Errances

9 décembre 2011

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 20:40

Merci Mathieu !

25 novembre 2011

UnHate – Benetton

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 12:58

http://www.youtube.com/watch?v=mBxWU4yag-8&feature=player_detailpage

Un spot, d’une minute, a été réalisé par le cinéaste français Laurent Chanez. Entre scènes de disputes et de scènes d’amours, parfois même inattendues, la fondation réitère son message de tolérance.

21 novembre 2011

Comme un boomerang

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 19:47

« Ma raison vacille et tangue
Elle est prête à chavirer
Sous les coups de boomerangs
De flash-back enchaînés
Et si un jour je me flingue »

Serge Gainsbourg

19 novembre 2011

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 14:48

Nous égarons nos âmes dans la douceur de la nuit, funambules tremblant sur leur fil, des instants évaporés, des supplices illusoires. Nous espérons que la sagesse nous mèneras vers quelques chaleurs et quelques espoirs, mais dans la beauté du noir tout se consume. Nous ne sommes plus qui nous étions et, passant devant les miroirs, l’on ne reconnais plus notre âme, notre corps, tout est recouvert d’un voile, et nos esprits deviennent flous. Les larmes ne viennent plus, emportées par la rage, et cet espoir, qui nous faisait autrefois vibrer, vacille. Les vagues se brisent dans des éclats somptueux, dans une élégance orageuse ; l’on verrait de la beauté dans toute les tempêtes.

Tu pleures à cet instant parce que tu as peur, parce que la réalité vient s’ancrer en toi, tu n’enterreras jamais les blessures. Elles sont là. Chaque jour, elles te poursuivent. Elles laissent aux sourires des cicatrices imparfaites.
Nous parlions de la tristesse, l’éblouissement de la mélancolie, la symphonie de la nostalgie, restant éveillés tard dans la nuit, entre deux cigarettes, entre deux vodkas. Mais tremper nos lèvres dans ces poisons n’enlevait pas l’amertume de nos lèvres, ce goût acide sur nos langues. L’on restait sans rien dire. Le silence devenait naufrage.

On reste à la merci d’une douleur endormie, d’un chaste spleen, d’une étincelle quelque part…

17 novembre 2011

Corps salin

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 12:03

Je marche et je m’endors
Assise près de ton corps
Mes liens se sont rompus
Ma vie à corps perdu

Le silence est divin
Lorsqu’il revient enfin
Ma ligne s’etait brisée
Je me suis enlacée

Si parfois je m’éveil
Je pars et je t’épele
Ton sens est si soudain
Je suis un corps salin

Mes veines sont prêtes à boire
Tes mots sans jamais y croire
Ma peau devient glacée
Je me suis entrelacée

Sous le soleil si bleu
La vie devient docile
Je marche sur un fil, fragile

Je reviens en moi
Pardonne au ciel qui dort
Rejette au ciel un sort
Redresse un peu les doigts
Parcours les jours et moi

Le silence est divin
Lorsqu’il revient enfin
Ma ligne s’etait brisée
Je me suis enlacée

15 novembre 2011

Arrache moi aux temps morts. Arrache moi au temps

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 08:43

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 08:39

2 novembre 2011

manœuvres chaotiques

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 08:16

« Je suis un œil / Un œil mécanique / Moi, c’est-à-dire la machine, je suis la machine qui vous montre le monde comme elle seule peut le voir / Désormais je serais libéré de l’immobilité humaine / Je suis en perpétuel mouvement / Je m’approche des choses, je m’en éloigne / Je me glisse sous elles, j’entre en elles (…) Voilà ce que je suis, une machine tournant avec des manœuvres chaotiques, enregistrant les mouvements les uns derrière les autres les assemblant en fatras. Libérée des frontières du temps et de l’espace, j’organise comme je le souhaite chaque point de l’univers. Ma voie, est celle d’une nouvelle conception du monde. Je vous fais découvrir le monde que vous ne connaissez pas. »

