Errances

19 octobre 2018

Filed under: - sara — sara @ 23:59

Asaad est mort

Filed under: - Sallidée — Sallidee @ 23:08

J’ai appelé Asaad au p’tit matin pour lui demander quelques grammes de beuh. Il m’a dit qu’il allais me les ramener plus tard da la journée.

Quelques heurs plus tard, je commence a m’inquiter pcq j’avais pas news de lui.

Sans attendre, je m’habille et quitte mon appartement pour aller chez lui. J’avais son adresse écrite sur un bout de papier blanc carré.

Arrivée a sa rue, je vois un groupe de gens au 12 de la rue. Je re-jette un coup d’oeil sur mon ptit papier. C’étais le numéro de sa maisonette.
Je m’approche de la foule pour voir ce qui se passait.

La porte de son appartement était ouverte. Les gens étaient en rond devant sa porte ouverte.

Je commence a demaneder aux gens du premier rang ce qu’il se passait.

-« Asaad est mort. La police lui a tiré dessus. » me dit un jeune homme dans les trentaines. « Et je pense qu’il vaut que tu partes d’ici au plus vite » me dit il en voyant l’adresse de Asaad sur mon papier.

Je n’ai pas vraiment osé m’aprocher de la porte. La maison semblais serène et comme en paix. Comme si Asaad avait lui aussi trouvé la paix.

Je suis partie en courant.
Je me suis directement dirigée a la maison de ma mère, pour la trouver en pleur avec la grand mère. Elles avaient recu les nouvelles très vite. Comme on dit chez moi; les mauvaises nouvelles circulent plus vite que les bonnes nouvelles.

 

Elles aimaient bien Asaad. C’etiat un bon gars.

Asaad était un bon gars.

 

Saisissez votre texte ici

Filed under: - hthlea ,méandres — hthlea @ 21:37

Recherches

Filed under: - Sandra M.  — Sandra M @ 21:23

charabia

Filed under: - hthlea ,méandres — hthlea @ 21:23

Filed under: - Evan — Evan @ 19:03

À l’horizon je vois une rangée de pins bien rangés
À l’horizon je vois le haut d’une colline avec une rivière comme un collier
À l’horizon je vois le ciel si bas et si gris et les derniers rayons de miel
À l’horizon je vois la cabane à l’entrée d’un champ desséché
À l’horizon je vois les toits d’ardoise et leurs cheminées droites
À l’horizon je vois les angles des usines et leurs ombres en rectangle
À l’horizon je vois de la brume ou de la fumée
Il y a des fois quelques mètres, d’autres fois quelques kilomètres entre moi et l’horizon.

Naar de horizon

Filed under: - salome_paquerette — salome_paquerette @ 19:01

Je me sens toute petite.

Des milliers de termites sous les pieds.
Des grains de sable triés sur le volet.

Il a peur des amas de vers.
Il se sent tel un bout de grillage.

Salut toi

Filed under: - Anna — Anna @ 18:22

SBQIRK

Filed under: - Co.linedupont — Co.linedupont @ 18:06

À l’horizon. À tâtons. Un paysage. Une action. Parce qu’il est loin. Parce qu’il porte un nom. Lointain. Jamais atteint. Tâter l’horizon par la pensée. Projetée. Projet. Et ? À l’horizon se voit dessiné deux espaces délimités. L’un que je peux toucher. L’autre donne naissance à l’envolé. Finalement à l’horizon je ne me vois pas y aller. C’est trop loin. Trop compliqué. Cet horizon je l’ai replacé. Tracé sur la page de mon cahier. 

lovers

Filed under: - ideesvagues,méandres — ideesvagues @ 14:09

« Older Posts

Powered by WordPress