Errances

9 décembre 2011

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 20:40

Merci Mathieu !

25 novembre 2011

UnHate – Benetton

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 12:58

http://www.youtube.com/watch?v=mBxWU4yag-8&feature=player_detailpage

Un spot, d’une minute, a été réalisé par le cinéaste français Laurent Chanez. Entre scènes de disputes et de scènes d’amours, parfois même inattendues, la fondation réitère son message de tolérance.

21 novembre 2011

Comme un boomerang

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 19:47

« Ma raison vacille et tangue
Elle est prête à chavirer
Sous les coups de boomerangs
De flash-back enchaînés
Et si un jour je me flingue »

Serge Gainsbourg

19 novembre 2011

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 14:48

Nous égarons nos âmes dans la douceur de la nuit, funambules tremblant sur leur fil, des instants évaporés, des supplices illusoires. Nous espérons que la sagesse nous mèneras vers quelques chaleurs et quelques espoirs, mais dans la beauté du noir tout se consume. Nous ne sommes plus qui nous étions et, passant devant les miroirs, l’on ne reconnais plus notre âme, notre corps, tout est recouvert d’un voile, et nos esprits deviennent flous. Les larmes ne viennent plus, emportées par la rage, et cet espoir, qui nous faisait autrefois vibrer, vacille. Les vagues se brisent dans des éclats somptueux, dans une élégance orageuse ; l’on verrait de la beauté dans toute les tempêtes.

Tu pleures à cet instant parce que tu as peur, parce que la réalité vient s’ancrer en toi, tu n’enterreras jamais les blessures. Elles sont là. Chaque jour, elles te poursuivent. Elles laissent aux sourires des cicatrices imparfaites.
Nous parlions de la tristesse, l’éblouissement de la mélancolie, la symphonie de la nostalgie, restant éveillés tard dans la nuit, entre deux cigarettes, entre deux vodkas. Mais tremper nos lèvres dans ces poisons n’enlevait pas l’amertume de nos lèvres, ce goût acide sur nos langues. L’on restait sans rien dire. Le silence devenait naufrage.

On reste à la merci d’une douleur endormie, d’un chaste spleen, d’une étincelle quelque part…

17 novembre 2011

Corps salin

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 12:03

Je marche et je m’endors
Assise près de ton corps
Mes liens se sont rompus
Ma vie à corps perdu

Le silence est divin
Lorsqu’il revient enfin
Ma ligne s’etait brisée
Je me suis enlacée

Si parfois je m’éveil
Je pars et je t’épele
Ton sens est si soudain
Je suis un corps salin

Mes veines sont prêtes à boire
Tes mots sans jamais y croire
Ma peau devient glacée
Je me suis entrelacée

Sous le soleil si bleu
La vie devient docile
Je marche sur un fil, fragile

Je reviens en moi
Pardonne au ciel qui dort
Rejette au ciel un sort
Redresse un peu les doigts
Parcours les jours et moi

Le silence est divin
Lorsqu’il revient enfin
Ma ligne s’etait brisée
Je me suis enlacée

15 novembre 2011

Arrache moi aux temps morts. Arrache moi au temps

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 08:43

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 08:39

2 novembre 2011

manœuvres chaotiques

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 08:16

« Je suis un œil / Un œil mécanique / Moi, c’est-à-dire la machine, je suis la machine qui vous montre le monde comme elle seule peut le voir / Désormais je serais libéré de l’immobilité humaine / Je suis en perpétuel mouvement / Je m’approche des choses, je m’en éloigne / Je me glisse sous elles, j’entre en elles (…) Voilà ce que je suis, une machine tournant avec des manœuvres chaotiques, enregistrant les mouvements les uns derrière les autres les assemblant en fatras. Libérée des frontières du temps et de l’espace, j’organise comme je le souhaite chaque point de l’univers. Ma voie, est celle d’une nouvelle conception du monde. Je vous fais découvrir le monde que vous ne connaissez pas. »

Extrait du manifeste du Ciné-Œil – 1923

21 octobre 2011

Qui est le plus fragile

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 11:00

Si cruel ce reflet de moi-même
Dans cette glace qui me glace l’épiderme
Si réel ce reflet, qu’il nous gêne
Cet emblème matinal nous rend blême

Qui est le plus fragile ?
La vérité sans un mot de trop

Qui est le plus fragile ?
Juste un constat

Immobile, impassible, force tranquille
Tu entonnes une réflexion intime

Qui est le plus fragile ?
La vérité sans un mot de trop

Qui est le plus fragile ?
La vérité sans un mot de trop

chanson de -M-

funambule tremblant sur leur fil

Filed under: charmilles — Étiquettes : — errant @ 08:14

« Older Posts

Powered by WordPress