Extrait du manifeste du Ciné-Œil – 1923

21 octobre 2011

Qui est le plus fragile

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 11:00

Si cruel ce reflet de moi-même
Dans cette glace qui me glace l’épiderme
Si réel ce reflet, qu’il nous gêne
Cet emblème matinal nous rend blême

Qui est le plus fragile ?
La vérité sans un mot de trop

Qui est le plus fragile ?
Juste un constat

Immobile, impassible, force tranquille
Tu entonnes une réflexion intime

Qui est le plus fragile ?
La vérité sans un mot de trop

Qui est le plus fragile ?
La vérité sans un mot de trop

chanson de -M-

funambule tremblant sur leur fil

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 08:14

18 octobre 2011

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 18:38

Collision

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 18:34

C’est la sensation du toucher
Dans n’importe quelle ville
Tu marches
Tu effleures des gens
Des gens te bousculent

Ici
Personne ne te touche
On est derrière du métal et du verre
C’est la sensation du toucher
Elle nous manque tellement
Qu’on a besoin de se rentrer dedans
Pour ressentir quelque chose

4 octobre 2011

Phoenix Hôtel

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 10:07

Pourquoi pas dans cet hôtel
Échapper aux sentiments usés
Tous les deux enfin disparaître

Pourquoi pas dans une avalanche
Face à toi, je reviens de loin
Un instant accrochée au vide
Oublier nos idées noires…

Pourquoi pas manquer d’oxygène
Obsédante la chaleur des ombres
Un mouvement d’éternelle envie

Imagine Phoenix Hôtel
Cent mille volts pour se blanchir la nuit…
sans appel et sans états d’âmes
Au lendemain, ça finira…

Pourquoi pas dans cet hotel…

30 septembre 2011

Errance – Raymond Depardon

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 08:08

La signature du regard est une affaire intime.

« J’ai mal !…
C’est le début de l’hiver, un jour comme les autres, dangereux… qui laisse filer le temps. Une impression de malaise me gagne, un manque d’enthousiasme, des projets flous, es désirs frustrés, enfin rien de très inquiétant, ce sont des pensées un peu sombres.
Je suis responsable.
Je pense soudain à un rendez-vous important. Je suis censé réfléchir à un nouveau travail à réaliser, il me faut donner des réponses claires et, pour la première fois, remplir des cimaises, beaucoup de murs blancs.
(…)
Que faire ?… Je suis libre, il me manque le désir, c’est-à-dire le pus important. Cette responsabilité me pèse. Il y a trop de guides, pas assez de solitude !… ( ou « Il y a trop de solitude, pas assez de guides!… » )
(…)
Un mot revenait toujours dans la conversation, c’était le mot « errance ». Mais comment photographier cette errance et d’abord qu’est-ce que cela voulait dire ?
Je promis d’y réfléchir… »

29 septembre 2011

L’art et la manière

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 15:31

Ne m’approche pas, j’en rêve
Ne me parle pas, confiance
Je n’offre rien, sous influence
Ne respire pas, j’en crève
Ne te caches pas, je sais

J’ai tellement peur…
Peur de ne pas avoir…

Avoir l’art et la manière
De s’envoler avant
Que les destins se mêlent

Ne m’approche pas, j’en rêve
Ne me sourit pas, je m’en fou

J’ai tellement peur…

Jean- Luc Godart

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 15:14

« On se toucherait bien mais on n’arrive qu’à se donner des coups. »

Blue Valentine de Derek Cianfrance

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 15:06

13 juin 2011

29 ways to stay creative

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 12:09

18 avril 2011

« Dansez, dansez… Sinon nous sommes perdus. »

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 09:01

31 janvier 2011

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 11:49

25 janvier 2011

L’insouciance délavé

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 10:10

24 janvier 2011

Sofia Coppola

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 14:28

Extrait du film « Lost in translation », 2003.

23 janvier 2011

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 11:51

Elle l’effleure, se dévoile, le regarde et puis se taille,
Il s’approche, il l’évite, elle s’enferme et ils sont quitte,
Elle le veux, elle dérive, elle ne sait plus ce qui lui arrive,
Elle joue la mercenaire, elle fait tout et son contraire,
Elle respire, ça s’éclaire, elle retrouve le formulaire,
Elle l’appelle, le retient, elle s’excuse, il ne dit rien…

Elle se brûle et elle en crève, elle tombe et se relève.

