormi

Filed under: charmilles,tortilles — Étiquettes : — errant @ 16:44

//

Demain rendez-vous à 7am pour la visite du dôme abandonné
surplombé d’une grande verrière dont il ne reste plus que la structure.
La zone semble ouverte, on escalade malgré tout une barrière.
Quelques structures en tôles, puis cet immense gazomètre datant
du début du 20ème siècle, en briques rouges, témoin d’une aire industrielle
que nous n’avons pas connu.
La mousse envahit le sol en pierre.
Je me hisse sur une fenêtre,
Le sol de cet immense cylindre est rempli d’eau,
elle tourne infiniment le long de la paroi, comme un gué
qui n’aurait plus rien à protéger.
Le soleil s’infiltre à travers toutes ces trouées faisant scintiller
ce bâtiment démis de ses fonctions.

6 décembre 2009

Rennes vs Leipzig

Filed under: charmilles,tortilles — Étiquettes : — errant @ 16:54

googlecorporation

5 décembre 2009

Il est interdit de transporter des cadavres en voitures

Filed under: charmilles,tortilles — Étiquettes : — errant @ 20:43

L’explosion suspend
l’anniversaire de notre club favori
Cotillons bienvenus
Entrée gratuite
pour ceux déguisés en nouveaux-nés
Cent morts en Russie
changent la face du cinéma
Groupe aussi faible
se paie sa tête
une épopée
bientôt fiché
l’écoute du peuple
emprisonné

4 décembre 2009

A VOIR ABSOLUMENT !!!!!!

Filed under: charmilles,tortilles — Étiquettes : — errant @ 00:41

Voici deux liens pour voir le film documentaire « Get Rid of Yourself »

http://www.archive.org/download/get_rid_of_yourself/GETRID_ENG-01.avi

27 novembre 2009

Un fauteuil d’intérieur dans le jardin

Filed under: charmilles,tortilles — Étiquettes : — errant @ 23:24

//

24 novembre 2009

Filed under: charmilles,tortilles — Étiquettes : — errant @ 20:06

//

23 novembre 2009

Tranchons !

Filed under: charmilles,tortilles — Étiquettes : — errant @ 12:07

Pour que se répande la joie de conquérir une nouvelle existence, il nous faut sortir du domaine des Idées, élaborer en commun les formes de vie à venir : que dans les corps en crise – écoles, hôpitaux, énergie, transports, agriculture, université – ceux qui triment songent à comment ils s’organiseront sans ceux qui sont là pour les gérer ; que ceux qui ne se résignent pas à l’apartheid rampant se réunissent pour savoir comment rendre immédiatement aux villes leur rôle et leur beauté ; que tous, nous préparions la mise à la retraite d’office des financiers, des économistes et des géopoliticiens.

Le temps n’est plus à l’indignation humaniste ni à l’analyse sociologique. Il ne s’agit plus de faire la critique de l’oligarchie au pouvoir mais tout simplement de la congédier. Car le maintien d’un régime responsable de tant de cruauté et qui n’en garantit que la permanence est une éventualité infiniment plus redoutable que l’insurrection qui vient.

Extrait d’une chronique d’Eric Hazan parue ce mois-ci.

22 novembre 2009

Devant la loi, Kafka

Filed under: charmilles,tortilles — Étiquettes : — errant @ 17:53

Devant la porte de la Loi se tient un gardien. Ce gardien voit arriver un homme de la campagne qui sollicite accès à la Loi. Mais le gardien dit qu’il ne peut le laisser entrer maintenant. L’homme réfléchit, puis demande si, alors, il pourra entrer plus tard. « C’est possible, dit le gardien, mais pas maintenant. » Comme la grande porte de la Loi est ouverte, comme toujours, et que le gardien s’écarte, l’homme se penche pour regarder à l’intérieur. Quand le gardien s’en aperçoit, il rit et dit : « Si tu es tellement attiré, essaie donc d’entrer en dépit de mon interdiction. Mais sache que je suis puissant. Et je ne suis que le dernier des gardiens. De salle en salle, il y a des gardiens de plus en plus puissants. La vue du troisième est déjà insupportable, même pour moi. » L’homme de la campagne ne s’attendait pas à de telles difficultés ; la Loi est pourtant censée être accessible à tous à tout moment, pense-t-il ; mais en examinant de plus près le gardien dans sa pelisse, avec son grand nez pointu, sa longue barbe de Tar­tare maigre et noire, il se résout à attendre tout de même qu’on lui donne la permission d’entrer. Le gardien lui donne un tabouret et le fait asseoir à côté de la porte. Il y reste des jours, des années. Il fait de nombreuses tentatives pour être admis et fatigue le gardien par ses prières. Le gardien lui fait fréquemment subir de petits in­terrogatoires, lui pose toutes sortes de questions sur son pays et sur bien d’autres choses, mais ce sont des questions posées avec indif­férence, comme le font les gens importants ; et il conclut à chaque fois en disant qu’il ne peut toujours pas le laisser entrer. L’homme, qui s’est muni de beaucoup de choses pour ce voyage, les utilise toutes, si précieuses soient-elles, pour soudoyer le gardien. Celui-ci accepte bien tout, mais en disant : « J’accepte uniquement pour que tu sois sûr de ne rien avoir négligé. » Pendant toutes ces an­nées, l’homme observe le gardien presque sans interruption. Il ou­blie les autres gardiens et ce premier gardien lui semble être l’unique obstacle qui l’empêche d’accéder jusqu’à la Loi. Il maudit le hasard malheureux, à voix haute et sans retenue les premières années ; par la suite, avec l’âge, il ne fait plus que grommeler dans son coin. Il retombe en enfance : étudiant le gardien depuis des années, il connaît même les puces de son col de fourrure, et il sup­plie jusqu’à ces puces de l’aider à fléchir le gardien. Finalement, sa vue baisse et il ne sait pas s’il fait réellement plus sombre autour de lui, ou bien si ce sont seulement ses yeux qui le trompent. Mais il distingue bien dans l’obscurité une lueur que rien n’éteint et qui passe par la porte de la Loi. Alors il n’a plus longtemps à vivre. Avant qu’il meure, toute l’expérience de tout ce temps passé afflue dans sa tête et prend la forme d’une question, que jamais jusque-là il n’a posée au gardien. Il lui fait signe d’approcher, car il ne peut plus redresser son corps de plus en plus engourdi. Le gardien doit se pencher de haut, car la différence de taille entre eux s’est accen­tuée nettement au détriment de l’homme. « Qu’est-ce que tu veux encore savoir ?, dit le gardien. Tu es insatiable.
— N’est-ce pas, dit l’homme, tout le monde voudrait tant ap­pro­cher la Loi. Comment se fait-il qu’au cours de toutes ces années il n’y ait eu que moi qui demande à entrer ? » Le gardien se rend compte alors que c’est la fin et, pour frapper encore son oreille af­faiblie, il hurle : « Personne d’autre n’avait le droit d’entrer par ici, car cette porte t’était destinée, à toi seul. Maintenant je pars et je vais la fermer »…