22 janvier 2011

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 11:39

Elle retourne à ses envies,
Elle artifice, elle délibère, elle dessine en pleine lumière,
Elle décide, elle se noie, elle ne sais plus alors elle boit,
Elle imagine le dessert, elle fais tout et son contraire,
Elle hallucine, elle le repère, elle fait un tour et elle le perd,
Elle regrette, elle s’attise, elle y repense, elle tétanise,

Elle s’emballe, elle l’attire, elle se décale et puis se tire,
Elle s’évade, elle accélère, il s’avance comme elle espère,
Elle s’en veux, elle se saoule, elle se quitte, elle se défoule,
Elle désarme, et espère, elle revient mais à l’envers…

19 janvier 2011

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 11:21

18 janvier 2011

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 11:20

17 janvier 2011

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 11:19

16 janvier 2011

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 11:18

15 janvier 2011

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 11:17

14 janvier 2011

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 11:16

13 janvier 2011

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 11:15

12 janvier 2011

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 10:05

8 janvier 2011

Lilith

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 07:40

« Viens-tu du ciel profond ou sors-tu de l’abîme,
O Beauté ? Ton regard, infernal et divin,
Verse confusément le bienfait et le crime,
Et l’on peut pour cela te comparer au vin.

Tu contiens dans ton œil le couchant et l’aurore,
Tu répands des parfums comme un soir orageux ;
Tes baisers sont un philtre et ta bouche une amphore
Qui font le héros lâche et l’enfant courageux,

Sors-tu du gouffre noir ou descends-tu des astres ?
Le Destin charmé suit tes jupons comme un chien ;
Tu sèmes au hasard la joie et les désastres,
Et tu gouvernes tout et ne réponds de rien.

Tu marches sur des morts, Beauté, dont tu te moques ;
De tes bijoux, l’Horreur n’est pas le moins charmant ;
Et, le Meurtre, parmi tes plus chères breloques,
Sur ton ventre orgueilleux danse amoureusement.

L’éphémère ébloui vole vers toi, chandelle,
Crépite, flambe et dit : Bénissons ce flambeau !
L’amoureux pantelant incliné sur sa belle
A l’air d’un moribond caressant son tombeau.

Que tu viennes du ciel ou de l’enfer, qu’importe,
O Beauté ! monstre énorme, effrayant, ingénu !
Si ton œil, ton sourire, ton pied, m’ouvrent la porte
D’un Infini que j’aime et n’ai jamais connu ?

De Satan ou de Dieu, qu’importe ? Ange ou Sirène,
Qu’importe, si tu rends, – fée au yeux de velours,
Rythme, parfum, lueur, ô mon unique reine !
L’univers moins hideux et les instants moins lourds ? »

Charles Baudelaire

7 janvier 2011

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 07:54

7 décembre 2010

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 19:29

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 19:27

25 novembre 2010

T—-E A-S

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 10:46

Trente ans. Quarante mille euros par an. Une Alpha Roméo. Propriétaire d’un appartement. Aucune perspective de se marier ou d’avoir des enfants. Personne qui l’aime particulièrement. Est-ce si déprimant ? Elle ne sait pas. Est-ce ce comprimé blanc et vert qu’elle prend chaque matin qui l’aide à ne pas pleurer ? Ce comprimé que le médecin lui a prescrit, ce concentré miraculeux de fluoxétine, qui fait que les soucis lui glisse dessus comme l’eau sur une poêle pleine de graisse ?
Est-ce la paix, ou le Prozac ? Elle ne sait pas.
Trente ans. Le début de la maturité. Une date significative qu’il fallait fêter.

22 novembre 2010

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 20:51

18 novembre 2010

Envie d’amnésie

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 07:29

16 novembre 2010

Sans titre

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 13:07

« Older Posts

Powered by WordPress