18 novembre 2009

« Pourquoi prends-tu cette maison en photo ? »

Filed under: charmilles,tortilles — Étiquettes : — errant @ 23:16

//

17 novembre 2009

j’ai horreur des centres commerciaux

Filed under: charmilles,tortilles — Étiquettes : — errant @ 00:00

Aujourd’hui je me décide enfin à acheter mon billet pour rentrer, en France, fêter Noël.
Tous les étudiants étrangers rentrent dans une intervalle d’environ trois jours par la route, les airs ou les rails, un flux continu d’étrangers rentrant dans leur pays natal.
J’essaie désespérément de trouver le lieu où il est possible d’acheter des billets.
Mais la gare de Leipzig ressemble plus à un énorme centre commercial qu’à une gare : trois étages entiers de vitrines m’éclaboussant de lumière. A tel point qu’on se demande ce que font des trains au milieu des ordi, des chaussettes, des petits pains, des parfums et des cadeaux de Noël. Je m’arrête au stand de chaussettes, il fait froid ici, c’est attirant des chaussettes. J’abandonne pour un moment ma recherche du bureau des voyageurs. Je demande mon chemin à trois reprises, je finis par tomber dessus après la traversée d’un Burger king. Cela m’a fait penser au bouquin de Ballard, Que notre règne arrive, je n’ai lu que le début, mais ça commence par une magnifique description d’un gigantesque centre commercial, décrit comme un organisme vivant, que tous les habitants de la ville voisine vont visiter pendant leur temps libre. Il transforme leur rythme de vie. Un citadin devient fou et tue un promeneur d’une balle dans le crâne dans le centre commercial.

16 novembre 2009

/?XZRWKKKK!//?!//XSZ boîte de conserve

Filed under: charmilles,tortilles — Étiquettes : — errant @ 22:26

//?

Filed under: charmilles,tortilles — Étiquettes : — errant @ 01:35

//

14 novembre 2009

Filed under: charmilles,tortilles — Étiquettes : — errant @ 01:13

ne rien faire

11 novembre 2009

just turn the button

Filed under: charmilles,tortilles — Étiquettes : — errant @ 04:03

take the train instead of the plane
use a film camera instead of a digital one
write with a typewriter instead of a computer
take the bicycle instead of the car
use a wood hoven instead of turn the button

in the middle of nowhere

Filed under: charmilles,tortilles — Étiquettes : — errant @ 03:53

the place is desertic, high grasses moving slowly in large movement,
they grow from wet earth, high black and white shafts far away,
the man is not able to live there,
hours and hours and always the same landscape,
where do I go ?
and then a huge building appears,
a lost fabric, big grey tours, you can imagine the smoke going away and cover this no end land.
and just disapear and come again and again, always this same building
the train stops
there a looking man waits

10 novembre 2009

pour martin et autres cartophiles

Filed under: charmilles,tortilles — Étiquettes : — errant @ 18:43

article_carte_aller_dans_programme_et_projet

Je n’ai pas encore lu l’article sur la cartographie, il en bas de la page au milieu d’autres articles intéressants aussi sur le paysage, territoire, etc

La civilisation urbaine remodelée par la flexibilité

Filed under: charmilles,tortilles — Étiquettes : — errant @ 15:45

Il arrive que les villes soient mal administrées, rongées par la criminalité, sales et délabrées. Nombreux sont ceux qui estiment pourtant que l’on gagne à y vivre, même dans les plus épouvantables. Pourquoi ? Parce qu’elles ont la capacité de faire de nous des êtres humains plus complexes. Une ville est un lieu où les gens peuvent apprendre à vivre avec des inconnus, à partager des expériences et des centres d’intérêt non familiers. L’uniformité abrutit, tandis que la diversité stimule l’esprit.
Richard Sennett
Le reste de l’article est intéressant et rejoint certaines idées de l’insurrection qui vient.
http://www.monde-diplomatique.fr/2001/02/SENNETT/14782

« Older Posts

Powered by WordPress